LE SYNDROME PATHOLOGIQUE DE LA FRANCE

0
12

La réaction au massacre de Toulouse est un laboratoire à ciel ouvert qui nous donne à voir le syndrome pathologique dont la France et plus largement l’Europe souffrent depuis plus de 10 ans et qui a été le cadre du « nouvel antisémitisme ». Parler de « syndrome » c’est faire référence à des processus qui échappent à la conscience.

Je ferai 4 observations.

1)Un scénario automatique et consensuel s’impose toujours immédiatement pour expliquer l’antisémitisme : il ne viendrait que de l’extrême droite et donc pas de milieux musulmans.

Comme un retour brutal du refoulé, nous avons ainsi vu ressurgir, ces jours-ci, sur les plateaux de télévision, les protagonistes de ce discours des années 2000 : Vaillant, Jospin, SOS-Racisme et l’ancien président de l’UEJF, au diapason d’une manifestation spontanée avec à sa tête toutes les figures du PS. Tout le dispositif des années socialistes est alors reparti en trombe, pour se ridiculiser le lendemain quand on a su que la piste était islamiste . Le voile idéologique qui a interdit de se confronter à la réalité et fait obstacle au combat réel contre l’antisémitisme pendant toutes ces années retombait comme par enchantement . Comme si rien ne s’était passé depuis 10 ans, comme si on en n’était pas revenu de cette idée toute faite.

2)Les symboles religieux sont très sollicités et tout spécialement l’alliage symbolique judéo-musulman. On se demande en effet pourquoi l’Elysée a convié les représentants juifs et musulmans et pas catholiques puisque l’un des parachutistes assassinés était catholique. C’est, remarquons-le, quand les enfants juifs ont été tués que les médias ont parlé bizarrement de la religion des parachutistes. Mais en oubliant le catholique… Ce qui montre à quel point l’élément musulman était important dans la gestion symbolique par le Pouvoir et le Média de cet acte antisémite motivé, aux dires de l’assassin, par l’islam.

Sans doute, le président fût-il très tôt au courant de la piste islamique. Il fallait préparer l’opinion à une réaction équilibrée puisque des musulmans faisaient partie des victimes – ce qui est un fait incontestable par ailleurs. Mais alors pourquoi avoir occulté le catholique ? Il fallait rester sans doute dans l’idéologie bien-pensante, c’est à dire dans le système des « deux communautés » ennemies dans une France spectatrice (Mitterand dixit), en d’autres termes dans l’explication des « tensions inter-communautaires » et non de l’antisémitisme tout court, (qui implique qu’il y a une victime et un coupable) .

On se perd en conjectures pour savoir à qui s’adressait l’appel à ne pas faire d’amalgame du grand rabbin sur le perron de l’Elysée? On pourrait comprendre qu’il était destiné aux Juifs supposés susceptibles de se venger (mais où a-t-on vu cela en France depuis 12 ans ?) Cela accréditait de facto la thèse des « tensions inter-communautaires ». Cet appel n’aurait du relever que du rôle du président seul.

Et pourquoi le Pouvoir ne demande-t-il jamais aux autorités musulmanes de dénoncer l’antisémitisme religieux qui sévit en terres d’islam, ainsi que les fatwas condamnant les Juifs ? De ce point de vue, nous pouvons jauger la détermination affichée du gouvernement à la lumière de l’invitation par l’UOIF, la succursale des Frères musulmans en France, pour son congrès du 6 avril, de l’imam Qaradawi, par ailleurs président du Conseil de la Fatwa pour l’Europe, qui a appelé il y a quelques semaines devant un million de personnes, place Tahrir, à tuer les Juifs comme un devoir religieux. A ce qu’il semble le ministère lui a accordé son visa ainsi qu’à deux autres personnalités de la même trempe. Détermination de façade ?

3)L’innocentement étatique et médiatique de l’islam. Je me souviens qu’au lendemain de l’attentat des tours jumelles Le Monde (et bien d’autres organes médiatiques) avait consacré 2 pages à « L’islam religion de paix ». Je ne doute pas que nombreux sont les musulmans français qui rejettent la haine des Juifs – et je les salue – mais ils doivent aussi assumer la responsabilité – quitte à s’en dissocier – de ce que de hautes autorités institutionnelles de l’islam (et la plus haute, l’université d’El Azhar) appellent sans cesse, et par TV satellitaires interposées, au meurtre des Juifs. Les Français n’en savent rien car leurs médias gardent un silence total sur cette donnée pourtant courante et omniprésente dans le monde arabo-musulman (alors qu’Israël est scruté à la loupe). Ils préfèrent se raccrocher au mythe du « printemps », même quand ce dernier ouvre la voie aux islamistes.

Ces appels sont forcément répercutés dans toutes les mosquées.
Et comment le ministre palestinien Fayyad a-t-il eu le cran de condamner le massacre alors que le mufti officiel de l’Autorité palestinienne a appelé récemment, en janvier 2012, à Jérusalem, sous le nez des Israéliens (quel libéralisme!), à tuer les Juifs au nom d’un Hadith qui a force de loi?

Il ne s’agit pas de pratiquer l’amalgame mais de se confronter ici à un fait réel.

Quant à l’amalgame, je remarque qu’il est couramment pratiqué dans les médias, les discours politiques depuis 10 ans en ce qui concerne Israël et les Juifs. Nos efforts pour contrer cette tendance sont restés sans succès.

L’aveu d’un ami du terroriste pour expliquer son geste est, à ce propos, très significatif : « Il a la haine. Les Juifs y tuent les p’tits chez eux ». C’est une vivante illustration de l’impact dans cette situation du scénario accusatoire infondé (et qui reprend la propagande de guerre palestinienne) que propagent les médias français depuis 11 ans. L’accusation dénuée de preuve, lancée par France 2 contre l’armée israélienne d’avoir tué, et de sang froid, l’enfant Al Dura a fait de cette scène le drapeau des violences islamiques depuis 12 ans et ravivé le mythe antisémite du « meurtre rituel ». Depuis, on « sait » que « les Juifs » « tuent » de sang froid des enfants .

4) La tabouisation ou la sacralisation des Juifs (dont la formule rituelle énonce: « Quand on touche à un Juif, on touche à la République ») accompagne dialectiquement cet amalgame. Etre mis seuls en France en balance avec toute la République est très inquiétant. Cela revient, sous des dehors d’excellence, à sortir les Juifs de toute norme et les exposer à une adversité radicale qui échappe donc à toute loi. Pourquoi les Juifs et pas tous les autres, les citoyens ?

C’est tout de même fascinant ce passage abrupt de l’atmosphère délétère de ces derniers temps, concernant les Juifs, à l’unanimisme compassionnel de toute la France au chevet des petites victimes. Suspension de la campagne électorale, minute de silence, funérailles quasi officielles ont scandé cette communion. Sur le plan du conscient il est certes louable mais il nous rappelle exactement l’après Copernic et l’après Carpentra sou le 60 ème anniversaire de la libération d’Auschwitz en 2004, au plus haut de l’antisionisme européen. On ne peut pas séparer ces communions paroxystiques du processus dangereux qui s’est ouvert alors pour les Juifs de France.

Ce contraste constitue en fait un phénomène éminemment inquiétant. Il attire l’attention sur le caractère ambigu – mais totalement inconscient – de ces manifestations de communion émotionnelle. Nous sommes pris ici dans l’engrenage d’un système archaïque de totem et tabou : du jour au lendemain, le totem exalté et désiré peut devenir, aux yeux de ses adorateurs, monstrueux et exécré (l’«exécution » de l’enfant Al Dura, le « génocide » de Djénine, le « génocide » de Gaza, l’«apartheid » en Israël (et demain autre chose) sont allés de pair avec le devoir de mémoire et la condamnation de l’antisémitisme !)

C’est tout cela qui se presse derrière la compassion pour Toulouse. La parole du ministre des affaires étrangères de l’Union Européenne, Catherine Ashton, comparant les enfants de Toulouse aux enfants de Gaza, est un signe clinique de la pathologie qui obère l’Europe confrontée aux problèmes de l’immigration, que j’ai tentée de décrire ici.

Shmuel Trigano

*A partir d’une chronique sur Radio J, le vendredi 23 mars 2012.

Les jugements exprimés dans cette chronique ne résultent pas de l’humeur mais, depuis 12 ans, d’une analyse permanente des événements et d’une démonstration rigoureuse, scandée par 7 livres (Déjà, La République et les Juifs après Copernic, (Les Presses d’Aujourd’hui, 1982), puis L’idéal démocratique à l’épreuve de la Shoa (Odile Jacob 1999), L’ébranlement d’Israël, philosophie de l’histoire juive (Le Seuil 2002), L’e(xc)lu, entre Juifs et chrétiens (Denoël 200)2, La démission de la République, Juifs et musulmans en France (PUF 2003), Les frontières d’Auschwitz, les ravages du devoir de mémoire (Livre de Poche Hachette, 2005), L’avenir des Juifs de France, (Grasset 2006), et un travail d’équipe qui a donné lieu à 12 bulletins et 3 livrets de l’Observatoire du monde juif (http://obs.monde.juif.free.fr/), 18 numéros épais de la revue Controverses (http://www.controverses.fr/), certains numéros (n° 34, 37,38, 44, 50) de la revue Pardès (Editions In Press),
(http://www.inpress.fr/f/index.php?sp=coll&collection_id=173), plusieurs colloques et
conférences (cf. Akadem.org) et de très nombreux articles et blogs.

1 COMMENT

  1. il n’y a aucune religion modérée.
    Le problème, c’est la croyance, qui ronge et remplace tout libre arbitre.
    l’Etat d’Israel est un état, il n’accueille pas que des juifs . L’amalgame dévot entre cet état et la Terre Promise est ce qui ronge les communautés juives depuis que les anglais ont crée dans la zone du golfe les conditions d’une instabilité durable, profitable aux affaires pétrolières. Quelles que soient ses convictions , dans chaque pays tout individu est d’abord un citoyen; ce n’est plus le cas quand la religion interfère.Quand la croyance remplace la coutume, il n’y a plus de place pour l’altérité.
    La coutume se contente de vectoriser les impératifs éthiques, alors que la croyance enlève toute dimension éthique à l’acte.
    L’argument souvent employé de dire que la croyance est nécessaire à l’homme ne tient pas devant la réalité: où sont les hommes dignes de représenter l’humanité? ce n’est pas dans des pratiques ou des édifices religieux qu’on les trouve….Le respect des autres commence par soi-même.

  2. il n’existe pas d’islam modéré. certain musulmans sont modérés parce-qu’ils ne suivent pas le coran à la lettre.
    le danger que nous encourons vient de cette minorité fanatisé, qui elle suit le coran à la lettre, et cherche à amener les autres à faire de même.

  3. Il se trouve , comme d’autres, que j’ai lu le Coran.

    La sourate II, verset 186, dit clairement « Tuez-les partout où vous les trouverez, et chassez-les d’où ils vous auront chassés. La tentation à l’idolâtrie est pire que le carnage à la guerre. ». ,

    Puis plus loin (II,189): « Combattez-les jusqu’à ce que vous n’ayez point à craindre la tentation, et que tout culte soit celui du Dieu unique.

    Le Coran est très clair dans son message (II, 190): « Quiconque agira violemment contre vous, agissez de même à son égard « .

    La justification du meurtre de l’infidèle revient plus loin (II, 214): « La tentation à l’idolâtrie est pire que le carnage « .

    Enfin, la sourate II se termine sur un cri patriotique (II, 286): « Donne nous la victoire sur les infidèles « .

    Il me semble que c’est clair et je pourrai en citer d’autres.

    Essayez de me trouver dans la Bible et dans la Torah des cris de haine aussi clairs que celui cité.

    Bon courage.

    Et n’oubliez pas que le musulman fanatisé obéit seulement au texte littéral.

  4. encore une fois, cet acte infâme pourrais servir à nous donner le courage de regarder la réalité en face et nous amener à nous poser les vrais questions. mais comme j’ai pu le voir, les médias sont unanimement en train de fermer les yeux et nous amener à regarder ailleurs qu’aux vrais raisons d’un tel drame.
    c’est à dire réaliser que ce drame ne découle pas uniquement d’un fanatique haineux mais également dans la mise en pratique d’une doctrine religieuse.
    il ne faut pas stigmatiser les gens, bien entendu, mais regarder au contenu de cette doctrine islamique. posons nous la question, d’où vient le racisme qui habite tant de musulmans? sinon de leur doctrine. d’où les médias tiennent-ils le fait que l’islam est une doctrine d’amour et de tolérance?
    faudra t-il qu’un jour une personne sorte dans la rue et tire dans la foule avec une kalachnikov pour que les états prennent la mesure du danger de certaines doctrines? parce-que laissez moi vous dire que c’est ce qui risque de nous arriver un jour ou l’autre.
    vous avez vu le drame de Belgique.
    c’est le résultat d’une immigration incontrôlée et du fait de laisser la haine à l’égard des occidentaux s’accroitre de plus en plus, en laissant croire à l’inverse, que les victimes dans ce pays sont les immigrés.
    je voudrais ajouter également, la France ne connais pas seulement une montée de l’antisémitisme (dans ce cas il ne s’agit pas d’une responsabilité des français, mais d’une idéologie d’une élite minoritaire, la majorité des français n’est pas responsable de ça, ils sont juste manipulés par les médias) mais également une montée du racisme anti-blanc. racisme qui existe depuis 40 ans mais dont il était impossible de parler avant.

  5. Au delà des supputations sur l’origine du tueur , sur celle des commanditaires, disons , de façon générale, que la presse , en particulier celle de gauche , est responsable de cette ignominie car en faisant , en permanence , sinon l’apologie en tout cas la déresponsabilisation , la victimisation des Barbares ,qui eux , ont fait main basse sur l’espace public , sur les écoles, les transports , les cours d’immeubles , cette presse a les mains rougies du sang des victimes .

    Fofana a tué sans le moindre remords Ilan Halimi et il a des émules . Chaque jour, de nouveaux barbares en herbe se forment dans les écoles et dans les rues : intimidation, racket , humiliations , insultes et violences contre les « souchiens français « , diffusion de la haine anti juive dans des manifs et dans des concerts ( prochainement à Bercy , se produit à guichets fermés , le groupe noir Sexions d’assaut de sinistre mémoire )…

    Et comme tout est EVOLUTIF , certains ne manquent pas d’aller plus loin , manipulés, dirigés ou pas ..

    N’hésitent plus à tuer sachant qu’il n’y a plus de châtiment suprême , plus de peine de mort mais des remises de peine et des excuses , toujours des justifications- bidon comme chez Guignol

    Badinter et toute cette classe médiatique , intellectuelle , de gauche mais pas toujours , qui protègent et excusent les criminels ,

    Tous ces gens aux mains rougies du sang des victimes , auront à répondre , au tribunal suprême , de leurs méfaits objectifs , de leurs sophismes et de leurs mensonges, de leur arrogance qui s’étale ., de leur participation , de leurs encouragements au déploiement du mal

    Et là , j’espère que leur peine ne sera ni réduite ni reportée

    Assassins

    D’autre part , n’oublions pas , sur le plan factuel , quand même la série d’attentats de 1995 , dont l’explosion devant l’école juive Nahalat Moshé de Villeurbanne où était impliqué Khaled Kelkal , ennemi public numéro 1 , lié au G.I.A algérien et qui fut d’ailleurs abattu dans les monts du Lyonnais ,

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Vague_

    On n’est pas assez revenu sur cette affaire Kelkal mais quand on sait les liens entre Islamistes , il ne faut pas écarter une mesure de rétorsion contre des Juifs d’Europe , d’ailleurs assimilés à Israël, par rapport aux dernières opérations d’auto-défense de Tsahal sur Gaza pour arrêter les tirs de Grad .

    En 1995, sans El Qaïda , il y avait déjà une large solidarité islamiste ou même simplement arabo-chrétienne (comme autrefois Georges Ibrahim Abdallah du Liban , Annis Nakkache chrétien et ami des Iraniens , sans compter Georges. Habbache ou Nayef . Hawatmay , palestiniens ) Comment une même « solidarité  » n’existerait pas , encore, maintenant , vu à la fois , l’existence de nombreux et nouveaux réseaux djihadistes de par le monde , et la profonde pénétration dans le monde occidental ? N’oublions pas, par ailleurs , la nécessité pour les rusés dirigeants syriens, champions de tous les coups tordus , de faire diversion sur les massacres qu’ils commettent . Pourquoi pas aussi l’Iran pour de nombreuses raisons dont sa concurrence avec le monde sunnite ?

    Je ne m’étais pas trompé dans mes analyses sur les prétendues révolutions arabes et en particulier sur la Syrie .

    Cette horrible affaire montre l’existence d’ennemis impitoyables ,1°) les Islamistes, les pro-palestiniens 2°) Une Gauche et une classe intellectuelle médiatique , disons pour faire court , de gauche ou spinoziste ;les uns et les autres , à des échelons différents semblent embarqués dans une guerre totale:

    Les seconds contre Israël.

    Les premiers aussi contre Israël , bien sûr , mais aussi contre les Juifs qu’ils assimilent à Israël .

  6. Comme d’habitude mon cher Chemouel Trigano.Vous nous apporter dans vos commentaires toujours une réponse clairvoyante qui nous fait réfléchir sur ce gouvernement français et de son pouvoir.
    Qui joue avec notre communauté juif et qui laisse ce laxisme vis avis de la communauté musulman.
    Quoi qu’il en soit les juifs de France commencent vraiment à réfléchir a monter en ISRAEL

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here