Liban: L’armée cherche à localiser l’origine des tirs de roquettes

0
7

L’armée libanaise fouillait vendredi une
forêt à l’est de Beyrouth pour localiser le lieu d’où ont été tirées jeudi
deux roquettes contre la région de Baabda, où se trouve le palais
présidentiel, a annoncé à l’AFP une source de sécurité. “L’armée a entrepris des recherches dans la forêt de Sarahmoun pour
retrouver le lance-roquette après les tirs qui n’ont pas fait de victime”, a
précisé cette source.
La forêt se trouve à 10 km à l’est de Beyrouth, dans une zone contrôlé par
le chef druze Walid Joumblatt. Cependant, “c’est une forêt déserte et cela
peut être n’importe qui”, a assuré la source.
Dans un communiqué, le dirigeant druze a insisté sur son soutien au chef de
l’État: “Nous continuerons à soutenir le président de la république en raison
de positions patriotiques, responsables et courageuses”.
Selon un photographe de l’AFP, une des deux roquettes est tombée dans le
jardin d’une maison située à 100 mètres de l’entrée secondaire du palais
présidentiel et du ministère de la Défense.

Selon l’agence de presse officielle ANI, la seconde roquette est tombée
près d’une école de l’armée libanaise.
Le président Michel Sleimane a lancé vendredi un appel au calme: “Bien que
des messages nous sont envoyés sous la forme de roquettes, personne ne peut
changer les fondements de notre patriotisme, notre attachement à la liberté et
la vérité”.
“Notre attachement à l’unité nationale éloignera de notre pays l’impact de
ce qui se passe autour de nous dans la région”, a ajouté le président dans une
référence à la Syrie.

Cet incident est le troisième en deux mois. Le 20 juin, une roquette Grad
tirée au nord de Beyrouth a explosé sans faire de victime. Et le 26 mai,
quatre personnes ont été blessées dans l’explosion de deux roquettes Grad dans
la banlieue sud de Beyrouth, un fief du mouvement chiite Hezbollah.
Le Liban, profondément divisé entre pro et anti-régime syrien, subit de
plein fouet les contrecoups de la guerre qui dure depuis deux ans en Syrie, en
particulier du fait de la participation du Hezbollah aux combats au côté du
régime de Bachar al-Assad.

BEYROUTH, 02 août 2013 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here