Léon Bloy : son arrière-petit-fils réagit à la récente censure du « Salut par les Juifs »

0
11

Après la censure pour antisémitisme de cinq livres publiés par Alain Soral dont Le Salut par les Juifs de Léon Bloy, l’arrière-petit-fils de l’auteur réagit dans une tribune parue dans le Figaro littéraire.

Le 13 novembre, le juge des référés de Bobigny ordonnait à la demande de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), l’interdiction d’un livre et la censure partielle de cinq autres ouvrages parus chez Kontre Kulture, la maison d’édition d’Alain Soral. Parmi ces livres, Le Salut par les Juifs de Léon Bloy devait être en partie remanié.

Un effet d’amalgame déplorable selon Alexis Galpérine

Ce 28 novembre, Alexis Galpérine, arrière-petit-fils de l’écrivain, prend la parole au nom de son aïeul dans le Figaro littéraire : « Voir le nom de Bloy associé à celui d’Edouard Drumont et autres colporteurs de la propagande antisémite n’est pas seulement pénible, et même extrêmement douloureux, c’est à l’évidence un contresens énorme, et non innocent qui ne peut manquer de faire bondir les connaisseurs de l’œuvre bloyenne », écrit-il.

Défense de Léon Bloy

Et de rappeler que Le Salut par les Juifs a plusieurs fois été réédité par le passé sans que son auteur soit taxé d’antisémitisme. Au contraire, rappelle le violoniste et professeur au Conservatoire national supérieur de musique de Paris : bien des auteurs et chercheurs signalent que Bloy condamnait cette pensée écrivant notamment qu’il s’agit du « soufflet le plus horrible que Notre Seigneur ait reçu dans sa Passion qui dure toujours » ou encore que « la sainteté est inhérente à ce peuple exceptionnel, unique et impérissable ». Alexis Galpérine dépore donc surtout que la figure du pamphlétaire ait été récupérée par « un groupe de gens venus de l’extrême-droite politique » en « occultant délibérément ce qui constitue l’essence de sa pensée religieuse ».

Ce 13 novembre la réédition du Salut par les Juifs par Alain Soral, essayiste connu pour ses idées d’extrême-droite, était censurée aux côtés d’autres ouvrages La France juive d’Edouard Drumont, Le juif international d’Henry Ford et La controverse de Sion de Douglas Reed. Quant à L’anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme, une nouveauté signée Paul-Eric Blanrue, elle était tout simplement interdite.

N.S

28/11/2013
myboox.fr Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here