L’UMP courtise activement l’électorat musulman

0
7

L’UMP a-t-elle organisé des convoyages de supporters musulmans pour le meeting de Nicolas Sarkozy le 11 mars ? Le Canard enchaîné du 14 mars affirme dans un article que des « bus halal », transportant de manière séparée des hommes et des femmes auraient été affrétés à Montreuil (Seine-Saint-Denis) en direction de Villepinte. La nouvelle faisait immédiatement réagir le Mouvement des jeunes socialistes qui dénonçait sur son site « les bus de la honte » et « le jeu malsain et dangereux » de l’UMP.Contacté par le Monde.fr, Patrick Karam, responsable diversité de la campagne Sarkozy, infirmait l’information. « A aucun moment, nous n’avons pratiqué ce type de séparation. Nous avons simplement mis à disposition des bus spécifiques pour certaines associations musulmanes », explique-t-il. M’hammed Henniche confirme: « Il n’y a pas eu de bus séparé ». Le secrétaire général de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM93) explique que le bus parti de Montreuil ne comprenant que des femmes avait été réservé par un centre de formation pour femmes. Ses adhérentes étant arrivées en groupe, elles ont occupé un des bus disponibles.

« FAIRE VENIR DES MUSULMANS »

Les deux hommes confirment en revanche l’existence d’une campagne spécifique de l’UMP en direction des musulmans. Un activisme ciblant particulièrement les mosquées et leurs reponsables. M. Karam aurait pris contact en octobre 2011, via l’UAM93, avec un grand nombre d’associations cultuelles, afin de chercher leur appui. En janvier, il a proposé à ce premier cercle de contacts de mobiliser pour le meeting de Villepinte.

M. Henniche en faisait partie mais « sans impliquer l’UAM93 ». « Faire venir des musulmans à une réunion de l’UMP pour changer son regard, c’est un objectif louable. On les a aidés en leur donnant des numéros de télélphone, en organisant des réunions… Au final, ceux qui y sont allés ont trouvé l’ambiance formidable. S’il n’y avait pas eu les déclarations de Guéant sur le halal, ça aurait vraiment marché », avoue ce responsable musulman qui dit avoir de bonnes relations à droite comme à gauche.

Une vingtaine de bus auraient ainsi été affrétés par l’UMP pour des associations musulmanes, laïques et cultuelles, d’Ile-de-France dont une quinzaine pour le seul 93. Patrick Karam confirme ce travail spécifique en direction des « Français musulmans » et le revendique. « Nous avons 43 comités de soutien de Français musulmans en France. 220 responsables gérant des mosquées soutiennent Nicolas Sarkozy et au Bourget nous avions 800 musulmans venus de la part des mosquées », assure cet inspecteur général de la jeunesse et des sports.

« HOLLANDE VEUT ÉTOUFFER LES RELIGIONS »

A ses yeux, mobiliser « pour la diversité » justifie ces opérations de séduction. « Dans notre campagne, il faut que tous les Français y soient, les musulmans comme les juifs de France. Nous avons trois réseaux musulmans et un comité juif « , certifie M. Karam.

Ainsi, il y a bien eu des argumentaires adressés aux musulmans vantant les « dix bonnes raisons de ne pas voter François Hollande » comme l’évoque Le Canard enchaîné. M. Henniche ajoute que les réseaux ont envoyé des SMS dénonçant François Hollande comme celui qui « veut étouffer les religions », qui « s’oppose à la finance islamique » ou celui qui « me préfère immigré mais pas musulman ».

« Le comité juif a fait la même chose. Chaque comité de soutien fait campagne à sa façon via les médias communautaires », justifie M. Karam.

A l’UMP, on dément pourtant fermement toute « démarche spécifique » envers la communauté musulmane. « Je n’ai pas eu connaissance de mise en place de transports particuliers ; l’UMP a mis à disposition des bus pour les fédérations. Le reste n’est pas de notre fait », assure Jérome Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé. Ajoutant cependant: « Si des gens décident de se regrouper par affinité, c’est leur décision ».

Sylvia Zappi Articles similaires

1 COMMENT

  1. En matière de politique arabe, Sarkozy et Hollande, c’est bonnet blanc et blanc bonnet; le premier serait à l’image du Fatah, et le second à l’image du Hamas. La finalité est la même, tout est dans la nuance, mais la victime sera Israël.

  2. Savoir apercevoir l’antisémitisme de la droite sarkoziste

    article d’olivier Assouly à propos de l’abattage rituel

    Hollande n’est pas antisémite, il est porteur des valeurs républicaines d’égalité et de liberté, au moins.

    On ne pourrait en dire autant de la droite dont l’antisémitisme affleure vite et réapparaît ouvertement périodiquement.

    A propos de l’abattage rituel et des déclarations de sarkozy Fillon, voir cet article de Olivier Assouly

    Il est insuffisant de dire, même si cela est parfaitement juste, que les propos de Nicolas Sarkozy sur la viande halal, relayés et étendus à la viande casher par son premier ministre, sont le fruit d’une stratégie politique calculé visant à séduire et capter l’électorat d’extrême droite. Se pose la question du choix du thème de l’abattage rituel des animaux.

    Or, à cet égard, l’histoire se révèle extrêmement féconde et instructive, car la droite française vient là puiser dans un fonds de commerce rhétorique et idéologique qui a déjà fait ses preuves dans l’entre deux guerres. Avec l’accession au pouvoir du parti national-socialiste, l’Allemagne, à partir de 1933, suivi de l’Italie en 1938, interdirent l’abattage rituel en vertu d’une politique ouvertement antisémite. Les arguments alors employés, à bien des égards proches de ceux entendus ces derniers jours étaient que ces pratiques étaient d’un autre d’âge, révolues et barbares, alors dépassées par la lame de la civilisation promise par les nazis. L’histoire s’est révélée plus ironique. Logiquement, les circonstances actuelles se prêtent à une forme d’anamnèse : la question de la viande halal fait remonter avec angoisse à la surface le sort naguère réservée à la viande casher et aux juifs.

    Au-delà, historiquement, la cruauté et la barbarie contre laquelle des chrétiens croyaient se prémunir a été au cœur d’un discours antisémite. L’Eglise voyait dans le refus catégorique du sang (en raison du rituel d’égorgement et d’épanchement du sang) un désir au fond insatiable et refoulé de sang et de meurtre, la marque d’un peuple sanguinaires, cruel et d’une férocité redoutable, sournoisement avide de la vie des autres. Coupables d’adorer tout ce sang évacué, les égorgeurs d’animaux ne les abattent pas, ils les assassinent, en portant atteinte à une « civilisation supérieure » – déjà en jeu il y a quelques semaines dans un discours de Guéant – et devraient rien moins qu’en être exclus.

    On constate en même temps que l’argument de cette droite conjugue des précédents historiques – la figure de l’égorgement sanguinaire – avec des motivations actuelles et plus diffuses concernant le sort des animaux destinés à la consommation humaine. D’autres Etats, dont la Suisse et la Finlande, continuent de s’opposer à la mise à mort rituelle des animaux. Aux pressions exercées par les sociétés de protection des animaux voyant dans l’égorgement la marque d’une souffrance animale intolérable s’ajoute la dénonciation des conditions industrielles d’élevage, d’abattage et d’hyperconsommation de viande dans les pays développés. Le travail du refoulé ne s’arrête pas là.

    La stigmatisation actuelle des musulmans – et par accident des juifs – ne sert-elle pas aussi à masquer des pratiques industrialisées d’élevage et d’abatage, intensives et productivistes, où les bêtes ne sont que de la matière première carnée ? S’imaginer alors qu’étourdir des bêtes conduites à la mort suffit à régler la question de la souffrance animale, c’est refuser de prendre en compte la violence des usines d’abatage, au reste comparables à des camps militaires, théâtre invisible à l’abri du regard des consommateurs. Si l’on peut risquer une comparaison, la question de la peine capitale aux Etats-Unis n’est pas moins problématique parce qu’on a administré rationnellement et « humainement » un calmant au condamné avant son exécution.

    Les lois religieuses alimentaires rappellent que l’acte de se nourrir n’est pas tant naturel, rationnel que moral, aux antipodes d’une rationalité que le marché n’a cessé de mobiliser dans son modèle « intensif » et inhumain de productivité. A ce titre, contrairement aux déclarations désolantes de François Fillon, il est absurde de poser que l’évolution des mœurs et des règles sanitaires devraient « évoluer », avoir raison de règles religieuses aujourd’hui dépassées. C’est un préjugé qui pose que les interdits alimentaires répondaient à l’origine à des préoccupations sanitaires. Un animal porteur de maladies ne pose-t-il pas un problème suffisamment grave pour être écarté sans le secours de lois religieuses ? De plus, un acte de la foi n’attend rien d’une quelconque preuve scientifique.

    Précisément, la force du rituel d’abattage est de se confronter au problème du sort de l’animal et d’assumer les tensions d’une mort provoquée. La question de la vie animale est centrale. Ceci exclut que le sang de l’animal, symbole de la vie, puisse être consommé.

    suite http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/15/abattage-rituel-le-retour-du-refoule_1668869_3232.html

  3. Métamorphose satanique du mot  » diversité » en « adversité  » , voilà à quoi les français doivent s’attendre , et je crois bien que la métamorphose en question a déjà commencé depuis pas mal de temps ….

  4. Français juifs : effectif 600.000, musulmans résidents : effectif 6.000.000 au bas mot. Qui a créé le Conseil Français du Culte Musulman ? Qui finance de manière inavouée le Culte musulman en accordant des baux emphytéotiques permettant la construction de mosquées elles-mêmes financées de manière occulte ? Qui vient de faire de Mayotte un nouveau département français d’outre-mer entièrement musulman ? Qui brade le patrimoine national et les fleurons de notre industrie aux émirs du pétrole ? Poser ces questions, c’est y répondre…

  5. Et dire que Sarkhozy traite Natanyaou de menteur, et se prétend d’Israêl.
    Et bien je dis, quand on a des amis tels que Sarkhozy et Obama, Israêl n’a
    pas besoin d’ennemis.

  6. Ils ont oublié le méchoui hallal et la danse du ventre sous une tente et le tout accompagné de  » youyou  » des femmes . Et pourquoi pas le discours télévisé sur écran géant de Sarko sous titré en arabe ? Qui aurait été choqué ? Et pendant ce temps on agresse deux jeunes Juifs à Bagnolet dans l’indifférence générale .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here