Koweït: l’émir presse gouvernement et députés à appliquer des réformes

0
8

L’émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmed Al-Sabah, a appelé mardi le gouvernement et le Parlement à coopérer pour appliquer des réformes globales dans le riche émirat pétrolier du Golfe, soulignant qu’il était temps de rompre avec les anciennes méthodes.”Il est temps de lancer une nouvelle phase décisive et d’entreprendre une action qualitative majeure pour réaliser des réformes globales et achever (les plans de) développement” dans l’émirat, a déclaré cheikh Sabah à l’ouverture d’une nouvelle session du Parlement, élu en juillet sur fond de crise politique aiguë.

Lundi, le gouvernement a déjà annoncé que le régime d’Etat-providence, assurant la quasi-gratuité des services publics, ne pourrait plus continuer.
“Il est désormais nécessaire de rectifier les vieux concepts. Il est temps d’adopter une nouvelle méthodologie de travail”, a ajouté le souverain, âgé de 85 ans.

Le Premier ministre, cheikh Jaber Moubarak Al-Sabah, a souligné à son tour que des réformes globales étaient “devenues une urgence nationale”.

Au Koweït, membre de l’Opep, les recettes pétrolières représentent environ 94% des revenus de l’émirat, utilisés en grande partie pour financer les salaires, les subventions, la défense et la sécurité.

Dans son programme, qui court jusqu’à l’année fiscale 2016/2017, le gouvernement a prévenu qu’un maintien de l’Etat-providence provoquerait à partir de 2021 de “vrais” déficits budgétaires qui, accumulés, pourraient atteindre 1.460 milliards de dollars en 2035. Il a souligné l’urgence de réduire les subventions sur les carburants, l’électricité et l’eau et d’augmenter les redevances sur les services publics.

Début octobre, le Fonds monétaire international (FMI) avait exhorté le Koweït à réduire ses dépenses publiques, qui ont triplé en 7 ans, compte tenu des risques d’une baisse des cours du brut.

Au cours des 13 dernières années, le Koweït a enregistré des excédents budgétaires cumulés à 300 milliards de dollars.
Le Parlement koweïtien a été élu en juillet lors d’un scrutin, le deuxième en huit mois, après la dissolution du précédent pour pour vices de forme. Ce scrutin a une nouvelle fois été boycotté par la plupart des groupes de l’opposition islamiste, nationaliste et libérale, qui dénoncent une révision de la loi électorale.

Le Koweït, qui dit détenir 10% des réserves pétrolières mondiales, pompe 3 millions de barils de brut par jour. Il compte une population autochtone de 1,23 million de personnes, et 2,67 millions de résidents étrangers.

29-10-2013/AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here