Les Briseurs d’Alyah du Syndicat antisioniste…

9
19

(Suite et non fin de : Le Ministère des Affaires Etrangères, étranger aux affaires d’Israël Article original)

L’Alyah est stoppée pour une durée indéterminée, à partir de ce mercredi, nous annonçait, le 29 juin, alyaexpress-news.com Article original. Le comité des travailleurs du Ministère a fait pression, toute la semaine dernière, et n’a cessé d’émettre des directives pour mettre fin à tous les services consulaires à l’étranger et stopper tout soutien aux diplomates étrangers en poste en Israël. Aucun de ces bureaux n’est en mesure de délivrer des visas d’Alyah.D’après Yéhuda Sharf, Directeur de l’Agence Juive pour l’Alyah, les conséquences sont catastrophiques : certains Olim Hadashim (nouveaux immigrants) ont vendu tous leurs biens, à une date antérieure. Les dommages financiers peuvent, selon les cas, être énormes. Les mêmes ou d’autres devaient prendre un nouvel emploi en Eretz ou commencer des cours (Oulpan, formation professionnelle, reclassement). Les jeunes peuvent ne pas être en mesure de répondre à l’appel de l’armée pour le début d’une conscription.

Selon l’organisme Nefesh B’Nefesh, ce mouvement va affecter des centaines de Olim, en provenance des Etats-Unis et de nombreux autres pays, cet été.

« Les ennemis d’Israël sont ravis des agissements antipatriotiques et antisionistes de ce groupe de travailleurs ! », s’exclame Morton Klein, Président de l’Organisation Sioniste d’Amérique. Il ne peut que lever les bras au ciel et espérer un dialogue rapide et constructif entre les diverses parties prenantes de cette grève qui vise à briser l’Alyah.

Hier, dans nos colonnes, Mordekhaï Kedar, par le truchement de notre consœur Danilette Article original, faisait le bilan du travail de sape de ceux qu’il appelle les Akhusalim, fonctionnaires à vie du Ministère des Affaires étrangères, issus des classes privilégiées et orientés politiquement, au Parti Travailliste, quand ce n’est pas au Meretz. Il racontait comment certains, à des postes-clé, ont saboté la Hasbara, politique de communication de l’Etat à l’intention des pays étrangers, durant les périodes de la Seconde Intifada et de la Guerre du Liban II. Un Ministre élu par le peuple, comme Avigdor Lieberman, se retrouve « persona non grata » auprès du personnel de son propre Ministère. Ils se font les concepteurs de la politique de l’Etat, plus qu’ils n’en sont les garants.

On peut toujours aller manifester devant le Musée du Jeu de Paume, lorsque ces agents de l’Etat ont refusé de communiquer, durant des années, sur le milieu ambiant du “Martyr”, d’après M. Kedar.

En France, on est consterné de l’absence de réactivité de ces services, lors des périodes, comme depuis 2000 et celle-ci, quand les Juifs continuent d’être en danger, après Toulouse, les meurtres des Sandler, de Sébastien Selam, Ilan Halimi ; ou après la condamnation, le 26 juin, de Philippe Karsenty, dans l’affaire Al-Dura, qui l’oppose à Charles Enderlin. Elle signe le double-langage du gouvernement Hollande, dans ses engagements, débordant d’émotion, de combattre l’antisémitisme, et, revers de la médaille, refusant, par paresse et conformisme, toute analyse sérieuse, quant à l’incitation à la haine par médias interposés.

On sait, pourtant, les fins de non-recevoir adressées aux demandes de l’adjoint au Maire de Neuilly, de la part des services de l’Ambassadeur Daniel Shek, puis de Nissim Zvili, à une époque où le soutien de l’Etat d’Israël aurait dû être crucial pour la résolution de cette affaire. La Commission Kupperwasser a tenté, sur le tard, très tard, de réparer cet oubli et cet aveuglement volontaire, en faveur du correspondant français de France 2. Rien n’y fera, tant que de zélés fonctionnaires français recevront l’assurance de leurs symbiotiques homologues, taillés dans le même costume-cravate, que cela n’entachera pas les “relations d’amitié profonde qui unissent indissolublement”… ces deux syndicats.

Certes, l’acharnement médiatique des AFP, Le Monde, Fr 2, l’action en coulisse du cabinet conseil de France-Télévision, tenu par le compagnon de la Garde de Sceaux, la complicité des syndicats des journalistes et de celui de la Magistrature, -comme dans la façon de se payer la tête de Clément Weill-Raynal- referment un à un les espaces de liberté dans ce pays.

On peut encore avoir la naïveté, pleine d’idéal, qu’il reste une issue de secours et que l’Etat Juif restera, mât dans la tempête, fidèle à sa vocation première et à sa mission historique, au cas où les choses continueraient d’empirer. Ce à quoi s’emploient les syndicats de fonctionnaires français. Mais, ils sont, très utilement relayés par leurs confrères israéliens, qui, le moment venu, sont susceptibles de fermer les vannes de l’Alyah, pour de simples revendications salariales ou parce que leur parti leur intime de mettre des bâtons dans les roues à un gouvernement, dont les orientations n’ont pas l’heur de leur plaire.

Que certaines de ces revendications soient légitimes n’empêche, d’aucune façon, qu’ils ont un service minimum à accomplir, au nom des valeurs qui transcendent leurs intérêts purement catégoriels. Les idéologies de gauche, qu’ils prétendent servir, devraient être une ligne de conduite à laisser de côté, dès qu’elles mettent, de manière aussi radicale que délibérée, l’intérêt collectif en danger et la subsistance même du « service public » en question.

Dans le cas de la grève du zèle, en matière de Hasbara, cela revient à un principe de non-assistance à compatriotes et frères de Diaspora directement menacés, quand les bus explosent et que les synagogues sont incendiées.

La vocation-refuge de l’Etat d’Israël équivaut à une de ces valeurs sacrées. Elle est née de l’expérience traumatisante des pogroms et de la Shoah, pour ceux qui l’ont subie, autant que pour ceux qui y ont assisté, impuissants, hantés par le “complexe du survivant”. Aujourd’hui, on parle « d’Alyah de choix ». Y a-t-il un choix, pour celui qui a mis la clé sous la porte en France, mais est jeté dans le dédale kafkaïen de l’interdiction adminsitrative de rentrer chez lui, en Eretz ? Ou est-il, de fait, non seulement un SDF, mais, plus clairement, un Apatride entre deux zones de transit ?

Ces syndicalistes ramènent la condition juive,- à l’époque d’un Israël, particulièrement prospère, état gazier et pétrolier,- à celle des tribulations du Juif errant. Pour ce seul délit contre l’idée de peuple, de nation et la constitution d’un Etat, de protection du droit à la sécurité élémentaire des personnes, des mesures de rétorsion appropriées, comme la mise à pied -pour rupture de contrat moral- et la contractualisation à l’égard du privé, devrait, logiquement, faire réfléchir sur la condition humaine ces castes gauchisantes, qui ont la paralysie de leur prochain pour seul idéal.

Comme disait, Allègre, l’ami Claude : il est grand temps de dégraisser le(s) Mammouth(s) -franco-isralien-!

Marc Brzustowski.

9 COMMENTS

  1. LA PIRE ORDURE QUI A REPRESENTE LES ALTERJUIFS D’ISRAEL, C’EST L’ECTOPLASME ELI BARNAVI ! ! !CETTE SOUS-MERDE S’ETAIT FENDUE D’UNE PLEURNICHERIE DANS “L’IMMONDE”, SE LAMENTANT DE L’ELECTION D’ARIK SHARON EN FEVRIER 2001, EN PLEINE VAGUE ANTIJUIVE EN ISRAEL ET EN FRANCEKIPU…

    FRANCHEMENT, C’EST TRES DIFFICILE DE CONTENIR SA COLERE QUAND ON VOIT LES MEFAITS DE LA GAUCHE EN ISRAEL DEPUIS LE DEPART DE MENAHEM BEGIN Z’L.

  2. N’importe qui peut monter dans un avion pour Israel et s’inscrire comme Oleh Hadash au ministère de l’intégration et au ministère de l’intérieur s’il n’a pas pu ou n’a pas voulu le faire depuis l’étranger. Il y a aussi les bureaux de l’AMI et les associations d’entraide aux Olim qui aident pour ces démarches. Comme si un conflit salarial au sein du ministère des affaires étrangères signifiait que les frontières d’Israel sont fermées. Alors, il faut être complètement fêlé pour pondre ces lignes.

  3. La Alyah ou ne pas la réaliser et rester dans son pays de résidence est un libre choix inhérent à la personne de chaque juif et existait même avant la création de l’état d’Israël . Ceux qui ont choisi de monter en Israël doivent pouvoir le faire sans aucun obstacle et ceux qui n’envisagent pas de le faire pour des considérations également personnelles sont aussi respectables . En conséquence , si certains individus agissent , pour n’importe quelle raison , afin de supprimer la possibilité de faire la Alyah , ces mêmes individus sont d’inavouables crapules .
    De Jérusalem .

  4. Le problème aujourd’hui c’est qu’en France et partout ailleurs les juifs sont trop diabolisés, la France qui dit lutter contre l’antisémitisme, est en train de fabriquer des antisémites.

  5. Oui une grande partie des Madrihim et Chlihim de l’Agence Juive ne sont que des privilégiés , ronds de cuir ou trous de c. qui s’en foutent et de la Alya et de l’Etat juif

    Ces gens n’ont rien à envier aux Appartchiks communistes ou socialos qui ont dégoûté de nombreux militants idéalistes

    Idem pour Israël

    Que ces vauriens et profiteurs soient mieux surveillés dans leur situation

  6. Personnellement, je suis juive , fière d’être française, tout en étant lucide quant aux progrès de la détestation d’Israel et d’un certain antisémitisme ; mais, tout en pensant que la création de l’état d’Israel est un signe avant-coureur de la venue du messie-bim hero ve yomenou ve nomar omen-, je persiste à croire qu’il y encore des étincelles de sainteté à glaner en golah, et que nous, juifs avons un message à transmettre aux goyim, celui de l’unité de D. – malheureusement, à l’heure qu’il est ,il est inaudible ou presque !

  7. Vous n’êtes pas un Juif, mais un Israélite. La différence:

    Juif et un Israélite, arrêtés par la Gestapo, attendent leur exécution. Le chef du peloton demande au Juif: “Quel est ton dernier souhait?” “Une cigarette”. L’Israélite engueule le Juif:”Arrête tes provocations, Max, tu ne vois pas que tu aggraves la situation?”

  8. Je vais dire le fond de ma pensée ;

    1 ) les juifs en France ne sont pas des pièces rapportées et donc une complète légitimité à faire valoir
    leurs droits , certes ils y a des antisémites mais pas tous les Français le sont , il y a aussi des intelligences dans se pays .

    2) Maintenant se qui peut effectivement nous inquiéter se sont certains actes ( comme le jeux de paumes , les actes terroristes , les agressions envers les juifs que nous sommes .

    3) Fuir ? Le jour où je n’aurai plus le choix oui , quitte à partir en dehors de l’Europe , mais
    je pense qu’il faut se remonter les manches et ne surtout pas avoir peur , mais réagir quitte à harceler les pouvoir public si ils ne font pas leur travail en respectant les droits de chaque citoyens , les médiats bon eux rien de nouveaux c’est dans plusieurs sujets de sociétés qu’ils désinforment comme toujours rien de nouveau , mais certains comme France 2 eux c’est autre chose ils poussent aux crimes par de la désinformation , il n y a que les juifs qui s’en rendent compte et tôt ou tard ils devront rendre des comptes , mais baissé les bras en fuyant c’est stupide pour l’instant .
    4 ) la peur de revivre une persécution comme l’holocauste , impossible parce que nous savons de quoi certains sont capables et cette fois-ci nous nous laisserons pas exterminés sans nous battre .

    5 ) Nous sommes des vrais français ne l’oubliés pas et ils faut juste rafraîchir la mémoire de certains , du courage contre l’antisémitisme et ne rien lâcher même si cela agace certains , de toutes manière dites vous bien que pour ces gens ils trouveront toujours des excuses pour justifier leur haine ,ils sont bien trop lâche pour assumer leur pathologie . Quoi que fasse un juif c’est toujours les mêmes discours et bien au moins d’en avoir peur , réagir comme ils se doit et faire comprendre à ces gens que nous sommes français
    et en aucunement nous avons à justifier de quoi que se soit quitte à leur botter le cul en guise de piqûre de rappel , nous sommes dans un pays laïque toutes les communautés ont les mêmes droits .

  9. conclusion pour être plus directe cela ne sert à rien de pleurnicher mais de réagir efficacement , de toute manière ses paranos disent que nous contrôlons le monde etc.. qu’ils pensent se qu’ils veulent et faire tout pour protéger les juifs et que les pouvoir public fasse leur boulot , c’est pas une demande de privilégie c’est un droit commun à chaque citoyens français , et personnellement les antisémites je les emmerdes ils ne sont que des fruits pourris donc sans consistance , qu’ils restent avec leurs haines d’ignorants ils finiront comme ils auront vécu de toute manière .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here