La Cachrout dans la Bible

0
25

C’est autour de tables bien garnies que sont scellées les alliances divines et humaines.

Le régime alimentaire proposé à Adam dans le jardin de l’Éden est végétalien. Dieu lui ordonne de se nourrir de végétaux seulement, comme il l’ordonne aux animaux.Dieu dit:

« Voici je vous donne toute herbe qui porte sa semence sur toute la surface de la terre et tout arbre qui porte sa semence : ce sera là votre nourriture.

À toute bête de la terre, à tout oiseau du ciel, à tout ce qui remue sur la terre et qui a souffle de vie, je donne pour toute nourriture toute herbe mûrissante.

(Genèse 1, 29-30)

Mais après le Déluge, Dieu ordonne à Noé, père de l’humanité, le régime carné : Tout ce qui remue et qui vit vous servira de nourriture, comme déjà l’herbe mûrissante, je vous donne tout.

Toutefois vous ne mangerez pas la chair avec sa vie, c’est-à-dire son sang.

Et de même, votre sang qui est votre propre vie, j’en demanderai compte. (Genèse, 9, 3-5)

L’autorisation est ainsi donnée aux hommes après la catastrophe du Déluge de consommer de la viande.

Dieu y ajoute une restriction : l’interdiction de consommer du sang car « le sang c’est la vie ».

L’homme n’a pas le droit de constituer son identité et de nourrir son corps en assimilant ce qui fait l’identité de l’autre.

La chair animale doit donc être débarrassée de son sang pour être consommée.

Le récit biblique relie cet interdit à l’interdit du meurtre : Dieu demande compte à l’assassin qui verse le sang de l’homme.

En effet, l’abattage des animaux pourrait rendre aisé le meurtre de l’homme.

Entre tuer un animal et tuer un homme il n’y a pas grande distance, et celle-ci peut rapidement être franchie comme on le voit couramment au cours des guerres et dans les cités.

Moïse ajoutera d’autres lois pour régir la consommation de la viande, destinées à prévenir la violence qui pourrait naître du régime carné.

À l’intérieur de ces limites, la tradition juive ne conçoit pas de fêtes ni de joies sans plats confectionnés avec de la viande.

Tous les repas décrits dans la Bible sont toujours accompagnés de sacrifices d’animaux.

C’est autour d’une table bien garnie que sont scellées les alliances divines et humaines.

Toutes les fêtes religieuses sont, chacune, caractérisées par un sacrifice animal qui la distingue des autres.

Tout le monde parle de l’agneau pascal que les Hébreux consommaient pour fêter leur sortie d’Égypte où ils étaient réduits en esclavage.

Ils entendaient par ce repas louer et glorifier Dieu qui les avait libérés.

Armand Abécassis

Blog

Mercredi 08 février 2012

Ecrivain, Armand Abécassis enseigne la phiosophie à l’université Michel de Montaigne (Bordeaux III).

http://www.books.fr/blog/dans-la-bible/

1 COMMENT

  1. Dieu y ajoute une restriction : l’interdiction de consommer du sang car “le sang c’est la vie”
    L’homme n’a pas le droit de constituer son identité et de nourrir son corps en assimilant ce qui fait l’identité de l’autre.

    – Y-a-t-il eu un loupé dans les sms ??
    – Chercher l’erreur !!!

    Et les transfusions sanguines avec peut-être quelqu’un qui a mangé du porc, greffes d’organes etc… etc….. Les refusez-vous ??? Vous laissez-vous mourrir ????

  2. Dieu a envoyé ces sms à qui et comment?
    Qu’est-ce que cette vision parcellaire et convenue?
    De la part d’un prof de la dimension d’ Abécassis, cela me déçoit!
    Ou bien Jforum ne transcrit pas tout ce qu’il a dit?
    Ou bien il en a dit vraiment trop peu…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here