La polémique “Miss Holocauste” revient

0
12

Israël : l’élection de “Miss Holocauste” sponsorisée par des évangéliques.

Près de 2 500 spectateurs israéliens ont assisté voilà quelques jours à la cérémonie dédiée à l’élection de « Miss Holocauste » qui s’est déroulée dans l’enceinte d’un complexe sportif de la ville côtière de Haïfa. La seconde édition de ce concours de beauté pas comme les autres a réuni dix-huit finalistes, âgée de 70 à 94 ans, et toutes survivantes de la Shoah.

Shoshana Kolmer (voir photo ci-contre), une nonagénaire d’origine tchèque arrivée en Israël en 1946, qui a raconté avoir survécu au camp d’extermination d’Auschwitz grâce à une ration supplémentaire de pain, reçue chaque jour en l’échange de l’interprétation de chansons en yiddish. « Ma couronne ne ressuscitera pas les morts.

Mais cette récompense a un sens. Elle prouve que les Nazis n’ont pas volé mon estime de soi, mon humanité, ma dignité », a déclaré la gagnante, qui a conquis le jury avec son sourire, sa verve et le récit de sa survie.

Présenté comme « une célébration de la vie », l’évènement initié par Yad Ezer l’Haver (en hébreu, « Main tendue à un ami »), une association caritative sise à Haïfa qui héberge des victimes de la Shoah, s’est notamment attiré le soutien de l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem.

Cette organisation évangélique pro-israélienne fondée en 1980 a ainsi remis un chèque de 1 million de shekels (près 200 millions d’euros) au directeur de Yad Ezer pour la construction d’un nouvel édifice destiné à loger des survivants de la Shoah.

Dans un pays où 200 000 rescapés de l’Holocauste sont encore en vie, l’élection de Miss Holocauste avait provoqué une vive polémique lors de son lancement.

Ses détracteurs ont dénoncé une manifestation macabre et un dépassement des limites du moralement acceptable. A commencer par l’ex-ministre travailliste Colette Avital, responsable de la principale organisation de survivants.

Mais l’évènement semble avoir suscité un réel engouement. Cette année, pas moins de 300 femmes originaires d’Israël, de Belgique, des Etats-Unis, du Canada, ou du Royaume-Uni ont soumis leur candidature. Tandis que le nombre de spectateurs venus assister à la cérémonie a été multiplié par plus de quatre….

Pour autant, le concept continue de diviser les experts. La directrice du bureau de Haïfa de l’association nationale Amha, spécialisée dans le soutien psychologique aux rescapés de la Shoah, a confié « ne pas se réjouir de la tenue de ce concours de beauté (…) en raison de sa dimension sensationnelle. Les souffrances des rescapés sont mises en avant d’une manière très ostentatoire ».

Les organisateurs qui ont reçu l’aval de la psychologue municipale de la ville de Haïfa, en charge des rescapés de la Shoah, ont fait valoir que le concours était davantage tourné vers la « beauté intérieure ».

« Les participantes peuvent échanger leurs expériences (…) et transcender leur traumatisme le temps d’une soirée ».

Un autre argument avancé est que la cérémonie permet de sensibiliser le public israélien au sort des survivants des atrocités nazies : dans l’Etat hébreu, un tiers d’entre eux vit sous le seuil de la pauvreté.

Photos : DR/Facebook.

Nathalie Hamou/ Fait religieux.com Article original

TAGS : Miss holocaust Shoshana Kolmer Shoah Amha Israel

Yad Ezer l’Haver Survivor Survivre

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here