Les confidences d’un agent du Mossad (vidéo)

0
50

Mishka Ben-David est passé d’une vie secrète comme agent supérieur de l’agence de renseignement d’Israël à une carrière d’écrivain qui a amené son nom sur les couvertures de romans d’espionnage. Faisant ses débuts littéraires en Grande-Bretagne avec la première traduction anglaise de son roman « Duet à Beyrouth », Ben-David a révélé que sa vie comme agent du Mossad est dans beaucoup de ses thrillers.

Mishka Ben-David, ancien agent du Mossad et auteur :

« Tout ce que j’écris est très similaire à la réalité. Les opérations sont très proches de la réalité. La façon dont elles sont planifiées et exécutées, est définitivement très proche de la réalité. Le genre de personnes qui font cela, je ne décris pas des personnes en particulier, mais de vraies personnes. »

Ben-David dit que sa fiction se concentre sur les quelques cas où les choses vont mal, mais il ajoute que c’est très rare dans la vie réelle.

Mishka Ben-David, ancien agent du Mossad et auteur :

« Je dirais, et je n’exagère pas qu’une opération sur 1000 tournent mal, 999 se passent très bien. Évidemment, les opérations qui vont mal sont celles qui sont mises en avant et que les gens connaissent.

Si les mêmes opérations s’étaient bien déroulées, alors, personne n’aurait su qu’il y avait eu une opération là-bas. »

Dans le dispositif Mossad pendant 12 ans, Ben -David a été au centre de la tentative d’assassinat ratée de 1997 sur la vie du chef du Hamas, Khaled Mechaal. Deux agents ont injecté du poison à Meshaal en plein jour devant Ben -David qui lui a remis l’antidote qui lui a sauvé la vie en échange de la libération des agents du Mossad qui auraient dû être exécutés si le dirigeant du Hamas était mort.


Mishka Ben-David, ancien agent du Mossad et auteur :

« Quand j’ai remis l’antidote je me sentais bizarre, je n’avais pas peur, mais c’était très étrange pour un agent qui n’est pas sous sa propre identité de se faire dire « Ok, allez maintenant à la réception de votre hôtel et voyez le Capitaine Firas, du renseignement jordanien et remettez-lui l’antidote », ce qui signifie que vous vous exposez à votre ennemi. Donc la sensation était étrange. »

Il est inquiet de la façon dont ses anciens collègues recevraient ses romans d’espionnage, Ben-David admet que le gouvernement israélien approuve le contenu du roman avant qu’il ne soit envoyé en publication.

Mishka Ben-David, ancien agent du Mossad et auteur :

« Officieusement, les chefs du Mossad n’approuvent jamais un des leurs écrivant sur le Mossad. Mais mes collègues du Mossad m’écrivent toujours pour me dire combien ils aiment le livre et combien ils peuvent montrer à leurs amis, leurs épouses, et dire « Ecoutez, je ne pouvais rien dire, mais lisez ce livre.

C’est très similaire à ce que j’ai fait. C’est très similaire à ce que j’ai vécu. » Donc, en gros, ils aiment beaucoup. »

Ayant quitté l’agence il y a plus de 13 ans, Ben-David, dit qu’il est en manque de frisson et d’être un agent qui effectue des opérations clandestines, mais il a atteint un stade de sa vie où il veut revenir à la littérature.

L’ancien espion a trois enfants et il dit qu’il a regretté de ne pas avoir vu grandir sa fille et ne veut pas rater çà, pour ses deux plus jeunes fils.

JN1 Article original

Tags : Mossad thriller Mishka Ben-David Khaled Mechaal Amman

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here