Jérusalem, capitale de deux Etats ?

0
19

source : Protection Palestine http://www.protection-palestine.org/spip.php?article8051Courrier international et articles de Ha’Aretz.
publié le mercredi 2 décembre 2009.

http://www.courrierinternational.com/breve/2009/12/02/jerusalem-capitale-de-deux-etats

02.12.2009

Le quotidien israélien Ha’Aretz s’est procuré une copie du rapport secret rédigé par les consuls européens à Jérusalem. Celui-ci dénonce la politique israélienne dans la partie arabe de la Ville sainte et demande à l’Union européenne (UE) de prendre des mesures pour renforcer le poids de l’Autorité palestinienne sur Jérusalem-Est. Ce rapport détaillant les mesures israéliennes discriminatoires à l’encontre des Palestiniens aurait fait une forte impression à Bruxelles et aurait renforcé le point de vue suédois en faveur d’une reconnaissance formelle de Jérusalem-Est comme capitale de l’Etat palestinien par l’UE. En 2008, Israël a retiré 4 577 permis de résidence à des Palestiniens de Jérusalem, un nombre qui est vingt et une fois supérieur à la moyenne de retrait observé au cours des quarante dernières années, affirme Ha’Aretz.

L’UE va déclarer Jérusalem-Est capitale palestinienne

Ecrit par Leyla Jad

02/12/2009

JERUSALEM – La semaine prochaine, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE) devraient appeler, pour la première fois de manière officielle, au partage de Jérusalem pour servir comme capitale d’Israël et du futur Etat palestinien.

La nouvelle a été publiée par le quotidien israélien Haaretz, qui a obtenu le projet de résolution rédigé par la Suède, qui exerce la présidence de l’UE. Celui-ci laisse aussi entendre que le moment venu, l’UE reconnaîtra une déclaration palestinienne unilatérale d’indépendance.

Haaretz estime que Israël mène une campagne diplomatique pour empêcher l’UE de rendre public un tel appui, mais les diplomates proches des délibérations au sein de l’UE pensent que cette initiative est pratiquement inévitable.

« Le processus conduit par la Suède compromet la capacité de l’UE à participer comme médiateur important dans le processus politique entre Israël et les Palestiniens », a averti le mardi 1 décembre le ministère israélien des Affaires étrangères dans une déclaration.

D’après cette déclaration, « après les mesures significatives prises par Israël pour permettre la reprise des négociations avec les Palestiniens, l’UE doit maintenant faire pression sur les Palestiniens pour qu’ils retournent sur la table de négociations. Des mesures telles que celles proposées par la Suède ne peuvent être que contre- productives ».

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’Union européenne, Dan Curiel, a adressé la semaine dernière à Jérusalem plusieurs télégrammes dans lesquels il accuse la Suède de « placer l’Union européenne sur une trajectoire de collision avec Israël ».

Le 7 décembre prochain, les ministres des Affaires étrangères de l’UE se réuniront à Bruxelles pour une réunion de deux jours afin de débattre du processus de paix. A l’issue de la rencontre ils publieront une déclaration la politique de l’Union.

Le projet du texte suédois constitue la première proposition officielle de l’UE à l’égard d’une des principales questions de l’accord définitif avec les Palestiniens, a indiqué le journal.

Dans cette proposition de résolution l’UE fait part de son inquiétude face au blocage du processus de paix et appelle à reprendre immédiatement les négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne. L’objectif de ces négociations, affirme la proposition, est « un Etat palestinien indépendant, démocratique, viable et possédant une continuité territoriale incluant la Cisjordanie, la bande de Gaza et ayant Jérusalem-est comme capitale ».

D’après le document, l’UE « demande à toutes les parties d’éviter les provocations » et souligne : « Nous n’avons jamais reconnu l’annexion de Jérusalem-Est (…). le gouvernement israélien doit cesser toute attitude discriminatoire vis-à-vis des Palestiniens de Jérusalem-est ».

Le projet de résolution est accessible in HAARETZ STAFF, 2009.

« Haaretz Exclusive : EU draft document on division of Jerusalem » in Haaretz, December 1.

http://haaretz.com/hasen/spages/1131988.html

http://french.pnn.ps/index.php ?option=com_content&task=view&id=4472

Exclusif Ha’aretz : Projet de résolution de l’Union européenne pour la division de Jérusalem

Barak Ravid – Correspondant Ha’aretz

L’actuel président de l’Union européenne a proposé que l’institution reconnaisse Jérusalem-Est comme capitale palestinienne.

La Suède, actuel titulaire de la présidence tournante de l’Union européenne, a mis sur pied un projet de document appelant à la division de Jérusalem entre Israël et un futur Etat palestinien, en laissant entendre que l’UE reconnaîtrait une déclaration unilatérale palestinienne de la création d’un Etat.

Ha’aretz a obtenu une copie du document (ci-dessous) qui a suscité des critiques par Israël qui prétend qu’une telle décision nuirait davantage aux chances de relance du processus de paix au Proche-Orient

(suit le texte du projet de résolution en dix points, en anglais) http://haaretz.com/hasen/spages/1131988.html

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

L’Union européenne s’apprête à déclarer : Jérusalem est aussi la capitale de la Palestine Barak Ravid – Haaretz

mardi 1er décembre 2009

La semaine prochaine, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne devraient appeler, pour la première fois de manière officielle, au partage de Jérusalem afin que la ville soit la capitale d’Israël et de la Palestine. Le Haaretz a obtenu le projet de résolution rédigé par la Suède, qui exerce la présidence de l’UE.

Celui-ci laisse aussi entendre que le moment venu, l’Union Européenne reconnaîtra une déclaration palestinienne unilatérale d’indépendance. Ces derniers jours, Israël mène une campagne diplomatique pour freiner cette résolution, mais ses chances de réussite sont faibles.

Le 7 décembre prochain, les ministres des Affaires étrangères de l’UE se réuniront à Bruxelles pour débattre du processus de paix. Au terme de ces débats, qui dureront deux jours, sera publiée une résolution détaillant la politique de l’Union. En vue de cette réunion, la Suède a pris l’initiative d’une résolution appelant au partage de Jérusalem et la définissant comme capitale d’Israël et de la Palestine. Ce sera la première fois que l’Union européenne proposera officiellement une solution possible à l’une des questions fondamentales de tout accord définitif avec les Palestiniens.

Dans cette proposition de résolution L’UE fait part de son inquiétude face au blocage du processus de paix et appelle à reprendre immédiatement les négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne. L’objectif de ces négociations, affirme la proposition, est « un Etat palestinien indépendant, démocratique, viable et possédant une continuité territoriale incluant la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-est pour capitale ».

L’UE exprime également sa profonde inquiétude face à la situation à Jérusalem-est : « L’Union européenne demande à toutes les parties d’éviter les provocations. Nous n’avons jamais reconnu l’annexion de Jérusalem-est. Pour parvenir à une paix véritable, il faut résoudre le problème du statut de Jérusalem comme capitale des deux Etats », est-il dit dans la proposition de résolution. La résolution appelle également à la réouverture des institutions palestiniennes à Jérusalem-est et affirme que « le gouvernement israélien doit cesser toute attitude discriminatoire vis-à-vis des Palestiniens de Jérusalem-est ».

La décision du cabinet restreint de sécurité de geler la construction dans les colonies pendant dix mois est mentionnée sommairement dans la proposition de résolution : « Le conseil des ministres des Affaires étrangères prend note de la décision du gouvernement israélien de geler partiellement et temporairement la construction dans les colonies et espère que cela constituera un pas vers la reprise des négociations ». De même, la levée des barrages en Cisjordanie ne suscite que peu de louanges : « De nombreux barrages restent en place pour protéger les colonies », y est-il dit.

Sur la question des frontières, l’UE souligne qu’elle n’acceptera aucune modification israélienne des lignes de 1967, à moins que ce changement soit accepté par les Palestiniens. L’UE se félicite aussi du plan proposé par le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad, « et pourra, le moment venu, reconnaître un Etat palestinien ». Au ministère israélien des Affaires étrangères on considère cette phrase comme une indication selon laquelle l’Union européenne pourrait reconnaître une déclaration d’indépendance palestinienne unilatérale.

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’Union européenne, Dan Curiel, a adressé la semaine dernière à Jérusalem plusieurs télégrammes dans lesquels il accuse la Suède de « placer l’Union européenne sur une trajectoire de collision avec Israël ».

Dans un autre télégramme, l’ambassadeur estime que la France et la Grande-Bretagne soutiennent l’initiative suédoise. Selon lui, l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie ne sont pas non plus aux côtés d’Israël. M. Curiel a indiqué que pour empêcher que la résolution soit adoptée, il faudrait qu’au moins deux de ces cinq pays soutiennent Israël. Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, doit rencontrer aujourd’hui à Athènes son homologue espagnol, Miguel Moratinos, à qui il demandera que la décision de l’UE ne porte pas sur Jérusalem.

Des diplomates européens au fait des débats affirment que la résolution sera certainement modifiée en faveur d’Israël mais qu’il sera pratiquement impossible d’empêcher l’adoption d’une décision appelant au partage de Jérusalem. En effet, même les pays les plus proches d’Israël ne pourront le soutenir sur ce point car Jérusalem n’est pas concernée par la décision de geler la construction dans les colonies. A cela il faut ajouter la construction à Guilo et la démolition de maisons palestiniennes à Jérusalem-est. « Nous estimons que cette décision aidera les Palestiniens à reprendre les négociations et leur offrira une garantie européenne concernant l’établissement de la capitale palestinienne à Jérusalem », affirment ces diplomates européens.

http://www.desinfos.com/spip.php ?page=article&id_article=16122

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here