L’abattage cacher en Pologne: rencontre importante.

0
19

Le Directeur Exécutif de la Conférence des Rabbins Européens (CER), le Rabbin Moché Lewin accompagné du Grand Rabbin Bruno Fiszon, conseiller de la CER et du Président du Consistoire Central, ont rencontré son excellence S.E. Tomasz Orłowski, Ambassadeur de Pologne en France. Communiqué de presse

Le Directeur Exécutif de la Conférence des Rabbins Européens (CER), le Rabbin Moché Lewin accompagné du Grand Rabbin Bruno Fiszon, conseiller de la CER et du Président du Consistoire Central, ont rencontré son excellence S.E. Tomasz Orłowski, Ambassadeur de Pologne en France.

Cette rencontre fait suite à la décision récente de la Diète (Parlement polonais) d’interdire l’abattage rituel en Pologne privant ainsi la communauté juive polonaise de l’une de ses libertés fondamentales.

La Pologne, comme la France, ont toujours soutenu fermement auprès des instances européennes, le droit à l’abattage rituel. C’est pourquoi le vote du parlement polonais est apparu incompréhensible au regard de l’Histoire et de l’action récente du ouvernement polonais.

Le Rabbin Lewin a rappelé à l’ambassadeur la rencontre entre Bronisław Komorowski, Président de la Pologne, qui avait affirmé en recevant le Grand Rabbin Pinchas Goldschmidt, Président de la Conférence des Rabbins Européens en 2011,son soutien total à l’abattage rituel. Celui-ci avait souligné que la loi néerlandaise qui visait à interdire l’abattage rituel était «constitutive de discrimination à l’égard des communautés juive et musulmane et représentait une crise de tolérance en Europe.»

Le Grand Rabbin Bruno Fiszon, également vétérinaire, élu à l’Académie vétérinaire de France a souligné qu’il n’existait pas de contradiction entre les nécessités du bien-être animal et la pratique de l’abattage selon le rite juif. De nombreuses études scientifiques ont démontré les avantages en matière de réduction de la souffrance animale selon cette méthode.

L’ambassadeur a été particulièrement attentif et sensible aux arguments présentés. Il a fait part de la volonté de son gouvernement de maintenir les droits fondamentaux de la communauté inscrits dans la loi ; l’abattage rituel y est nommément cité. Il s’est montré confiant dans la décision prochaine de la Cour constitutionnelle qui devrait rendre son avis au cours du mois d’octobre suite à la saisine de tribunaux polonais et de la communauté juive polonaise.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here