La mission Annan, “dernière chance” contre “une guerre civile prolongée”

0
9

Le président russe Dmitri Medvedev a jugé dimanche que la mission de Kofi Annan était “peut-être la dernière chance” pour éviter une “guerre civile prolongée” en Syrie et a ajouté que la Russie allait lui apporter “toute l’aide” possible, ont rapporté les agences russes.”Peut-être, est-ce pour la Syrie la dernière chance pour éviter une guerre
civile sanglante prolongée.

Nous espérons vraiment que votre travail s’achève
avec un résultat positif”, a-t-il dit au cours d’une rencontre avec M. Annan à
l’aéroport Vnoukovo de Moscou.

“Nous allons vous apporter toute l’aide, à tous les niveaux et dans toutes
les directions, là où la Russie en aura la possibilité”, a ajouté le chef de
l’Etat russe, qui s’apprête à se rendre à Séoul à un sommet sur la sécurité
nucléaire.

Selon une traduction en russe de ses propos, M. Annan, qui est l’émissaire
de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, a déclaré compter sur le soutien
russe.

“Comme toujours, nous comptons vraiment sur le fait que nous pourrons nous
reposer sur l’aide et les bons conseils de la Russie”, a déclaré M. Annan,
selon les agences russes.

La Russie et la Chine ont bloqué deux résolutions du Conseil de sécurité de
l’ONU condamnant la répression en Syrie, estimant que les Occidentaux
faisaient porter la responsabilité au seul régime syrien, alors que les
insurgés compteraient dans leurs rangs des extrémistes.

Moscou et Pékin ont finalement voté mercredi une déclaration du Conseil de
sécurité soutenant la médiation de Kofi Annan
pour mettre fin aux violences et
demandant
à la Syrie d’appliquer sans tarder ses propositions de règlement.

Le plan Annan préconise la cessation de toutes formes de violence par
toutes les parties sous supervision de l’ONU, la fourniture d’aide humanitaire
et la libération des personnes détenues arbitrairement.

L’ex-secrétaire général des Nations unies est venu à Moscou, et se rend
mardi et mercredi à Pékin, afin de déterminer dans quelle mesure les deux
puissances sont prêtes à faire pression sur le président Bachar al-Assad pour
faire cesser un conflit qui dure depuis un an .

MOSCOU, 25 mars 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here