L’Egypte acquitte trois ex-officiers de police accusés de torture

0
8

La justice égyptienne a acquitté jeudi trois
ex-officiers de police accusés d’avoir torturé cinq prisonniers islamistes
sous la présidence de Hosni Moubarak, renversé par une révolte populaire début
2011, a-t-on appris de sources judiciaires. Les trois anciens officiers de la sûreté de l’Etat, les services de
renseignement intérieur égyptiens, étaient accusés d’avoir frappé, torturé
avec des chocs électriques et privé de nourriture cinq détenus afin d’obtenir
leurs aveux dans le cadre d’affaires concernant des groupes islamistes
radicaux, ont précisé ces sources.

Ce jugement intervient au lendemain de la condamnation de 21 partisanes du
président islamiste Mohamed Morsi destitué par l’armée, dont des mineures, à
des peines de prison et alors que les autorités installées par l’armée mènent
une répression implacable des islamistes.
Depuis la destitution et l’arrestation le 3 juillet de M. Morsi, plus d’un
millier de personnes ont péri –en majorité des pro-Morsi– et plusieurs
milliers d’islamistes ont été arrêtés.

En outre, le pouvoir par intérim a récemment promulgué une loi encadrant le
droit de manifester et interdisant la tenue de tout rassemblement organisé
sans autorisation du ministère de l’Intérieur, dont dépendent les redoutés
services de renseignements intérieurs dont les exactions avaient été une des
raisons du soulèvement du début de l’année 2011.

En juin, un tribunal d’Alexandrie (nord), avait acquitté en appel un
officier de police, condamné en première instance à 15 ans de prison pour
avoir torturé un détenu islamiste accusé d’avoir perpétré un attentat contre
une église
quelques semaines avant le départ du pouvoir de M. Moubarak.

LE CAIRE, 28 nov 2013 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here