Le cargo Arctic Sea était-il radioactif ?

0
37

Je découvre – ça et là dans certains médias anglophones spécialisés – qu’un contrôle de radioactivité du cargo Arctic Sea aurait été effectué par les services finlandais compétents en la matière. Ce contrôle n’aurait pas détecté de radioactivité anormale. Ce qui ne prouve rien étant donné que aucun des 22 pays lancés à la recherche de l’Arctic Sea n’a identifié de façon irréfutable son véritable parcours maritime.

Vingt-deux pays, rien que ça, à la recherche d’un vieux cargo transportant, nous dit-on, du bois, pour la valeur dérisoire de 1,3 millions d’euros. Or voici que Les autorités maltaises affirment (mardi 18 août) que le cargo Arctic Sea (neutralisé par la flotte de guerre russe près des îles du Cap-Vert) n’a jamais vraiment disparu.

La trace du cargo battant pavillon maltais et exploité par une compagnie finlandaise n’a jamais vraiment disparu ? Bien. Concrètement, les autorités maltaises expliquent que la commission de sécurité maritime (commission regroupant tout de même des représentants suédois, finlandais et maltais, donc des gens qui ne sont pas des ploucs en matière de renseignement) cette commission a suivi de très près les évolutions du détournement du navire.

Et cette commission précise : « La commission voudrait préciser que les mouvements de l’Arctic Sea ont toujours été connus pendant plusieurs jours, ce qui contredit les informations sur la disparition du bâtiment. Il y avait un consensus entre les autorités de Finlande, de Malte et de Suède pour ne divulguer aucune information sensible afin de ne pas mettre en danger la vie et la sécurité des personnes à bord, ni l’intégrité du bateau ».

Par ailleurs, selon Pavel Felgenhauer, il n’est pas exclu que l’Arctic Sea transportait du matériel nucléaire russe. Pavel Felgenhauer est un journaliste militaire russe respecté et une personnalité connue de l’opposition russe. Son article intitulé « Ce n’est pas une guerre spontanée, mais bien une guerre planifiée » paru dans la Novaya Gazeta le 14 août 2008, article démontrant que la Russie avait planifié l’invasion de la Géorgie avant le 8 août 2008, cet article avait fait le tour du monde.

Détail révélateur, la presse en terre d’islam, y compris en Algérie, raconte, question de noyer le poison, que le cargo transportait du matériel nucléaire français (chargé en Bretagne) pour fabriquer une bombe sale, matériel destiné à Israël, bien entendu…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here