La jeunesse juive : qu’avez-vous fait pendant huit ans ?

0
9

Celui qui allait devenir le Président de tous les Consistoires, posait en 2005 la question de savoir si « notre jeunesse se sent encore concernée par le Consistoire ? ». Son programme prévoyait l’organisation « d’Etats généraux de la jeunesse », la création d’un « Consistoire des jeunes » dans un « horizon d’un an », la création d’un « journal des jeunes », la création « d’écoles de proximité », et l’accroissement du « nombre d’élèves dans les Talmudei Torah ».

Huit ans après, où en est-on ?

Le bilan n’est pas à la hauteur des promesses. Ni les Etats généraux, ni le Consistoire des jeunes, ni le journal des jeunes, ni les écoles de proximité n’ont vu le jour. Dans le même temps, l’évolution du nombre d’enfants inscrits au Talmud Torah est loin d’avoir atteint les objectifs fixés et, malgré le mérite et la qualité des enseignants qui ne sont bien entendu pas en cause ici, l’avis de nombreux parents demeure très mitigé.

Le Centre Fleg n’est pas davantage devenu le fleuron du Consistoire qu’il devait être en matière de culture et de savoir.

L’action en faveur des célibataires pour favoriser les rencontres juives est pour ainsi dire inexistante.

Les projets et actions en coopération avec les autres structures et instituions de la jeunesse également. Alors il y a eu l’initiative de la « Hazak ». Si on doit se féliciter de voir quelques jeunes animer des Chabbatot dans des petites communautés de province en difficulté, est-ce vraiment là, de par le nombre de jeunes concernés ainsi que du périmètre de l’activité qui leur est proposée, le grand chantier pour la jeunesse juive que l’on peut – et doit – attendre du Consistoire ? Quant aux « Chabbat jeunes » décrétés épisodiquement par le Consistoire, ils ne sont guère suivis. Enfin, le mouvement de jeunesse du Consistoire Tikvatenou, essentiel pour la communauté, ne parvient pas à se sortir de difficultés financières et structurelles qui le rongent depuis des années. Malgré certaines opérations réussies grâce à une équipe volontaire et dévouée, le Consistoire est impuissant pour l’aider à construire son avenir.

Beaucoup de communication. Beaucoup d’annonces. Mais peu de moyens mis à la disposition des projets, une stratégie de long terme peu visible et peu structurée, et des résultats décevants.

Et pourtant, le Consistoire a le devoir de mettre la jeunesse au centre de son action et au cœur des communautés à travers des actions concrètes, réfléchies, financées et basées sur un plan de long terme. Le Consistoire de la jeunesse doit enfin être créé au plus vite avec un contenu, des structures et des objectifs précis.

Parce que la relève des cadres communautaire est vitale, et insuffisamment préparée aujourd’hui, et parce que le message à envoyer et à recevoir des jeunes et essentiel, il faut sans tarder favoriser la cooptation de jeunes au sein des commissions administratives des synagogues, favoriser les adhésions des jeunes au Consistoire et mettre en place une vraie commission jeunesse au pouvoir réel de dialogue, de coordination et de force de proposition.

Lise Leszczynski

1 COMMENT

  1. Juste pour mettre les choses au clair, je fait partie du mouvement Hazac fondé par M joel Mergi, croyez moi ya pas plus beau que ça pour les jeunes de France!!

    c’est la meilleure chose qui est arrivée a la jeunesse de France, La Hazac nous apporte TOUT chez nous dans des communautés perdu (je suis du sud) et des rencontres avec des jeunes juifs on en fait!!!

    Conseil: allez voir leur site internet http://www.hazac.com. CA C’EST LA JEUNESSE DE Mr MERGUI que je remercie au passage pour son travail et son aide pour les petites communautés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here