Le Centre Simon Wiesenthal rend hommage aux victimes kurdes des gazages de Saddam Hussein

0
15

“Les fournisseurs de gaz doivent être mis en cause pour complicité de génocide”Au cours d’une mission auprès du Gouvernement régional du Kurdistan irakien nouvellement élu, le Directeur des relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, le Dr. Shimon Samuels et le fondateur de l’agence de défense des droits de l’Homme basé à Chicago “human rights MM law”, Gavriel Maironne ont rencontré le ministre des affaires étrangères Falah Mustafa Bakir et le ministre des martyrs Aram Ahmed Muhammad.

A Halabja, une ville située sur la frontière iranienne et qui fut visée par les attaques au gaz de Saddam Hussein en 1998, Shimon Samuels et Gavriel Maironne ont rendu hommage aux 5 000 morts et aux 27 000 blessés devant un monument érigé à leur mémoire.

Sami Jalal, Directeur du Global Justice Group (GTC), faisait également partie de la délégation.

Ce dernier a annoncé l’inauguration de ses bureaux à Erbil et Halabja visant à réunir de la documentation sur ces crimes de masse et a travailler au suivi des plaintes avec Gavriel Maironne et le Centre.

Soutenue par le Président du Kurdistan irakien, Mustafa Barazani, cette initiative sera menée en collaboration avec l’Association des victimes de produits chimiques de Halabja.

Lors de la cérémonie, une couronne de fleurs a été déposée devant le monument où Maître Maironne a expliqué aux survivants que “fournir et utiliser des armes chimiques est un crime contre l’humanité”.

Shimon Samuels fit remarquer que, déjà en 1991, le Centre Simon Wiesenthal avait commandé un rapport (“The Poison Gaz Connection”) qui identifiait les entreprises ayant fourni des produits chimiques utilisés lors de ces crimes atroces.

En collaboration avec les conseillers du Gouvernement régional du Kurdistan irakien, le Centre a également produit une exposition à Halabja, dont une copie fut présentée au maire.

Shimon Samuels a fait part de la profonde sympathie du Centre envers le peuple kurde, tirant les leçons de l’Holocauste pour les appliquer aux souffrances qu’il connut durant l'”Anfal” (“Bâvure” un euphémisme irakien désignant le génocide)

Faisant remarquer que le Talmud de Babylone fut compilé il y a 2 500 ans , non loin de Halabja, au cours de l’exile du peuple juif de la terre d’Israël, Shimon Samuels cita la maxime suivante “Si je ne suis que pour moi, que suis-je?

“Le gaz toxique, tragique rappel de l’Holocauste nazi, fut utilisé ici sur des innocents et ses effets furent dévastateurs.

Que nous soyons Arméniens, Juifs, Rwandais, Kurdes ou autres, nous sommes inextricablement liés.

Qu’Halabja soit un signal d’alarme et non un précédent” a conclu Shimon Samuels.

Paris le 13 février 2012

CENTRE SIMON WIESENTHAL – EUROPE
Tel:+33(0)1 47 23 76 37
Fax:+33(0)1 47 20 84 01

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here