La fin du Judaïsme tunisien ?

0
16

Les Juifs tunisiens ont toujours gardé des liens étroits avec leur terre natale. Des milliers de touristes, et parmi eux des « Tunisraéliens », consacraient leurs vacances estivales à retrouver la nostalgie d´une terre qu´ils n´ont jamais oubliée. Aujourd´hui, la Tunisie compte environ 1 500 Juifs dont une partie réside à Tunis et l´autre sur l´île de Djerba, cette dernière étant sans conteste le lieu où la communauté demeure le plus ancrée dans les traditions judaïques. Djerba fut aussi la seule à résister à l´assimilation française, et il y existe encore des écoles talmudiques ainsi que plusieurs synagogues. La plus célèbre d´entre elles, la Ghriba, accueille chaque année un pèlerinage qui permet aux Juifs tunisiens de la diaspora de renouer avec leur terre natale. Paradoxe difficile à comprendre d´une communauté à la fois si intensément juive et si parfaitement intégrée dans son environnement musulman.

Pourtant, la Tunisie nouvelle, sous influence islamiste, a fait naître de sérieuses craintes en ce qui concerne sa minorité juive. En effet, au lendemain de la « révolution du jasmin », des salafistes défilèrent bruyamment devant la grande synagogue de Tunis en exigeant le départ des Tunisiens de confession juive. L´an dernier, lors d´une visite officielle en Tunisie, Ismaïl Haniyeh, l´un des dirigeants du Hamas, a été accueilli à l´aéroport par des manifestants scandant « Mort aux Juifs » et autres « Il faut tuer les Juifs, c´est notre devoir »…

La visite de Marzouki à la synagogue de la Ghriba

Des propos tardivement condamnés par les autorités tunisiennes de l´époque, qui conduisirent Silvan Shalom, alors vice-Premier ministre de l´État hébreu et natif de Gabès, à « inviter » les Juifs de Tunisie à venir d´urgence s´installer en Israël.

Les dirigeants communautaires tunisiens et, parmi eux, Perez Trabelsi, qui dirige la communauté juive de Djerba, refusèrent l´appel à émigrer et insistèrent sur leur statut de citoyens tunisiens vivant en bonne intelligence avec leurs compatriotes musulmans.

Néanmoins, le même Perez Trabelsi demandera la protection de l´armée en novembre 2012, à la suite du projet d´enlèvement de Juifs issus de familles aisées dans le but d´obtenir une rançon et de créer la panique au sein de la communauté locale, composée d´une poignée de commerçants, de rabbins et de retraités viscéralement attachés à leur terre et à leurs coutumes.

En début d´année, plusieurs cimetières juifs ont été profanés. Celui du Kef a été ravagé par des fanatiques qui ont détruit des dalles et des pierres tombales. Les stèles de grands sages et de rabbins ont été renversées et brisées. À la même période, des salafistes ont vandalisé le cimetière juif de Sousse. Au-delà des violations de sépultures et des dégradations matérielles de tombes, les policiers finiront par trouver des ossements humains jetés dans la rue !

La visite de Marzouki à la synagogue de la Ghriba

Le silence du gouvernement face à ces actes ignobles et à certains discours judéophobes participe à l´enracinement du fléau de la haine dans la société tunisienne. Dans les mosquées et lors des prêches du vendredi, les Juifs sont décrits comme des « traîtres », accusés de « haïr la religion islamique ». Raison pour laquelle ils subissent insultes, violences, attaques de synagogues et profanations de leurs cimetières.

Enfin, que peut espérer un Tunisien de confession juive qui a consacré l´essentiel de sa vie à la promotion touristique de son pays ? René Trabelsi, fils du dirigeant de la communauté juive de Djerba, oeuvre depuis une vingtaine d´années à la promotion de la Tunisie et de son île en particulier.

Unanimement reconnu par ses pairs, son dévouement sera maintes fois récompensé par les autorités tunisiennes. Pressenti pour devenir ministre du Tourisme avec l´assentiment de la quasi-totalité de la classe politique, il fera l´objet d´un veto sans appel de la part des dirigeants islamistes. Ces derniers estimant qu´un Juif n´a pas vocation à devenir ministre dans un pays d´essence musulmane…

La population juive de Tunisie se réduit comme peau de chagrin. Une partie de ceux qui constituèrent autrefois une imposante communauté s´est dirigée vers Israël, les autres immigrant essentiellement en France. Partagés entre ces deux pays où ils se sont donné une nouvelle vie, ils restent liés à la Tunisie par deux mille ans d´histoire commune.

Jeune Afrique

1 COMMENT

  1. Je pense qu’en prenant les commentaires de chacun,

    Armand Maruani et DANIELLE et ness et Elie et gabriel67 et Jmdjian, avec de tel commentaires, il ne me reste rien à rajouter.

    Tout est résumé et bravo pour votre lucidité à chacun, cela fait vraiment plaisir, c’est fatiguant de lire et d’entendre, « les non-voyants » et autres aveugles.

    L’histoire de notre Peuple est parfois oublié dans certains aspects important, vos commentaires prouvent que de plus en plus nombreux sont ceux qui comprennent et sont lucide sur la réalité qui nous entourent.

    On peut résumer, avec :

    « Si vous vivez hors d’Israël et que vous voulez rester Juif, avec un J, en tant que Peuple, ne vous faites pas d’illusion, vous êtes comme un touriste, et vous resterez un étranger, peu importe le temps et les actions que vous effectué, un jour vous ou votre descendance, recevrez la facture »

  2. Tout est dit ….
    À quoi doit on s attendre de la part de ces barbares …
    Prochains pays ,ceux de l Europe ,sous l emprise virulente de ces sauvages .
    Préparez vous il ne nous reste plus beaucoup de temps!….
    TÉL HAÏ !!!!

  3. Excellente idée à retenir!!
    Sans oublier l’UE, que l’on devrait renommer: URASS en l’honneur de feu l’URSS – qui était d’ailleurs mieux –

    PS; URASS Union des Régimes Antisémites Suicidaires

    ישראל חי ותחיה

  4. PLUS de juifs en Tunisie , PLUS de Juifs au Maroc , Plus de Juifs an Algérie ;…………………………………..

    Plus d’Arabes en ISRAEL !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    UNE LOGIQUE EVIDENTE A METTRE EN PRATIQUE

  5. Bonjour, étant moi même né en Tunisie il y a une chose que je ne comprend pas? C’est du passé depuis qu’il n’y a plus de régime autoritaire, ils se lâchent, se vengent de leur médiocre situation car ils pensent hé oui ils pensent ces connards que tout est de la faute des Juifs…Mais ce que je trouve encore plus catastrophique.. c’est qu’en Israël, on les aide ,on leur donne la nationalité Israélienne, on leur donne des alloques (comme en France) cela suffit ce sont des merdes, des mendiants, des fainéants, ces vautours qui ne pensent qu’a prendre la place des juifs Israéliens sans rien faire.CELA SUFFIT!!!!

  6. Après 49 ans, je suis retourné à Tunis, que j’ai quitté en 1961.
    J’ai visité le cimetière de Tunis (Borgel) et j’ai pu voir que les pierres tombales étaient saccagées, brisées, pillées. Impossible de retrouver les tombes de mes grands-parents, pourtant répertoriées.
    Malheureusement le respect du aux morts juifs n’existe pas dans ce pays, comme en Europe centrale (et ailleurs), et dans les autres pays arabes.

  7. Arrêtez de pleurer votre Tunisie natale, un certain autre pleure son Algérie, un autre etc…etc…

    Vous n’avez pas compris que nous avons fait escale et que le terminus c’est Israël !

    Je suis d’origine tunisienne et ma mère qui est née et a grandi à Tunis n’a jamais aimé la Tunisie, je regrette de contrarier certains mais elle a toujours su que son pays était Israël, même si elle respectait son pays d’adoption.

    Mais n’oubliez pas certains aussi n’ont pas voulu quitter l’Egypte !

  8. {{ » Le soleil ? Ils l’auront en Israël .

    La sécurité ? Ils l’auront en Israël

    Les arabes ? Ils y en a malheureusement en Israël .  »

    On croirait une prière de veille de Pessah .
    }}

  9. {{ {{ {{ {{Je l’ai déjà dit ici , à chaque fois que je vois cette photo de la grande synagogue de Tunis j’ai un pincement au coeur , c’est dans cette dernière que j’ai fait Bar Mitzva . (Bis répétita )

    Ceci dit , que les derniers Juifs quittent ce pays .
    Qu’attendent ils ?

    De se faire tous massacrés ?

    Il arrive un moment où il faut prendre des décisions et penser à l’avenir des enfants .

    Qu’avons nous fait nous après les événements de Bizerte pour certains ( ce fut mon cas ) et après la guerre des 6 jours quand des malades mentaux avaient brûlé cette synagogue que l’on voit sur cette photo ?

    Je me répète à chaque fois . Ils regretteront quoi ?

    Le soleil ? Ils l’auront en Israël .

    La sécurité ? Ils l’auront en Israël

    Les arabes ? Ils y en a malheureusement en Israël .

    Prier toute la journée ? Alors là , ils ne pourront trouver mieux . Ils entendront même l’écho dans toutes les rues .

    Qu’est qu’ils veulent ? Il suffit de demander .

    Allez quitter ce pays , ils sont chez eux , ils ne veulent plus de Nous . Dans quelle langue faut il vous le dire ?
    }} }} }} }}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here