Les Frères musulmans Tunisiens se préparent à la guerre civile

0
12

La dernière cache d’armes découverte aujourd’hui à côté de Tunis à fini par convaincre les plus optimistes que les terroristes d’Ennahda se préparent à la bataille décisive. Depuis que les Anglo-américains ont imposé son retour triomphal en 2011, Rached Ghannouchi stocke armes et munitions et prépare ses troupes au grand affrontement. Il a toujours promis que « le scénario algérien de 1992 ne se reproduira plus jamais, dans aucun pays du printemps arabe » ! C’est tout le sens de la dernière déclaration spontanée de Sahbi Atig, suivie de la confirmation pas moins spontanée de Lotfi Zitoune.

Les Frères musulmans Tunisiens se préparent à la guerre civile
Déjà fragilisé par la perte de leurs alliés et commanditaires qataris, Hamad Ben Khalifa et Hamad Ben Jassim, les Frères musulmans tunisiens sont pris de paniques après l’éviction de Mohamed Morsi en Egypte. La perte du pouvoir les inquiètes, mais ce qui leur fait encore plus peur, c’est surtout les conséquences judiciaires de leur chute. Si l’opinion égyptienne apprend chaque jour les dossiers de corruption, de trafic en tout genre et de haute trahison des très « pieux » Frères musulmans, en seulement une année de pouvoir, l’opinion tunisienne risque de tomber des nues le jour où Ennahda sera balayée par un sursaut patriotique du peuple tunisien.

Les Tunisiens apprendront alors que les islamistes, avec l’aval de Rachid Ammar et la complicité d’Ettakatol et du CPR, ont bradé aux Qataris des milliers d’hectares de terre agricole et des dizaines d’entreprises performantes ; qu’ils ont accordé à leurs protecteurs Américains une base militaire dans le Sud tunisien, que Ben Ali leur a toujours refusé, qu’ils ont envoyé à la mort 6000 jeunes tunisiens faire le Djihad en Syrie, qu’ils ont comploté pour déstabiliser l’Algérie, qu’ils ont assassiné Tarek Mekki, Chokri Belaïd et d’autres anonymes au sein de l’armée et de la police, qu’ils sont derrières les événement de Djebel Chaambi…Les Tunisiens découvriront surtout qu’en janvier 2011, avec l’assistance logistique des services américains, britanniques et qataris, les islamistes ont joué un rôle clef dans les attaques contre les postes de police et de gendarmerie, ainsi que dans les premières victimes des snipers.

Il y a déjà six mois, les forces de polices ont découvert une importante cache d’armes dans un petit village à côté de Médenine. Il a fallu trois camions pour vider ce grand garage que louait un militant d’Ennahda, originaire du même village qu’Ali Larayedh ! Ces armes y étaient stockées depuis février 2012 et elles venaient toutes des frontières libyennes. Celles qui viennent d’être découvertes à la cité Al-Ghazala, dans le gouvernorat de l’Ariana viennent également de Libye. Il s’agit d’armes légères et moyennes de fabrication anglaise et allemande. Selon des informations policières, le principal suspect est en fuite et il appartiendrait à un « courant islamiste radical ».

Nos lecteurs peuvent légitimement se demander : si Ennahda est impliquée dans ces préparatifs d’attentats ou de guerre civile, comment se fait-il alors que c’est la police aux ordres d’un gouvernement islamiste, dont le premier ministre est Ali Larayedh, qui découvrent ces caches d’armes et qui rend public ces découvertes ? La réponse est simple. Primo, sur une cache d’armes découverte, des centaines restent secrètes. Secundo, le ministère de l’Intérieur n’a pas encore été totalement expurgé de ses cadres et agents patriotes, même si une cellule très importante y a été crée, et qui est constituée des ancien putschistes islamistes qui ont été appelé à l’époque de Ben Ali le « groupe sécuritaire ».

Pour nous, le suspect de la cité la cité Al-Ghazal appartient à l’une des nombreuses ramifications terroristes d’Ennahda. Toutes ces organisations terroristes sont placées sous le haut commandement de Rached Ghannouchi, par le biais de Saïd Ferjani, l’homme des opérations noires qui a négocié la livraison de Baghdadi Mahmoudi au gouvernement fantoche de Tripoli. Dans son plan de mise aux pas des Tunisiens, Rached Ghannouchi compte d’ailleurs beaucoup sur Abdelhakim Belhadj, membre d’Al-Qaïda à l’époque de Ben Laden et « frère » conjoncturel de Bernard Henri-Lévy. Il compte aussi sur ses troupes terroristes rentrées en Tunisie après le coup d’Etat du 14 janvier 2011, notamment Tarek Maaroufi. Il compte enfin sur les djihadistes en Syrie qui, selon le quotidien libanais Ennahar, ont reçu pour consigne de se replier sur les frontières tuniso-libyennes, une semaine après la chute de Mohamed Morsi.

Le site d’information Al-Manar a par ailleurs révélé que depuis le réveil patriotique de l’armée égyptienne, les lieutenants visibles et cachés d’Ennahda se réunissent quotidiennement avec Rached Ghannouchi pour se préparer à toutes les éventualités. Ce qui reste de l’armée nationale tunisienne est placé sous haute surveillance. Idem pour certains hauts cadres du ministère de l’Intérieur qui ont été écartés depuis une année et qui sont, depuis deux semaines, en résidence surveillée. Toujours selon Al-Manar qui cite le rapport d’un service de renseignement européen, Rached Ghannouchi a ordonné « la réactivation des cellules dormantes terroristes dans l’ensemble du pays et particulièrement dans Tunis et ses banlieues nord et sud ». Il a aussi exigé la mobilisation générale et « le recrutement d’un maximum de jeunes à enrôler au sein des structures secrètes déjà existantes ».

Si l’on ajoute à ses données les informations de MosaïqueFM, la boucle sera bouclée. En effet, selon le correspondant de MosaïqueFM, les autorités sécuritaires algériennes ont informé Tunis que 8 terroristes sont en mouvement dans une zone frontalière tuniso-algérienne et que l’armée algérienne compte les pourchasser. Toujours selon MosaïqueFM, les services de sécurité algériens ont arrêté la semaine dernière deux terroristes tunisiens, dans la Wilaya Alè-Wadi, à proximité des frontières tunisiennes. Après interrogatoire, il s’est avéré qu’ils font partie d’un groupe de terroristes islamistes qui était en mission en Libye, où ils ont obtenu des armes d’une valeur de 50 millions de dollars. Ils ont avoué que les armes en question étaient destinées aux terroristes qui se cachent au Djebel Chaambi. Pour nous, il s’agit du réseau Abdelhakim Belhadj-Saïd Ferjani.

Selon nos propres informations, l’assassinat d’un certain nombre de chefs de l’opposition de gauche est plus que jamais probable. Il y a trois jours, à sa demande ou à l’initiative d’un pays étranger, Hamma Hammami a eu droit à une protection rapprochée, assurée par une société privée française, dont les fondateurs sont deux anciens cadres de la DGSE. Visiblement, Hamma Hammami ne fait plus confiance aux quatre agents de la Garde présidentielle, qui assurent sa protection depuis l’assassinat de Chokri Belaïd. Il a tout à fait raisin de se méfier d’une Garde présidentielle commandée par un certain Sik Salem !!! Tunisie-Secret.com

Lilia Ben Rejeb

19 Juillet 2013 Lu 3188 fois
tunisie-secret.com Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here