La saisie d’Armes par Israel est une violation grave par l’IRAN

0
18

source AMBASSADE ISRAEL à PARIS
La présence d’armement iranien saisi dans des containers dissimulés à bord du Francop constitue une violation grave de la résolution 1747 du Conseil de Sécurité de l’ONU.
La nuit du 3 au 4 novembre 2009, la marine israélienne a arraisonné un cargo navigant sous pavillon d’Antigua et Barbade en route vers la Syrie après une escale planifiée à Beyrouth. Lors d’une inspection menée à son bord, en accord avec les autorités compétentes, plusieurs containers ont été découverts remplis d’armement d’origine iranienne. Une ordonnance a immédiatement été délivrée pour exiger son acheminement vers le port d’Ashdod pour compléter cette inspection. Le capitaine du navire a accédé à la requête.
Le Francop, appartenant à la compagnie maritime chypriote UFS, transportait des containers distinctement labellisés IRISL – Lignes maritimes de la République Islamique d’Iran – comme en attestent plusieurs photographies prises lors de la saisie à bord au port d’Ashdod. Ces derniers mois, d’autres navires de la compagnie iranienne tels le Monchegorsk sous pavillon russe ou le Hansa India sous pavillon indien ont été découverts transportant de l’armement de contrebande.
La Résolution 1747 de l’ONU interdit tout transport d’armes exportées par l’Iran : « L’Iran ne fournira, ne vendra ou transférera, directement ou indirectement à partir de son territoire ou par l’intermédiaire de ses nationaux au moyen de navires ou d’aéronefs battant son pavillon, aucune arme ni matériel connexe et tous les États devront interdire l’acquisition de ces articles auprès de l’Iran par leurs ressortissants, et ne pas les transporter au moyen de navires ou d’aéronefs battant leur pavillon, qu’ils proviennent ou non du territoire iranien ».
La présence d’armes iraniennes dissimulées dans les containers chargés à bord du Francop et destinées aux organisations terroristes, représente par conséquent une nouvelle violation sévère de cette résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU. De plus, cet incident prouve une fois encore, quelle que soit l’entité qui conduit ce trafic, que le régime iranien encourt le risque de violer, directement ou non -en utilisant ses lignes maritimes IRISL- les résolutions de l’ONU.

Inspection du cargo (Porte-parole de Tsahal)

Sous couvert de commerce autorisé, et navigant de ports en ports sous pavillons innocents, l’Iran transforme la Méditerranée en base d’activités malveillantes, pour parvenir à déstabiliser la sécurité régionale. L’ensemble de ces pays devrait entreprendre des mesures préventives afin d’assurer leur propre protection et celles de leurs compagnies maritimes, telles que mentionnées dans les résolutions du Conseil de Sécurité. Un bon exemple de ce type de décision : celle du gouvernement britannique le mois dernier interdisant aux entreprises du secteur privé tout commerce avec l’IRISL, conformément à la législation anti-terroriste.
La provocation iranienne vis-à-vis de l’autorité du Conseil de Sécurité est un pied de nez à la communauté internationale et à ses institutions. L’Iran représente une menace stratégique à la paix et la stabilité mondiales. La communauté internationale doit agir résolument contre les efforts incessants de l’Iran pour parvenir à la capacité nucléaire dans le seul but de renforcer son soutien aux organisations terroristes et de réprimer sa propre population. Le récent tir-test d’une roquette par le Hamas sur un rayon de 60 km renforce le danger que représente l’Iran envers la stabilité de tout le Proche-Orient.
Maintenant qu’il est clair que les armes étaient destinées à des organisations terroristes au Liban, ceci constitue une violation de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU. Le trafic d’armes de l’Iran puis de la Syrie au Hezbollah se poursuit sans encombre avec l’intention de renouveler et rendre encore plus dangereuses les armes ainsi fournies.

Trafic d’armes : visite du Francop en présence du ministère israélien des Affaires étrangères et de Tsahal

Une douzaine de diplomates étrangers et d’attachés militaires en poste en Israël se sont rendus à la base militaire où ont été entreposées les armes dissimulées à bord du « Francop ». Ainsi ils ont pu voir, de leurs yeux, quelles méthodes de camouflage avaient été utilisées pour entreposer de telles quantités d’armes dans les containers maritimes. Ils ont pu témoigner de l’origine de ces diverses armes découvertes en provenance d’Iran et se rendant en Syrie, Etat qui soutient activement les organisations terroristes. En conclusion de cette visite, le Directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères et un officier supérieur de l’Armée de Défense de l’Etat d’Isra& euml;l ont procédé sur place à un récapitulatif détaillé de l’arraisonnement.

Diplomates et attachés militaires des ambassades étrangères invités par le Ministère israélien des Affaires étrangères (Photo : Porte-parole de Tsahal)

Se référant à l’utilisation cynique par l’Iran d’Etats innocents derrière les pavillons desquels il dissimule ses agissements terroristes et faisant appel à une action internationale pour faire cesser le soutien à ces organisations terroristes financées et soutenues par l’Iran et ses partisans, Yossi Gal a souligné qu’Israël poursuivrait son devoir de protection envers ses citoyens et se réservait le droit à la légitime défense comme tout autre Etat de droit. Il a ajouté que la menace ne vise pas uniquement Israël mais consiste en une menace stratégique envers la stabilité des Nations et la paix dans le monde, par conséquent envers chaque Etat souhaitant vivre en harmonie et en sécurité. Il a appelé les gouvernements à travers le monde à se concentrer sur la réelle menace internationale qui vient d’être démontrée par ce trafic d’armes dont la saisie a été effectuée juste à temps.
Israël a pu intercepter des centaines de tonnes d’armes, roquettes et munitions emballées dans des caisses de ferraille libellées « pièces de bulldozers » et « matériel de construction »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here