Les députés israéliens appellent à reconnaître le génocide arménien

0
15

Les membres de la Knesset des deux bords ont appelé le gouvernement israélien à officiellement reconnaître le génocide arménien alors que pour la première fois la question a été discutée lors d’une réunion ouverte lundi 26 décembre 2011 au sein de la Knesset.
Selon le journal Jerusalem Post la réunion de la Commission Éducation de la Knesset a été amorcée par le député Arye Eldad (Union Nationale) qui avait initailement proposé un projet de loi pour marquer chaque année le génocide arménien avant de le transformer en une motion lorsque Arye Eldad s’est rendu compte que la coalition ne permettrait pas qu’une loi soit votée. Une motion similaire avait été avancée par la députée Zehava Gal-On du parti Meretz faisant du génocide arménien l’un des rares sujets actuellement réunissant l’ensemble des factions de la Knesset de la gauche à la droite.

Le président de la Knesset Reuven Rivlin a dit que ceux qui se battent avec la négation de l’Holocauste ne doivent pas ignorer les tragédies des autres nations et c’est un impératif moral qu’Israël se rappelle le génocide arménien.

Reuven Rivlin a dit qu’il avait déposer une motion en 1989, mais jusqu’à aujourd’hui elle n’a pas été discutée ouvertement au sein de la Knesset à cause de raisons politiques et diplomatiques. Il a ajouté que la question a été déplacée de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset où elle a été discuté derrière des portes fermées vers la commission Éducation en présence de la presse, pour que “ la morale et les valeurs“ puissent être discuté.

Zehava Gal-On a déclaré que la réunion a été “un moment passionnant“ concrétisant les efforts de beaucoup de députés du parti Meretz anciens et actuels au cours de ces dernières années.

Elle a appelé les ministères du gouvernement à arrêter d’employer le génocide arménien comme un outil dans la politique étrangère israélienne. Bien que Zehava Gal-On ait affirmé qu’Israël ne doit pas permettre que les relations avec la Turquie se détériorent, elle a ajouté que les relations avec la Turquie doivent être séparées de cette question.

“ C’est la première fois que nous pouvons vraiment discuter de cela et ne pas être sous la coupe de la commission des Affaires étrangères et de la Défense : un million et demi d’arméniens ont été assassinés au commencement de Première guerre mondiale“ a dit Arye Eldad. “ Qui se les rappelle aujourd’hui ? Nous devons en parler, sinon personne dans le monde ne pensera qu’un génocide”>Article original puisse être remis de nouveau commis“.

Arye Eldad a accusé le gouvernement d’hypocrisie, disant que d’abord, la question n’a pas été publiquement discutée parce que les relations avec la Turquie étaient fortes et maintenant les mêmes positions politiquessont de mises pour la raison opposée.

Le président de la Coalition Ze’ev Elkin (Likud) a indiqué qu’il était embarrassé que la Knesset n’ait pas encore accompli sa “ responsabilité de base“ dans la reconnaissance du génocide arménien.

Il a estimé qu’ “ un mur a été cassé“ , la discussion au sein de la commision Éducation a eu lieu ouvertement, mais ce progrès a toujours besoin d’être affirmé.

Ze’ev Elkin a aussi mentionné qu’en 1939, Hitler a cité le fait que l’Europe a ignoré le génocide arménien pour justifier ses actions.

En même temps, les représentants du Ministère des Affaires Etrangères présents lors de la réunion ont précisé qu’il serait irresponsable de faire la moindre déclaration officielle sur la question.

Le ministère n’a jamais nié le génocide arménien ont expliqué les représentants mais la question est devenue politique et Israël préfère ne pas être impliqué, particulièrement parce que la Turquie et l’Arménie ont eu un dialogue ouvert sur les faits et les avis qui les entourent.

De plus, seulement 21 pays ont officiellement reconnu le génocide arménien, selon le Ministère des Affaires Etrangères et il serait injuste de déclarer que les autres sont immoraux.

“ Nous ne pouvons pas nous débrancher de la réalité. Le monde Islamique devient de plus en plus extrême“ a déclaré le député Otniel Schneller (Kadima) répercutant la position du Ministère Étranger. “Nous devons améliorer nos relations avec la Turquie ; c’est une question de survie, même si cela a un prix douloureux“.

Otniel Schneller a suggéré que la Knesset déclare que selon la moralité humaine et Juive, un génocide est inacceptable peu importe où il a lieu, que cela soit en Arménie, au Rwanda ou au Cambodge. Il a ajouté qu’une discussion spécifique sur le génocide arménien serait irresponsable.

De plus, deux représentants de l’association Internationale Israël-Azerbaïdjan (AZIZ), ont nié qu’un génocide a eu lieu, disant que des arméniens ont pris faits et cause pour les ennemis de la Turquie et étaient “ une cinquième colonne“ en Turquie.

De plus, le porte-parole d’AZAZ Arye Gut a proclamé que des milliers d’Azéris ont été tués dans la guerre avec l’Arménie et que l’Arménie occupe des terres de l’Azerbaïdjan.

Arye Gut a demandé à la commission de garder à l’esprit que la Turquie a aidé des Juifs après l’inquisition espagnole et pendant l’Holocauste et qu’il y a seulement 300 Juifs en Arménie, tandis que 30 000 vivent en Azerbaïdjan.

Il a appelé le gouvernement à ne pas faire la moindre déclaration officielle et d’attendre les décisions de forums internationaux et universitaires.

Aucun vote n’a eu lieu à la fin de la réunion et le Président de la Commssion Éducation de la Knesset Alex Miller (Israël Beiteinu) a dit que de nouvelles discussions ouvertes sur le génocide arménien auront lieu.

lundi 26 décembre 2011,
Stéphane ©armenews.com

====================

Des députés israéliens débattent d’une reconnaissance du génocide arménien.

Une commission parlementaire israélienne a débattu lundi matin d’un texte reconnaissant le génocide arménien, une mesure qui risque d’aggraver les tensions déjà fortes avec la Turquie.

La commission de l’Education a tenu une discussion publique sur le thème de “la reconnaissance par le peuple juif du génocide arménien”. Une telle mesure avait déjà été débattue ces dernières années en commission parlementaire, mais les discussions s’étaient déroulées à huis clos.

Lundi matin, des députés, des historiens et des membres du Comité arménien de Jérusalem ont insisté sur l’obligation morale pour Israël de reconnaître comme un génocide le massacre des Arméniens sous l’empire ottoman en 1915. La commission n’a cependant pris aucune décision sur cette question qui fera l’objet d’autres réunions.

Le Parlement israélien a déjà rejeté plusieurs propositions similaires ces dernières années, quand Israël et la Turquie entretenaient des liens étroits. Mais les relations se sont tendues depuis que la marine israélienne a tué neuf Turcs en mai 2010 lors de l’arraisonnement d’une flottille qui tentait de briser le blocus de Gaza. En octobre, la Turquie a expulsé l’ambassadeur israélien à Ankara et rompu ses contrats militaires et de défense avec Israël.

Le président de la commission, Alex Miller, a prévenu en début de réunion que le débat porterait sur les aspects “éducatifs et académiques” de la question, comme la manière d’enseigner ces massacres, plutôt que les angles diplomatiques et sécuritaires.

Une représentante du ministère des Affaires étrangères, Irit Lillian, a cependant mis en garde contre les répercussions d’une éventuelle reconnaissance du génocide arménien par Israël sur les relations “si fragiles” avec la Turquie. “Par le passé, il ne fallait pas soulever la question parce que nous avions de bonnes relations avec la Turquie. Maintenant, il ne faut pas le faire parce que nos relations avec elle sont mauvaises. Quand est-ce que ce sera le bon moment?”, a relevé Arié Eldad, l’un des députés à l’origine de la réunion. Le massacre de centaines de milliers d’Arméniens en 1915 — 1,5 million selon les Arméniens –, a été reconnu en 1985 comme un génocide par l’ONU, mais la Turquie rejette fermement cette qualification, évoquant des morts dans les combats et les déportations, mais pas une volonté d’extermination.

La semaine dernière, Ankara a vivement réagi à l’adoption par l’Assemblée nationale française, qui a déjà reconnu le génocide arménien, d’une proposition de loi pénalisant la contestation d’un génocide, annonçant un gel de sa coopération militaire avec la France, rappelant son ambassadeur à Paris et accusant à son tour la France de génocide en Algérie.

JERUSALEM, 26 déc 2011 (AFP)

1 COMMENT

  1. a quoi ca sert de rec onnaitre le genocide armenien maintenant? nous savons tous qu ‘il a eu lieu.NOUSne devrions pas mettre en peril l es bonnes relations economiques existantes entre israel et la turquie.de plus les armeniens nous detestent.ils adorent l ‘iran et defendent en toute circonstance les palestinie .de plus 20 000 juifs vivent en turquie et 30 000 en azerbedjan.alors regardons les consequences avant de reconnaitre c e genocide et d ‘en subir ou d en faire subir les consequences a 50 000 juifs e t aux 900 entreprises israeliennes travaillant avec la turquie…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here