Les Israéliens disent “non” au mariage religieux

0
12

Le texte de loi pour la légalisation du mariage civil ravive les tensions entre laïcs et religieux en IsraëlAu moment où la classe politique débat sur le projet de loi qui autoriserait le mariage civil en Israël, la société est divisée entre ceux qui veulent empêcher une laïcisation de l’institution et ceux qui appellent au contraire à son évolution.

En Israël, seuls les rabbins qui respectent les rites du Judaïsme orthodoxe sont habilités à célébrer un mariage. Une pratique critiquée par toute une classe d’Israéliens qui considère cette restriction comme une mainmise des orthodoxes sur l’un des moments les plus importants de leur vie.

Des stars de la télé et des top modèles israéliens ont diffusé cette semaine une publicité visant à soutenir le nouveau projet de loi qui autoriserait le mariage civil en Israël. Une tempête politique annoncée alors que les députés israéliens devront sûrement se prononcer sur la question prochainement.

De son côté, le rabbinat, l’autorité religieuse orthodoxe en Israël chargée d’officialiser les mariages entre deux personnes de religion juive affirme que sa mission est vitale pour le Peuple juif. Un récent sondage a par ailleurs montré qu’il y a plus d’Israéliens opposés à l’introduction du mariage civil que d’Israéliens favorables à cette mesure.

Cependant, un nombre important de citoyens soutiennent la reconnaissance d’un mariage laïque et/ou d’un mariage célébré par un rabbin non-orthodoxe. Ces derniers jours, de nombreux internautes ont appelé sur les réseaux sociaux à une mobilisation contre le monopole exercé par le rabbinat.

En septembre, Stav Sharon, une Israélienne de 30 ans, a épousé son mari au cours d’une cérémonie alternative conduite par un rabbin non-orthodoxe.

“Nous tenions à nous marier dans la tradition juive bien que nous ne soyons pas religieux. Nous nous sentons connectés au judaïsme, c’est notre peuple et nos traditions”, a confié Stav Sharon.

De tels mariages ne sont reconnus par le droit israélien. Ils ne sont pas illégaux mais il ne sont pas pris en compte par le ministère de l’Intérieur.

La loi israélienne reconnait néanmoins les mariages célébrés à l’étranger par ses ressortissants – même s’il s’agit de cérémonies non-religieuses.

Ainsi, de nombreux couples choisissent de célébrer leur union à Chypre. La République Tchèque est aussi devenue l’une des destinations préférées des Israéliens qui souhaitent officialiser leur union à l’abri de l’autorité rabbinique.

Sharon Stav et son mari étaient opposés à cette pratique. “Se marier à l’étranger signifie renoncer. Nous voulions nous marier dans notre pays”, a-t-elle expliqué.

Aucune donnée n’est publiée sur les unions “invalidées” de ce type célébrées en Israël. Selon le Bureau national des statistiques, près de 39 000 couples juifs ont été mariés par le rabbinat en 2011 tandis que 9000 mariages à l’étranger ont été recensés par le ministère de l’Intérieur.

Les Musulmans, les Druzes et les Chrétiens d’Israël peuvent également être mariés par leurs propres instances religieuses présentes sur le territoire. Une loi qui rend les mariages mixtes impossibles pour les Israéliens, sauf s’ils sont célébrés à l’étranger.

Qui est reconnu comme Juif ?

Les tensions entre laïcs et religieux se sont intensifiées ces derniers temps en Israël, un pays qui se définit comme juif et démocratique depuis l’Indépendance proclamée en 1948.

20% d’Israéliens se considèrent comme orthodoxes alors qu’une large majorité d’Israéliens ne se rendent qu’occasionnellement à la synagogue. Le pays abrite également des communautés réformistes et traditionnalistes.

Dernièrement, les ultra-orthodoxes ont attisé la colère de leurs concitoyens après des révélations sur une série de pratiques jugées extrémistes, notamment la séparation des hommes et des femmes dans certains autobus et l’humiliation publique de femmes dont la tenue avait été jugée “provoquante”.

Le cas des nouveaux immigrants

L’absence de mariage civil met la société face à de nombreux obstacles, notamment pour les couples dont les partenaires n’ont pas la même religion, qui ne peuvent pas unir leur destin en Israël.

Il en va de même pour les nouveaux immigrants considérés comme juifs par l’Etat dans le cadre de la loi du Retour (cette loi accorde automatiquement la citoyenneté israélienne à toute personne ayant au moins un de ses quatre grands-parents juif, ndlr) mais non-juifs aux yeux des autorités religieuses israéliennes. Selon la loi religieuse, un individu est considéré comme juif seulement si né d’une mère juive. Par conséquent, quelque 300 000 immigrants, juifs selon l’Etat mais pas pour les autorités religieuses, sont dans l’impossibilité de se marier en Israël.

“Ca nous a pris un an”, a raconté une immigrante de 34 ans venue d’Argentine, qui a préféré rester anonyme.

“Ils (ndlr : le rabbinat) disaient que nos documents n’étaient pas suffisants. Ils réclamaient sans cesse de nouvelles preuves. Ils m’ont même demandé de trouver un témoin d’Argentine qui aurait vu mes grands-parents célébrer les fêtes juives chez eux”, a-t-elle poursuivi.

Ziv Maor, porte-parole du rabbinat en Israël, a affirmé que la stricte observation du rite orthodoxe et de ses pratiques “permettait de cristalliser les communautés juives du monde entier”.

“Un Juif marocain sait qu’il peut épouser une Juive de Lituanie”, a-t-il expliqué.

“La loi rabbinique est très claire pour déterminer qui est juif et qui ne l’est pas…Nous n’avons pas le droit, par respect pour les générations passées et futures, de nous éloigner de ces critères”, a poursuivi Ziv Maor.

21-11-2013/ i 24 NEWS Article original

1 COMMENT

  1. Cet article a de quoi bousculer la confiance que nous sommes sensé avoir vis à vis des tribunaux rabbinique. Dans un contexte laïc ce genre de loi n’est pas fait pour attirer la sympathie des Républicains.

    Bon, de toute évidence cette loi est ainsi faite pour préserver notre Tribu de toute “pollution” extérieure. Mais ce qui peut se comprendre de la part d’un Juif, peut être assimilé comme le racisme le plus dur par les autres.

    Néanmoins, ce qui m’ennuie le plus dans ce débat, c’est le boulevard ouvert aux antisémites de tous poils. Rendez-vous compte, prouver aux yeux du monde que l’éternel peuple brimé mérite bien les châtiments qu’il a subi. Ce qu’on pardonne aux peuples les plus barbares, on ne nous pardonnera pas le 1/1000

  2. se marie a l etrange oui se marie avec un rav massoraty non cela est epouvantable Il y a deux ans j etais a un mariage massoraty pour faire valorise leurs mariages le jeunes couples c est remarie aux Etats-unis Il faut dire que le marie et la femme sont juifs Personnellement je prefere les gens qui vont tous les shabbat dans une synagogue Massoraty a ceux qui vont deux fois par an dans un synagogue orthodxe et qui mange du porc

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here