Les récurrents aveuglements de l’intelligentsia

0
8

Ceux qui assurent qu’il ne faut pas diaboliser l’islamisme ni redouter les revendications identitaires au Maghreb sont les mêmes qui dénoncent un dangereux « populisme » dans le semblable désir des peuples européens, et singulièrement des Français, de reprendre leur destin en mains et de préserver leur identité occidentale.
Cette position unilatérale et déséquilibrée est notamment celle de Tariq Ramadan (« Finissons-en avec la diabolisation des islamistes », réclame-t-il ce mercredi dans Le Parisien). Pour sa part, il a même décrété que la France était devenue multiculturelle et devait donc en finir avec ses 1 500 ans d’histoire construite sur l’assimilation : une arrogance de vainqueur autoproclamé, dont il a fait preuve face au maire de Montfermeil, Xavier Lemoine, et à votre serviteur, lors d’un débat télévisé diffusé hier soir sur France O.

J’estime que l' »islamisme modéré », dont se réclame notamment le parti tunisien Ennada qui envisageait récemment de punir les filles-mères, de rétablir le califat et de soutenir la « reconquête de Jérusalem », mériterait, y compris de la part d’Alain Juppé et de Dominique de Villepin, davantage d’élémentaires réserves.

L’histoire n’est pas avare d’aveuglements collectifs. Ainsi en fut-il sur les Khmers rouges, dont les trois plus hauts responsables comparaissent actuellement devant le tribunal international de Phnom Pen pour répondre de génocide sur le peuple cambodgien, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre. Un lecteur rappelait, ce week-end sur le blog, comment ces criminels avaient été initialement soutenus par l’intelligentsia française, et notamment par Le Monde. Le 17 avril 1975, le journaliste Patrice de Beer se félicitait de voir Phnom Pen aux mains des communistes : « La ville est libérée ». Il allait justifier l’évacuation de ses deux millions d’habitants en quelques heures par la crainte de voir la ville bombardée. L’apologie du régime de Pol Pot fut faite par Jacques Decornoy, dans un article du 18 juillet 1975 : « Tout le monde vit de la même façon, transporte, pioche, repique, ensemence, récolte, irrigue, depuis les enfants jusqu’aux vieillards. L’allégresse révolutionnaire a, paraît-il, transformé le paysage humain », etc.

L’intégrisme étant à l’islam ce que la terreur est au communisme, je suggère plus de prudence chez nos habituels « humanistes », ces récurrents idiots utiles des totalitarismes.

Je participerai, jeudi, au Duel des éditorialistes, sur ITélé (12h15-12h30),
puis à On refait le monde, sur RTL (19h15-20h)

Ivan Rioufol

Le Figaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here