L’armée syrienne pourchasse les rebelles au nord de Qousseir

0
8

L’armée syrienne pourchassait vendredi les rebelles au nord de Qousseir après la conquête de cette ville et d’un village voisin avec l’aide des combattants du Hezbollah libanais, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).Selon cette ONG, l’armée massait également des troupes dans la province d’Alep (nord) où de larges parties échappent à son contrôle depuis plusieurs mois.

“Des combats ont éclaté à l’aube entre rebelles et armée aux abords du village de Dabaa”, au nord de la ville de Qousseir située dans la province centrale de Homs, a indiqué l’OSDH, qui s’appuie sur un large réseau de militants et de sources militaires et médicales.

Selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH, les combattants du Hezbollah participent à ces combats.

Les médias officiels syriens ont annoncé que Dabaa était tombé jeudi aux mains du régime alors que le village était contrôlé en grande partie par les insurgés.

La télévision du Hezbollah chiite a interviewé un général de l’armée syrienne qui a affirmé que ses troupes avaient lancé “une attaque surprise” qui a abouti “à la libération de Dabaa”.

Un autre bastion rebelle au nord de Qousseir, Boueida al-Charqiya, continuait d’être bombardé par l’armée, alors que des centaines de blessés et de civils s’y sont réfugiés après la prise de Qousseir.

“Quatre rebelles ont été tués jeudi soir en tentant d’évacuer des blessés”, a indiqué à l’AFP M. Abdel Rahmane.

“L’armée cherche à contrôler totalement Qousseir et sa région”, a-t-il précisé. “Elle ne laisse ni aux rebelles, ni aux civils, ni aux blessés aucune porte de sortie (…) elle veut soit anéantir les rebelles soit les faire prisonniers”.

Les analystes affirment qu’après Qousseir, l’objectif du régime est de prendre le contrôle total de la ville de Homs.

Par ailleurs, selon l’OSDH, l’armée massait des “milliers de soldats” dans la région d’Alep pour tenter de reprendre les positions rebelles notamment près de la frontière avec la Turquie. “Ils veulent couper les approvisionnements en armes des rebelles à partir de la Turquie”.

Le Hezbollah a “envoyé également des dizaines de ses cadres pour former des centaines de Syriens chiites au combat”, selon lui.

Depuis le début en mars 2011 d’une révolte qui a été réprimée dans le sang et a déclenché une guerre civile en Syrie, les violences ont fait plus de 94.000 morts selon l’OSDH et poussé à la fuite près de six millions de personnes.

07-06-2013/AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here