Le «hacker saoudien» frappe encore en Israël

0
8

Les sites de la Bourse de Tel Aviv et de la compagnie aérienne El Al figurent parmi les victimes de nouvelles attaques informatiques.

La cyber-intifada fait rage au Moyen-Orient. Un pirate informatique que les médias israéliens ont baptisé le «hacker saoudien» avait divulgué la semaine dernière les numéros de cartes de crédit de 20 000 Israéliens. Il a repris ses attaques lundi contre plusieurs sites dans l’État hébreu. Aussi connu sous son pseudonyme OxOmar, il a annoncé qu’il travaillait avec un groupe de pirates informatiques palestiniens, et dit agir pour des motifs politiques.

Les attaques ont eu lieu lundi contre les sites de plusieurs ministères en Israël, la bourse de Tel Aviv et le site de la compagnie israélienne El Al, ainsi que celui de plusieurs banques. Ces sites ont été rendus inaccessibles pendant une grande partie de la journée. La bourse et les banques ont suspendu à titre préventif toutes les connexions Internet depuis l’étranger. Les pirates n’ont pas réussi à accéder à des données confidentielles. El Al a cependant dû suspendre ses réservations en ligne. D’autres sites israéliens moins importants ont été aussi victimes d’attaques.

Des journalistes de Ynet, le site internet du principal quotidien israélien Yedioth Ahronoth sont entrés en contact par chat avec le «hacker saoudien».

Celui-ci leur a expliqué que son but était «d’infliger des dégâts financiers et sociaux en Israël pour venger les attaques et les meurtres d’innocents palestiniens.»

Campagne de représailles

«Personne ne peut m’arrêter. Je vais continuer à attaquer Israël. Si les autorités israéliennes, en particulier Danny Ayalon présentent leurs excuses à moi et aux habitants de Gaza, je réduirais peut-être ces attaques», a prévenu le pirate.

Le «hacker saoudien», qui semble faire une fixation sur le vice-ministre des Affaires étrangères israélien, a aussi posté un message sur le site personnel de Danny Ayalon: «Danny! Excuse-toi et j’arrête les attaques».

Mais aucun autre dommage ou fuite de données confidentielles n’a été signalé. Les autorités israéliennes ont annoncé que des mesures de protection avaient été prises. La seule parade contre des attaques est généralement de suspendre l’accès aux sites visés depuis l’étranger, ce qui est toujours dommageable pour des entreprises commerciales.

Des «hackers» israéliens ont lancé presque aussitôt une campagne de représailles. Les sites de plusieurs ministères et organismes publics à Riyad ont été attaqués. L’un de ces «hackers», surnommé «Hannibal», a publié une liste de 30 000 comptes Facebook avec leurs codes d’accès, tous ouverts dans des pays musulmans. Il a annoncé qu’il possédait aussi les codes de 30 millions de comptes de messagerie appartenant à des habitants de tout le monde arabe.

«Ne crains rien, Israël, tu es protégé par le meilleur hacker du monde: moi», a-t-il publié dans un message. «Je vais continuer à soutenir le gouvernement israélien et à attaquer des pays arabes. Si le chef d’état-major Benny Ganz ou le premier ministre Nétanyahou déclarent une cyber-guerre, je publie ma liste. J’ai aussi les numéros de 4 millions de cartes de crédit. Donnez-moi l’ordre et je le fais!»

Adrien Jaulmes

Le Figaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here