Le vote du Sénat américain sur la Syrie prévu mercredi est reporté

0
9

Le vote de
procédure prévu mercredi au Sénat américain sur le recours à la force en Syrie
a été reporté à une date indéterminée, a annoncé lundi le chef de la majorité
après la proposition russe sur l’arsenal chimique syrien.”Je ne pense pas que nous ayons besoin” de voter rapidement, a annoncé le
chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, quelques heures seulement
après avoir programmé ce vote à mercredi. “Nous devons faire en sorte que le
président ait l’opportunité de parler à tous les 100 sénateurs et aux 300
millions d’Américains avant que nous ne fassions cela”.
Le président Barack Obama avait lui même dit dans une interview à la chaîne
ABC que le calendrier parlementaire serait retardé.
“Je ne m’attends pas à voir une succession de votes cette semaine ou dans
l’avenir immédiat”, a-t-il dit. “Nous allons avoir du temps, à l’occasion des
débats ici aux Etats-Unis, pour que la communauté internationale, les Russes
et les Syriens travaillent avec nous et disent qu’il y a une façon de résoudre
cela”.
La majorité démocrate du Sénat avait jusqu’à aujourd’hui espéré voter d’ici
la fin de la semaine sur une résolution. Un texte avait été adopté rapidement
par la commission des Affaires étrangères, mercredi dernier, et M. Reid avait
annoncé lundi, dès le début de la nouvelle session parlementaire, qu’un
premier vote de procédure aurait lieu au Sénat mercredi.
Ce vote, où 60 voix sur 100 auraient été requises pour vaincre
l’obstruction de certains républicains, était indispensable pour permettre au
débat de se poursuivre et aux sénateurs de déposer des amendements, et au
final d’adopter la résolution.
Le texte à examiner, plus restrictif que la demande initiale de la Maison
Blanche, prévoit des frappes “limitées” en Syrie, d’une durée maximale de 60
jours, voire 90 jours en cas d’extension, et sans troupes au sol.

Mais le programme a été bouleversé par la proposition russe, lundi, de
placer les armes chimiques syriennes sous contrôle international, un
développement qualifié de “potentiellement positif” par Barack Obama.
Les élus du Congrès accueillaient diversement ce coup de théâtre.
John McCain, le sénateur républicain fervent partisan de frappes contre le
régime du président Bachar al-Assad, s’est dit sceptique et a donné “une
semaine” de délai pour obtenir une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.
“C’est une raison de plus pour que le Sénat vote, car c’est évidemment la
menace qui les a poussés à faire cette concession”, a-t-il dit à des
journalistes.

Le représentant démocrate Eliot Engel, partisan de frappes, s’est dit aussi
méfiant: “Je ne veux pas me fier aux bonnes intentions d’Assad ou de Poutine”,
a-t-il déclaré à des journalistes avant une réunion à huis clos avec plusieurs
responsables, dont le secrétaire d’Etat John Kerry.
Sur les 100 sénateurs, 23 se sont déclarés à ce jour favorables à une
intervention en Syrie, 25 y sont opposés et 52 restent indécis, selon un
décompte du New York Times lundi soir.

Le groupe démocrate (52 sénateurs démocrates et deux indépendants) est
divisé et devrait dans tous les cas recevoir l’appui de républicains pour que
la résolution finisse par être adoptée.
De son côté, la Chambre des représentants, contrôlée par les républicains,
n’a pas annoncé de calendrier pour le vote, les républicains se contentant de
prévoir un vote “dans les deux semaines”.

WASHINGTON (District of Columbia), 09 sept 2013 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here