La norme biométrique européenne empêche les Palestiniens de venir en France

0
8

Le consulat général de Jérusalem n’est plus en mesure de délivrer ces documents officiels depuis l’entrée en vigueur de la norme biométrique européenne.NB : l’affaire serait presque cocasse, partant de cette Europe qui entend, en outre, discriminer les produits israéliens d’au-delà de la Ligne Verte. Force est de constater que l’Europe s’arrange pour laisser le « problème palestinien » à gérer par Israël, tant décrié. Mais, ne serait-ce pas ce fameux « Consulat Général de Jérusalem » qui recrute tant de Fesnau-Castaing et autres militant(e)s hystériques antisionistes, qui, cette fois, discrimine ses chers protégés palestiniens. Oui, mais la critique, c’est bien chez les autres.

La coïncidence est pour le moins inopportune. À la veille du voyage de François Hollande en Israël et à Ramallah, où celui-ci a célébré avec chaleur l’amitié franco-palestinienne, le consulat général de France a provisoirement cessé de délivrer des visas aux ressortissants palestiniens de Cisjordanie.

Impossibilité de se rendre au consulat général de France

Depuis le 14 novembre, une réglementation européenne lui impose en effet de recueillir les empreintes digitales des demandeurs avant de leur octroyer l’accès à l’espace Schengen. Une formalité inenvisageable pour la grande majorité des Palestiniens, qui n’ont pas la possibilité matérielle de se rendre au consulat général de France.

Lulwa al Sarraj, qui devait commencer le 1er décembre un stage dans une antenne de Radio France en région parisienne, a ainsi dû annuler son voyage lorsqu’elle a appris, samedi dernier, que les services consulaires ne seraient pas en mesure de lui délivrer son visa. «Ils m’ont expliqué qu’ils n’avaient pas la machine pour prendre mes empreintes, déplore cette jeune palestinienne domiciliée à Ramallah. Par la suite, des amis français m’ont conseillé de tenter ma chance auprès du consulat de Belgique ou d’Allemagne, qui ont une antenne en Cisjordanie. Hélas, ceux-ci m’ont répondu qu’ils ne pouvaient rien faire pour moi si je ne n’étais pas invitée par une entreprise basée dans leur pays…»

Une antenne pour les visas à Ramallah en projet

Depuis la mise en chantier, en 2002, d’un mur de séparation qui encercle Jérusalem et les implantations israéliennes construites à sa périphérie, la grande majorité des Palestiniens de Cisjordanie ne peuvent plus y accéder librement. Jusqu’à présent, une tolérance des services consulaires leur permettait cependant d’adresser leurs demandes de visas par courrier, avant de faire récupérer leur passeport tamponné par un proche autorisé à se rendre dans la Ville sainte. Chaque année, quelque 3000 visas français pouvaient ainsi être délivrés à des ressortissants palestiniens interdits d’accès à Jérusalem, dont 700 environ à des habitants de la bande de Gaza.
À la lumière de cette spécificité, le consulat général de France à Jérusalem a un temps bénéficié d’une dispense de passage au visa biométrique, mas le couperet vient de s’abattre. «L’entrée en vigueur de cette norme nous pose un vrai problème, qu’il va falloir résoudre rapidement, admet un diplomate français. C’est pourquoi nous travaillons actuellement à mettre sur pied une antenne à Ramallah, qui pourrait ouvrir un ou deux jours par semaine». Aux demandeurs impatients, l’administration fait savoir qu’elle espère régler le problème d’ici la fin de l’année. Un délai qui, selon une estimation avancée par le consulat général, risque de contraindre plusieurs dizaines de Palestiniens à annuler ou ajourner leurs projets de voyage en France.

Cyrille Louis

lefigaro.fr Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here