Les militants de la haine

0
20

Les « antisionistes », nouvelle « appellation contrôlée » des antisémites, organisent régulièrement des opérations coup de poing pour inciter à boycotter Israël, le diaboliser, le présenter comme un pays d’assassins d’enfants et de nazis pratiquant l’apartheid, pour en dégouter et en éloigner l’opinion publique, pour nier sa légitimité et son droit d’exister.

C’est monstrueux, allez-vous me dire !

Oui, et ça marche !

Les accusations calomnieuses des islamo gauchistes gagnent de plus en plus de terrain et finissent par faire mouche chez les « bien-pensants » et parfois même chez des Juifs.

Cette entreprise de démolition systématique de l’état hébreu tisse dans le monde un vaste réseau qui même s’il se camoufle derrière des propos hautement humanistes et démocratiques ne vise qu’à la destruction d’un état qui représente à leurs yeux la quintessence du mal face aux Palestiniens qui sont eux, la représentation parfaite du bien.

Alors, ce sont des irruptions de groupes déterminés, dans des grandes surfaces, pour détruire ou mettre à sac les rayons où se trouvent des produits israéliens.

Ce sont des conférences pseudo-sociologiques qui ne leur servent en réalité qu’à exhaler en commun, recouverts d’un keffieh, leur haine pathologique d’Israël en brandissant des drapeaux palestiniens et parfois même ceux du Hamas, un organisme dont la distraction principale consiste à lancer des roquettes sur les enfants israéliens.

Mais ce n’est là sans doute qu’un jeu innocent dont les Israéliens auraient tort de s’offusquer.

La dernière initiative en ate de ces israélophobes s’est traduite par un bide.

Ils avaient programmé pour les 27 et 28 février derniers une rencontre qui devait se dérouler à l’Université Paris VIII avec comme titre « Israël, État d’apartheid ? »

Le point d’interrogation n’étant là que comme un cache-sexe pour dissimuler la vraie nature de ce pseudo-colloque où n’auraient pu s’exprimer, comme chez les Staliniens, que les membres et les sympathisants du « collectif Palestine », d’Euro-Palestine, du comité du boycott, ceux du « parti antisioniste » et, bien entendu, des gens comme Faurisson ou Dieudonné.

Eh bien figurez-vous que le président de l’Université a refusé au dernier moment d’héberger ce beau monde et pour éviter des troubles de l’ordre public a fermé son Université pendant deux jours en leur proposant d’aller tenir leur meeting à la Mutualité de Saint-Denis?
Ce manquement aux bonnes manières provoqua comme on s’en doute la colère de nos redresseurs de torts qui durent se résoudre à cette solution de substitution en maudissant le « lobby juif » responsable de leur déconvenue.

La morale de cette histoire, c’est qu’il faut se battre par tous les moyens légaux à notre disposition, réveiller et motiver nos amis, en sachant toutefois que si ces agressions nous blessent, elles sont perçues par Israël comme des coups d’épingle et ne l’empêchent nullement de continuer à étonner le monde par ses extraordinaires réalisations, qui malgré l’exiguïté de son territoire et la haine ambiante fait de lui un grand pays et suscitent jalousie et envie.

André Nahum
Radio judaïques Fm

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here