Le RAID , en première ligne à Toulouse

0
13

Le RAID fait partie de la force d’intervention de la police nationale ; il est placé sous l’autorité du directeur général de la police nationale, est dirigé par un fonctionnaire du corps de conception et de direction de la police nationale.

C’est une unité d’élite , autour de laquelle est cultivé le plus grand secret possible , ce qui permet de protéger ses membres (et leur famille ) de représailles , mais aussi contribue à renforcer le mythe .Placé sous l’autorité directe du directeur général de la Police nationale, le RAID est appelé à intervenir à l’occasion d’événements graves, nécessitant l’utilisation de techniques et de moyens spécifiques pour neutraliser les individus dangereux, par la négociation ou l’intervention.

Son rôle est notamment d’agir dans les situations de crise, du type prise d’otages, retranchement de forcenés ou arrestation de malfaiteurs à haut risque, mais aussi de contribuer à la lutte antiterroriste en apportant son concours à l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT) et aux autres services spécialisés, afin de mener des opérations de filature, d’observation, de renseignement et d’arrestations d’individus ou de groupes susceptibles de se livrer à des actions terroristes sur le territoire français.

L’unité est basée à Bièvres, sur le domaine de Bel-Air, dans le département de l’Essonne. Sa devise est : « Servir sans faillir ».

Le RAID contribue, dans l’ensemble du territoire de la République, à la lutte contre toutes les formes de criminalité. À ce titre, il prête assistance aux services de police .

Qui sont ses membres?

Le Raid est composé d’environ 170 personnes, qui font l’objet d’une sélection drastique – sur des critères d’endurance physique mais aussi de robustesse psychologique – , puis d’une formation intensive.

L’unité est essentiellement composée de policiers, mais comporte aussi des médecins ainsi qu’un psychologue.

Vingt-cinq membres du Raid ont été envoyés en renfort à Toulouse lundi soir, pour renforcer le dispositif policier et aider à retrouver le tueur.

Modalités d’intervention du Raid :

Parmi les policiers, figurent des négociateurs, les premiers à agir lors d’une intervention comme celle qui a lieu à Toulouse.

Ils sont chargés de rentrer en contact avec les personnes dangereuses :

«Il s’agit en premier lieu d’une prise de renseignement», explique Christophe Caupenne, ancien chef des négociateurs du Raid.

Le but est de très rapidement «dresser un portrait psychologique de la personne, d’évaluer sa dangerosité» , la “profiler” comme le font les unités
spéciales du FBI (pour les amateurs de séries TV comme “Criminal Minds” ,adaptée de faits réels)

Cette dangerosité est ensuite «affinée» au cours de l’intervention.

Des policiers armés n’interviennent que dans un second temps, si besoin.

Interventions notoires :

Le RAID est notamment connu pour :

-l’arrestation des chefs d’Action directe en 19876

-la libération des enfants pris en otage par un homme dénommé HB (Human-Bomb) en 19937

-l’intervention contre des islamistes du GIA à Roubaix (Gang de Roubaix) en 19968

-l’arrestation d’Yvan Colonna en 20039

-De nombreuses arrestations des chefs de l’ETA dans le pays basque français ainsi qu’en Auvergne (2009, 2010)

-l’arrestation de Jean-Pierre Treiber en 2009-2010.

En résumé , le RAID est tout à fait apte à appréhender l ‘islamiste forcené de
Toulouse .

La question du «quand» , elle , est tributaire du fait que contrairement aux procédures américaines des unités d’intervention du type SWAT , l’approche privilégiée par le pouvoir politique français est la “négociation ” pour arriver à le prendre vivant .

Mercredi 21mars 2012 22:13

Thierry de J Forum

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here