La guerre des hamburgers fait rage à… Toulouse

0
16

La polémique entre le food truck « halal » et le Mc Donald’s de la route d’Espagne n’est toujours pas réglée. Le propriétaire du camion refuse de quitter les lieux tant qu’un nouveau lieu ne lui aura pas été attribué.Un vrai casse-tête pour la mairie de Toulouse. Depuis avril 2013, un camion à hamburgers « halal » tenu par deux jeunes entrepreneurs s’est installé non loin d’un Mc Donald’s. Ce food-truck est jugé indésirable par le propriétaire du fast-food qui dénonce une concurrence déloyale.

« Je viens du quartier du Mirail, j’ai un bac+2 et aucune perspective. J’essaie juste de m’en sortir en montant mon activité et on me met des bâtons dans les roues, ce n’est pas normal », proteste Ahmed Haouli le gérant du camion. Il avoue vendre entre trente et quarante sandwiches par jour. « Moi je veux simplement continuer à travailler, je suis prêt même à vendre des pizzas s’il faut !  »

« Pas peur des CRS »

Il voit approcher à grands pas le 31 décembre, date à laquelle prend fin son autorisation d’emplacement accordé par la mairie. « S’il n’y a pas de solution trouvée, le 1er janvier je serai présent dans mon camion. Les CRS ne me font pas peur », clame-t-il. Ahmed Haouli a fait des demandes pour de nouveaux emplacements, six au total, la plupart ont été refusés.

De son côté, la municipalité lui a proposé d’installer son food truck à deux autres endroits. « Le premier lieu est situé dans un rond-point, près de la rocade Arc-En-Ciel, loin de toute zone d’activité », regrette Ahmed.

Quant au second choix, il est situé sur un trottoir si étroit que les conditions de sécurité pour les clients sont loin d’être assurées. Et surtout, une fois déployé, le auvent du camion empiète sur la route.

Au Capitole, le dossier de « Class Burger » se trouve désormais sur le bureau de Pierre Cohen. « Le maire va reformuler les propositions de terrain sur les bases déjà faites au cours des derniers mois, Ahmed Haouli devra choisir parmi ces cinq options », explique Isabelle Hardy, adjointe en charge du commerce qui estime que le temps presse.

Prévue fin 2013, la réglementation sur l’installation des food-trucks à Toulouse va finalement être repoussée. « On avance mais cela prend du temps, ajoute l’élue. Il faut envisager une stratégie globale sur leur installation à l’échelle de l’agglomération ».

Philippe Font/ 20 minutes Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here