» L’aigle de la Synagogue » … suite de l’article

0
27

La Personnalité juive la plus célèbre de tous les temps, Moché Ben Maïmon, le Rambam Maïmonide ( 1135 – 1204 )
Vous avez chez Bernard Botturi , la narration de sa vie . Ici vous aurez celle de sa personnalité
Personnage hors du commun, d’une intelligence remarquable, doué d’une mémoire prodigieuse, il acquiert très jeune, des connaissances encyclopédiques, et allie à une connaissance parfaite du Talmud, celle admirable de la philosophie d’Aristote.
Quelle est l’originalité de sa pensée ?
– Introduire dans l’approche des textes du Talmud les méthodes d’analyses des textes modernes.
Résoudre la contradiction apparente entre la philosophie grecque et la présence de D.eu dan l’histoire, tou en ayant conscience des différences fondamentales entre le Judaïsme et la philosophie grecque.
Il démontre dans tous ses ouvrages que la philosophie est la voie qui mène à D.eu

De plus il est tout à fait remarquable que ce penseur, ce philosophe, ce Rabbin, ne se soit pas retiré dans une tour d’ivoire. Il vit au milieu de ses contemporains, prend en charge leurs problèmes matériels, prend position dans tous les problèmes communautaires.

Son Œuvre :
– Commencée dès sa jeunesse, cette œuvre est phénoménale ; après quelques livres courts, il écrit des livres qui seront traduits et étudiés jusqu’à nos jours.
– 1158 – Maamar Haibbour, bref traité sur le calendrier
– Millot Higgayon, traité de logique
– Hil’hot Hayerouchalmi, recueil des lois contenues dans le Talmud de Yerochalaïm
Le commentaire de la Michnah : il est écrit en arabe, est conçu comme une introduction au Talmud proprement dit. Dans cet ouvrage, on trouve les célèbres « 13 articles de la foi » et les Chemonah Perakim ( les huit chapitres)
– 1170 – Le livre des commandements, Sefer Hamitsvot : une des premières classification des 613 mitsvot contenues dans la Torah. Le livre est écrit en arabe.
– 1178 – Le Michné Torah : écrit en hébreu, dans un style concis, sa rédaction dure 10 ans : appelé également Yad Ha’hazakah ( car il comporte 14 livres et que la valeur numérique du mot Yad est 14
– C’est le premier code complet des lois religieuses : en effet, comme il est très difficile de consulter le Talmud, et toute la littérature rabbinique lorsque l’on recherche une loi, Maïmonide rassemble et classe, par thèmes, toutes les prescriptions hala’hiques
– Livre Sans Précédent qui est cependant critiqué de façon très véhémente et brûlée pour deux raisons principales :
– On craint que les étudiants des Yechivot n’abandonnent l’étude du Talmud et n’étudient que cet « abrégé »
– On reproche à Maïmonide de n’avoir pas cité les sources d’où découlent ces lois.
– 1190 – Le Guide des Egarés ( Moré Nevou’him)
– Livre de philosophie, écrit en arabe, qui est destiné aux Juifs, troublés par les contradictions qui peuvent exister entre la Torah et les sciences. Maïmonide traite, dans ce livre, du problème de D.eu, de la création, de la prophétie.
– En plus des nombreuses lettres, véritables responsa ( Cheelot outechouvot ) destinées aux communautés du Yémen, de Damas, de Jérusalem, Maïmonide écrit dix livres de médecine, d’une très grande modernité : premier « psychosomaticien » persuadé que les troubles organiques sont occasionnés ou favorisés par des facteurs affectifs, il pense qu’un médecin ne doit pas seulement être bon « technicien » mais qu’il doit également comprendre la personnalité et l’environnement de son malade

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here