Kosovo/trafic d’organes: le rapporteur européen Dick Marty invité à témoigner

0
10

Le tribunal chargé d’un procès pour trafic d’organes au Kosovo a décidé mercredi de faire témoigner Dick Marty, membre du Conseil de l’Europe et auteur d’un rapport sur une autre affaire de trafic d’organes dans le pays. “Le tribunal a décidé qu’il était important d’autoriser le témoignage de
Dick Marty dans ce dossier”, a déclaré le président du tribunal, le juge
polonais Arkadiusz Sedek.

Sept Kosovars sont jugés dans l’affaire dite “Medicus”, du nom d’une
clinique de Pristina où les prélèvements et les transplantations illégaux
d’organes ont eu lieu jusqu’en 2008.

“M. Marty affirme avoir des informations importantes sur le dossier, nous
lui demanderons quelle est la nature de ces informations et quelles en sont
les sources”, a ajouté le juge Sedek.

Le tribunal a pris cette décision à la suite d’une demande faite fin mars
par le procureur en charge du dossier Jonathan Ratel.

Dans un rapport adopté en 2011 par le Conseil de l’Europe, consacré à une
autre affaire de trafic d’organes présumé, perpétré par des maquisards
kosovars albanais pendant la guerre contre Belgrade en 1998-99, le
parlementaire suisse avait établi un parallèle avec l'”affaire Medicus”.

Dans son rapport, Dick Marty avait mis en cause Hashim Thaçi, ex-chef de la
guérilla kosovare et actuel Premier ministre, des accusations que l’intéressé
a vivement démenti.

Selon l’acte d’accusation, plus de trente prélèvements de reins et
transplantations ont été opérés illégalement dans la clinique Medicus.

Le trafic portait sur des transplantations d’organes de donneurs recrutés
en Europe ou en Asie centrale, qui se voyaient promettre chacun quelque 15.000euros. Les receveurs d’organes étaient prêts à débourser jusqu’à 100.000 eurospour une telle intervention chirurgicale.

Le procès se déroule devant un tribunal de l’Eulex, une mission lancée par
l’UE après la proclamation de l’indépendance du Kosovo en 2008, dont le mandat est de renforcer l’Etat de droit en se chargeant, entre autres, des dossiers jugés trop sensibles pour la justice locale.

PRISTINA, 4 avr 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here