Les femmes réciteront-elles le Kaddish dans les Synagogues ?

0
52

Une nouvelle décision halakhique surprenante de l’organisation rabbinique orthodoxe de Beit Hillel, permet aux femmes pour la première fois, de réciter le Kaddish en mémoire de leurs parents décédés.
Après plusieurs réflexions autour de la question au cours des derniers mois, les rabbins de l’organisation, hommes et femmes, ont trouvé des sources halakhiques leur permettant d’autoriser un acte qui a été considéré comme tabou pendant des centaines d’années.

«Sur le plan religieux, le but du Kaddish est d’aider l’âme du défunt à s’élever, et sur le plan psychologique, c’est surtout un procédé mental », explique le rabbin Ronen Neuwirth, directeur général de Beit Hillel. »Beaucoup de femmes religieuses et laïques, veulent pouvoir réciter le Kaddish aujourd’hui et rien ne prouve qu’elles ne sont pas en mesure de le faire ».

«Partout dans le monde y compris en Israël, en France ou aux Etats-Unis les femmes ne sont pas autorisées à lire le Kaddish même si elles le souhaitent. Nous voulons que dans chaque communauté cela soit désormais possible, en particulier dans le cas où les femmes n’ont pas de frères. Je n’ai aucun doute sur le fait que notre décision entraînera des critiques, mais tout est basé sur la Halakha « .

La décision halakhique a été délivrée par 170 rabbins de l’organisation, indiquant qu’une femme peut dire la prière du Kaddish dans n’importe quelle synagogue comptant un minyane (au moins 10 hommes âgés de plus de 13 ans).

« La personne orpheline peut dire le Kaddish même si elle n’est pas la seule à le dire, mais il serait approprié qu’un des hommes rejoigne la lecture du Kaddish de la femme même si il n’est pas obligé de le faire. »

En outre, conformément à la décision : «Une femme peut dire le Kaddish, même pendant un service funèbre ou commémoratif ». Les rabbins refusent les réclamations qui leur sont faites disant qu’ils violent l’interdiction déclarant que «la voix d’une femme qui chante entraîne la déconcentration des hommes et les détourne de la prière ». Envisageant la possibilité d’un conflit dans la synagogue à la suite de la récitation du Kaddich par une femme , la règle rabbinique dit qu ‘«il n’y a aucune raison de l’interdire. Au contraire, une telle protestation implique la diffamation et la calomnie de Dieu.

La question des femmes récitant le Kaddish avait été examinée au 17 ème siècle. Un livre intitulé « Havot Yair », raconte qu’un homme a demandé que lors de sa mort 10 hommes aillent étudier dans sa maison tous les jours et que, suite à l’étude, sa fille pourrait réciter le Kaddish. L’auteur du livre, le rabbin Yair Bachrach, a déclaré que le Kaddish d’une fille serait autant bénéfique à l’âme du défunt. »

Nouveau, des articles paraissent tous les jours sur Tel-Avivre pour les recevoir, inscrivez-vous à notre Nouvelle Newsletter.

Dans les 300 dernières années, cette question complexe a été examinée à plusieurs reprises, mais il n’ y a guère de communautés orthodoxes d’aujourd’hui dans laquelle les femmes sont autorisées à réciter le Kaddish. La décision halakhique de Beit Hillel sera distribuée en 60.000 exemplaires dans les synagogues ce samedi. Jeudi, l’organisation rabbinique envisage de créer un conseil public qui comprendra plus de 100 dirigeants qui travailleront ensemble pour faciliter les relations entre religieux et laïcs.

Sarah Maarek pour-Tel-Avivre- Article original

1 COMMENT

  1. certain rabbins milliardaires ont depuis longtemps oublie les enseignements de Maimonide vous avez oublie que les filles de Rachi etaient des meloumadots que Michal la fille de Shaoul et femme de David mettait des tephilins ? Dany qui est hyper hyper sioniste

  2. c est vous les les antisionistes les pros palestiniens en generale ces femmes ont fait l armee mais les votres ne font point l armee beith hillel n est n i reforme ni massoratty mais neoortodoxie
    une bonne partie des ultra ortodoxes ne font point l armee cela est degoutant Maimonide a dit que pour apprendre la thora ou pour l enseigner il est interdit de se faire payer et la plus part des orthodoxe ont oublie cet ecrit

  3. “Berechout libo”… Quand un homme se met au service de son cœur… Quand on met sur le terrain des outils de consommation qui dépassent ce a quoi un homme peut résister… Comme cet enfant qui dit a ses parents si vous m’interdisez le téléphone , je quitte la maison, parce qu’entre mes parents et cette “invention géniale” , mon cœur ne balance plus du tout: c’est le portable qui l’emporte…
    Comment retrouver le contrôle de sa vie… Un être humain qui dépasse l’emballage et choisit sans être un nouveau slogan de “Google”.

    breslev.fr/avraham-ifrah-Je-peux-dire-Non-et-etre-heureux-,5431.html

  4. Sans apporter aucun avis sur le contenu de l’article , je pense judicieux et honnête de rectifier un détail très important : la communauté Beit Hillel n’est pas une communauté orthodoxe comme mentionné dans le texte mais une communauté libérale dirigée par des rabbins de la même tendance .
    Cordialement . Ephraïm , Jérusalem .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here