Le Rafale va t-il équiper l’encore très islamiste Qatar?

0
12

On a les réjouissances politico-industrielles et les bonnes nouvelles économiques qu’on peut…

Le Qatar souhaite s’équiper de 72 avions de combat. Il pourrait choisir d’ici à la fin de l’année un fournisseur entre Dassault Aviation, Lockheed Martin et le consortium Eurofighter pour un premier lot de 36 appareils. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rend ce lundi à Doha pour consolider les liens politiques entre la France et le Qatar.

Toute la filière aéronautique militaire française retient son souffle. Avec l’Inde, le Qatar est aujourd’hui le deuxième prospect le plus sérieux pour le Rafale, et ce bien avant les Emirats arabes unis (EAU). Ces derniers, même s’ils ont repris langue avec Dassault Aviation et ses partenaires, ne semblent pas réellement pressés de choisir entre le Rafale et le Typhoon du consortium Eurofighter (BAE Systems, EADS et Finmeccanica).

Au Qatar, il y a peu de temps encore, ce n’était pas non plus le cas. Mais Doha a semble-t-il décidé d’accélérer au début de l’été son processus d’acquisition pour remplacer ses douze Mirage 2000-5 -les seuls avions de combat dont il dispose à ce jour- et renforcer sa flotte. « L’opération Harmattan en Libye, menée aux côtés de la France, notamment des aviateurs français, a permis au Qatar de voir quel rôle cet émirat peut jouer au niveau international », explique-t-on au ministère de la Défense.

Le Qatar veut 72 avions de combat

« Le Qatar veut aller vite », confirme à La Tribune une source proche du dossier. De douze appareils, ils voudraient passer à 72, dont un premier lot de 36, selon des sources concordantes. Un client qui a les moyens de s’offrir ces avions de combat. Dans ce cadre, l’émirat a récemment envoyé un appel d’offre (Request for Proposal) à trois candidats : Dassault Aviation, Lockheed Martin (F-35) et le consortium Eurofighter. Selon un calendrier informel, le Qatar pourrait choisir un fournisseur pour un premier lot de 36 appareils d’ici à la fin de l’année, peut-être à l’automne, et entrer avec ce constructeur en négociations exclusives. Un contrat serait signé en 2014. Même si certains espèrent un contrat d’ici à la fin de l’année, plusieurs sources interrogées par La Tribune estiment que ce n’est pas possible de négocier aussi rapidement un tel contrat. D’autant que Doha veut suivre un processus d’acquisition normal.

La formation des pilotes, un point clé

A Paris, on croit fort à un succès du Rafale au Qatar. Notamment pour le premier lot de 36 appareils. Car dans un second temps, les Qataris pourraient choisir de s’offrir le F-35 de Lockheed Martin. L’un des éléments clés d’un éventuel succès tricolore portera sur la formation des pilotes, peu nombreux au Qatar. “Il faudra présenter un dossier solide sur la formation”, explique-t-on à La Tribune. En juillet 2012, le Rafale avait impressionné les Qataris à l’issue d’une campagne extrêmement positive par temps chaud (50 degrés) dans le ciel du Qatar… sans aucun coup de chaleur contrairement à certains de ses concurrents américains, les appareils de Boeing, les F-15 et les F-18.

Jean-Yves Le Drian A Doha

Cette visite au Qatar est la troisième de Jean-Yves Le Drian depuis son entrée en fonction, en mai 2012. Début août, il avait indiqué que le Qatar, comme l’Inde et “d’autres pays”, était intéressé par l’achat du Rafale. Fin juin, le président François Hollande avait évoqué lui-même le dossier du Rafale avec les dirigeants qataris, lors d’une visite à Doha. Pour Jean-Yves Le Drian, pas question pour autant de harceler les responsables qataris avec le Rafale lors de sa visite au Qatar. Fidèle à sa stratégie qui lui a si bien réussi aux Emirats arabes unis avec la signature de deux contrats (satellites d’observation et radars), il souhaite avant tout construire un lien politique fort avec le Qatar. Il évoquera surtout avec le nouveau cheikh francophile Tamim ben Hamad Al Thani, qui a succédé à son père fin juin, les dossiers syriens et égyptiens. Ils parleront peut être foot avec le propriétaire du Paris-Saint-Germain (PSG), le ministre étant un fervent supporter des Merlus (FC Lorient). Plus sérieusement, il rencontrera également le nouveau ministre de la Défense qatari.

A l’issue de sa visite au Qatar, il rendra visite à l’homme fort des Emirats arabes unis, le prince héritier cheikh Mohamed Bin Zayed Al Nahyan. « Une façon de maintenir les très bonnes relations entre les deux pays et d’envoyer un signal au cheikh : cette relation va au-delà des contrats signés », explique-t-on à Paris.

Plus de 20 milliards d’euros de prospect au Qatar

Au-delà de cette visite politique, la France joue gros au Qatar. Les industriels de l’armement tricolores sont en course pour plusieurs prospects d’une valeur de plus de 20 milliards d’euros. Paris croit également aux chances du véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI) de Nexter qui est arrivé également dans le groupe de tête à l’issue de récentes évaluations face à ses rivaux allemand (Boxer de KMW et Rheinmetall), finlandais (Patria AMV) et turc. Doha souhaite acquérir 480 véhicules pour les forces terrestres ainsi que 200 exemplaires pour la garde spéciale de l’émir.

Par ailleurs, Eurocopter espère vendre le NH90 dans sa version terrestre et navale. Le constructeur travaille sur deux propositions, l’une étant de panacher la version terrestre (12 modèles TTH) et navale (10 NFH), l’autre étant de proposer que du NFH (22 exemplaires). Face au NH90, les Américains proposent le Seahawk de Sikorsky. En revanche, les Qataris préféreraient pour renouveler leur flotte d’hélicoptères de combat (soit une douzaine d’appareils) l’Apache de Boeing au Tigre d’Eurocopter.

Le missilier MBDA dispose également au Qatar de bonnes chances d’équiper les forces armées dans le domaine de la défense aérienne. Le groupe européen propose le VL-Mica ainsi que le système SAMP/T équipé de missiles antimissiles Aster Block 1 pour la défense anti-aérienne. A plus long terme, MBDA et le groupe naval DCNS proposeront des frégates équipées de systèmes anti-missiles Aster 30. Problème, les eaux peu profondes de l’émirat compliquent le dossier… Enfin, le Qatar pourrait choisir rapidement à l’issue d’un appel d’offre un constructeur pour équiper la marine qatarie de quatre corvettes. DCNS est sur les rangs et propose son système de combat, le Setis.

Michel Cabirol | 25/08/2013, 23:30

latribune.fr Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here