La compagne de François Hollande donne une nouvelle tribune à Hessel

0
18

Valérie Trierweiler, très officiellement compagne du candidat P.S. à la présidence François Hollande, publie dans le numéro de cette semaine de Paris-Match une interview de Stéphane Hessel.Qui soutient le candidat Hollande à la présidence et profite de l’interview pour soupirer que son rêve avant sa mort est de voir « la création d’un État palestinien ».

Dans son ouvrage remarquable « Le vieil homme m’indigne, les postures et impostures de Stéphane Hessel », Gilles William Goldnadel démontait magistralement « l’imposture hesselienne » et dénonçait l’idolâtrie suscitée par le « non-livre » de celui qui est devenu la coqueluche de « soi-disant résistants rebelles post-gauchistes ».

Entré au « Top 20 » du Nouvel Obs, l’ouvrage de Maître Goldnadel a sans nul doute ébréché cet engouement étonnant pour ce « grand prêtre encore vivant d’une religion profane moribonde contre laquelle », dit-il, « je me bats depuis deux décennies ».

Et qui a pour nom « une idéologie victimaire », couplée à de la « xénophilie » ainsi qu’une « fixation sur la question palestinienne ».

Un Stéphane Hessel qui a fait, en effet, de la condamnation permanente d’Israël une obsession.

Invité par le Centre culturel français de Gaza – le seul à y rester ouvert – qui fonctionne sous la houlette du Quai d’Orsay, il avait rencontré le Hamas, organisation terroriste qu’il avait alors encensée.

Pourtant, c’est aujourd’hui Paris-Match qui lui donne la parole dans une interview réalisée par Valérie Trierweiler, journaliste politique connue voir ici”>Article original .

Or, elle est aussi la compagne de François Hollande et partie prenante de sa campagne….

Interviewer ce personnage n’est donc pas anodin.

D’autant qu’elle ne lui pose aucune question sur ses mensonges dénoncés par Gilles-William Goldnadel, préférant lui parler de sa vie et de celle de sa famille.

La journaliste lui parle aussi de ses projets, ce qui lui donne l’occasion de se poser en référence morale, invoquant la Charte des Droits de l’Homme qu’il n’a pas co-rédigée, contrairement à ce qu’il a prétendu et continue donc à laisser croire.

Le rêve ultime de Stéphane Hessel : un État palestinien dont, compte tenu de son action, on peut imaginer les contours

Toutefois, comme il dit souhaiter mourir, à la question « Un rêve, avant le grand voyage »?

il répond : « Mon rêve, c’est la création d’un État palestinien. Voilà ce que je voudrais avant de passer de l’autre côté ».

Le lecteur est sans doute censé avoir la larme à l’œil et enregistrer que le plus cher désir de ce vieil homme qui paraît si digne est de voir la création d’un État palestinien.

Sans que la moindre réserve soit formulée quant à la nature de cet État.

Beau coup de pub.

On imagine donc aisément ce que François Hollande peut entendre sur le sujet…

D’autant que Stéphane Hessel lui a apporté son plein soutien, n’hésitant pas à le comparer à de Gaulle, Mendès-France et même Roosevelt.

Notamment en janvier dernier lors des journées de Nantes organisées par le Nouvel Observateur….

Il faut rappeler aussi que Stéphane Hessel est l’un des fers de lance de la campagne de boycott anti-israélienne, dite de BDS.

Et qu’Elisabeth Guigou, ancienne Garde des Sceaux P.S., le soutient dans cette démarche illégale en France, ayant même demandé à l’actuel ministre de la Justice que son protégé ne fasse pas l’objet de poursuites…

On imagine dès lors les contours dont rêve Stéphane Hessel pour cet État palestinien

Hélène Keller-Lind /UPJF.Org

Mardi 13/03/2012

http://www.upjf.org/fr/4829-une-nouvelle-tribune-donnee-%C3%A0-stephane-hessel-par-helene-keller-lind.html

1 COMMENT

  1. Les musulmans ont un sens inné du combat tactique , et ce sur tous les théâtres d’opération où ils ne cessent de mener leur Djihad rampant , et pour l’instant ,en France , leur camp est celui de la gauche .

  2. Suite à cet article , inutile de retourner à la viande Hallal en reprenant , à peu de choses près, la parole vulgaire et brutale de Montebourg ,”viande étourdie ou viande saignée , je m’en tape “.

    Oui , l’illuminé Hessel est complètement avec les socialos et ces derniers , aussi opportunistes que de vils commerçants, ne prennent aucun recul avec ce qui devrait être un encombrant soutien .

    Car ces enfoirés ne le disent pas mais lorgnent vers les banlieues musulmanes de France où existe un immense gisement de soutien électoral et Hessel est tout à fait , de ce point de vue, utile .

    Si Hollande l’emporte , ce sera grâce au vote musulman et la sorcière féministe Guigou, celle-là même qui , suite au saccage de Badinter, a foutu la Justice française par terre , l’a complètement sinistrée , rendu inopérante.

    Guigou est à Bondy , ancien fief P.S. de l’est parisien ; sauf que l’électorat a changé : ce ne sont plus là les anciens socialistes molletistes et atlantistes qui seront au rendez vous des urnes mais un immense électorat musulman.

    Encadré , avec des mots d’ordre simple ,sachant que le P.S. continuera de promouvoir le “multi culturalisme “, c’est à dire l’invasion de la France et de l’Europe .

    Ils ont un sens inné du combat tactique et pour l’instant , leur camp est celui de la gauche .

    Qu’on se le dise et qu’on médite ce silence de tout le monde

  3. la gauche est insupportable avec son antisionisme qui traîne avec lui des relents louches.

    Mais la droite, elle, a conservé ses tendances antisémites lourdes qui resurgissent périodiquement.

    Voir cet excellent article d’Olivier Assouly sur l’abattage rituel

    Il est insuffisant de dire, même si cela est parfaitement juste, que les propos de Nicolas Sarkozy sur la viande halal, relayés et étendus à la viande casher par son premier ministre, sont le fruit d’une stratégie politique calculé visant à séduire et capter l’électorat d’extrême droite. Se pose la question du choix du thème de l’abattage rituel des animaux.

    Or, à cet égard, l’histoire se révèle extrêmement féconde et instructive, car la droite française vient là puiser dans un fonds de commerce rhétorique et idéologique qui a déjà fait ses preuves dans l’entre deux guerres. Avec l’accession au pouvoir du parti national-socialiste, l’Allemagne, à partir de 1933, suivi de l’Italie en 1938, interdirent l’abattage rituel en vertu d’une politique ouvertement antisémite. Les arguments alors employés, à bien des égards proches de ceux entendus ces derniers jours étaient que ces pratiques étaient d’un autre d’âge, révolues et barbares, alors dépassées par la lame de la civilisation promise par les nazis. L’histoire s’est révélée plus ironique. Logiquement, les circonstances actuelles se prêtent à une forme d’anamnèse : la question de la viande halal fait remonter avec angoisse à la surface le sort naguère réservée à la viande casher et aux juifs.

    Au-delà, historiquement, la cruauté et la barbarie contre laquelle des chrétiens croyaient se prémunir a été au cœur d’un discours antisémite. L’Eglise voyait dans le refus catégorique du sang (en raison du rituel d’égorgement et d’épanchement du sang) un désir au fond insatiable et refoulé de sang et de meurtre, la marque d’un peuple sanguinaires, cruel et d’une férocité redoutable, sournoisement avide de la vie des autres. Coupables d’adorer tout ce sang évacué, les égorgeurs d’animaux ne les abattent pas, ils les assassinent, en portant atteinte à une “civilisation supérieure” – déjà en jeu il y a quelques semaines dans un discours de Guéant – et devraient rien moins qu’en être exclus.

    On constate en même temps que l’argument de cette droite conjugue des précédents historiques – la figure de l’égorgement sanguinaire – avec des motivations actuelles et plus diffuses concernant le sort des animaux destinés à la consommation humaine. D’autres Etats, dont la Suisse et la Finlande, continuent de s’opposer à la mise à mort rituelle des animaux. Aux pressions exercées par les sociétés de protection des animaux voyant dans l’égorgement la marque d’une souffrance animale intolérable s’ajoute la dénonciation des conditions industrielles d’élevage, d’abattage et d’hyperconsommation de viande dans les pays développés. Le travail du refoulé ne s’arrête pas là.

    La stigmatisation actuelle des musulmans – et par accident des juifs – ne sert-elle pas aussi à masquer des pratiques industrialisées d’élevage et d’abatage, intensives et productivistes, où les bêtes ne sont que de la matière première carnée ? S’imaginer alors qu’étourdir des bêtes conduites à la mort suffit à régler la question de la souffrance animale, c’est refuser de prendre en compte la violence des usines d’abatage, au reste comparables à des camps militaires, théâtre invisible à l’abri du regard des consommateurs. Si l’on peut risquer une comparaison, la question de la peine capitale aux Etats-Unis n’est pas moins problématique parce qu’on a administré rationnellement et “humainement” un calmant au condamné avant son exécution.

    Les lois religieuses alimentaires rappellent que l’acte de se nourrir n’est pas tant naturel, rationnel que moral, aux antipodes d’une rationalité que le marché n’a cessé de mobiliser dans son modèle “intensif” et inhumain de productivité. A ce titre, contrairement aux déclarations désolantes de François Fillon, il est absurde de poser que l’évolution des mœurs et des règles sanitaires devraient “évoluer”, avoir raison de règles religieuses aujourd’hui dépassées. C’est un préjugé qui pose que les interdits alimentaires répondaient à l’origine à des préoccupations sanitaires. Un animal porteur de maladies ne pose-t-il pas un problème suffisamment grave pour être écarté sans le secours de lois religieuses ? De plus, un acte de la foi n’attend rien d’une quelconque preuve scientifique.

    Précisément, la force du rituel d’abattage est de se confronter au problème du sort de l’animal et d’assumer les tensions d’une mort provoquée. La question de la vie animale est centrale. Ceci exclut que le sang de l’animal, symbole de la vie, puisse être consommé.

    suite http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/15/abattage-rituel-le-retour-du-refoule_1668869_3232.html

  4. Mais GOLDNAGEL démontre bien que ce type n’a rien de juif!!
    Ni sa mère qui fut une luthérienne prussienne…, ni lui même qui ne prouva jamais dans aucune de ses déclarations qu’il ressentait le moindre attachement à la “culture juive”!!
    Les français “juifs” hésitent encore pour savoir si la gauche est bonne pour eux????????
    Mais depuis bientôt 30 ans…. c’est à dire depuis que Mitterand et tous les hiérarques embrassèrent ARAFAT en lui donnant la légitimité d’un homme d’état… lui le tueur primitif de civils…., vendu à tous les gouvernements les plus corrompus et sanguinaires,les juifs français n’ont toujours pas ouvert les yeux!!!!
    Sous quelle forme et combien de temps devra t on encore indéfiniment répéter que les” gauchistes “verront toujours Israèl comme le bras de lAmérique… le pays des colons…… du capitalisme corrupteur…., et de tout ce qu’on ne peut plus dire aux juifs eux mêmes….. mais d’un pays !!
    Les juifs français ont oublié comment BUSH qui fit la guerre à Saddam HUssein , et tout son entourage fut traité par la classe progressiste française!!!
    Les néo conservateurs. tous juifs -soi disant-, furent trainés dans la boue!
    Et, personne ne se félicita qu’enfin un gangster comme Saddam Hussein qui ne s’était pas privé d’envoyer des scuds sur Israèl fut enfin “déboulonné”!!!……
    Ne perdez jamais de vue que toutes les actions anti Israéliennes les plus violentes, les boycotts… les calomnies… les pétitions….., les discriminations… les mensonges journalistiques , et la désinformation … sont l’apanage de la gauche….. !!
    Le dernière étant celle de Mr GLAVANY….. apparatchik non négligeable depuis des lustres du PS!!!
    Alors voyez pour qui vous allez voter!!!!

  5. M. Maruani a tout dit ou presque… Stéphane Hessel fait partie de ces personnes que “l’âge” n’arrange pas, et qui ne veulent pas quitter la scène à temps… j’essaye de me montrer poli… Hessel s’embarque dans une galère, il va devoir ramer (peut-être) longtemps… Ils lui font courbettes et ronds de jambe, aujourd’hui, et l’on sait bien pourquoi, le sait-il seulement? Demain, ils lui tourneront le dos, et là encore nous savons tous ce que sera son sort, probablement qu’il ne le sait pas (ou ne veut pas le savoir), que pouvait-il trouver de plus gros que “son rêve”? Quelle aubaine, pour ceux qui l’entourent, ils ont trouvé “un juif qui rêve d’un état palestinien – à la place d’Israël -“… Je crois que l’on peut vraiment parler d’aubaine, mais nous connaissons également l’issue de ce genre d’avantage inespéré. Hessel n’en sortira pas grandi… à nous d’y veiller.

  6. ( suite et fin )

    Quand il aura disparu dans l’oublie et l’obscurité la plus absolue , Israël c’est certain , je ne cesse de le répéter , sera le phare de l’Humanité .

  7. « Mon rêve, c’est la création d’un État palestinien. Voilà ce que je voudrais avant de passer de l’autre
    côté ».

    Une chose est certaine : il ” passera de l’autre côté ” . Quant à son rêve , on fera tout pour qu’il ne se réalise JAMAIS . Il pourra ” partir ” définitivement rassuré pour disparaitre dans la poubelle de l’Histoire comme une pourriture que les vers boufferont . Mais Israël poursuivra sa route avec Jérusalem comme Capitale pour l’éternité .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here