«Je suis le cousin de Merah, si vous prévenez la police, je fais tout exploser !»

0
15

«Si vous prévenez la police, je fais tout exploser !» : le cauchemar d’une famille séquestrée.

Deux heures d’angoisse avec le sentiment qu’à tout moment, tout peut basculer. Ce calvaire a été vécu par une famille installée dans l’ouest de l’agglomération toulousaine lundi soir.

Tout commence vers 19 heures. Avec sa petite fille âgée de 2 ans, une mère de famille sort d’un rendez-vous Faubourg Bonnefoy, à Toulouse. Un individu s’approche, l’air mauvais. Et il les menace. «Je suis le cousin de Mohammed Merah. J’ai une grenade. Je vais tout faire sauter !». Effrayée, la mère ne comprend pas mais elle est obligée de suivre l’homme, très menaçant. Il veut de l’argent. Au distributeur, c’est la panique. La mère ne peut obtenir des billets. Son agresseur, excité, ne se calme pas, menace encore, l’oblige à appeler son mari dans sa maison de Plaisance-du-Touch. L’homme force la mère à monter dans sa voiture et s’installe à l’arrière du véhicule, un œil sur la fillette.

La mère traverse l’agglomération toujours menacée par l’individu qui a été très clair : «Si vous prévenez la police, je fais tout exploser !»

Arrivé à destination, le mari propose à l’agresseur de partir avec la voiture. L’homme n’en démord pas, il veut de l’argent, 3 000 €. Il abandonne mère et fille dans la maison et repart avec le mari direction les distributeurs bancaires de Colomiers. Arrivée à destination, la victime descend vers l’automate mais l’agresseur reste dans la voiture. La victime en profite pour prévenir discrètement le «17», police secours. «En quelques secondes il a vu arriver plusieurs véhicules de police», témoigne un proche. Resté dans la voiture, dans un état second, le suspect est aussitôt interpellé par des policiers de la brigade anticriminalité. Sur lui, aucune arme et pas de grenade. Pas de parenté, non plus, avec Merah. Pas vraiment ivre, «mais pas dans son état normal», selon un policier, l’homme a été placé en cellule de dégrisement au commissariat central.

Hier, examiné par un psychiatre, cet homme de 32 ans a été jugé «dérangé» et placé en hospitalisation d’office. Ses victimes essayent d’oublier leur cauchemar.

Publié le 27/11/2013 à 07:48 |

ladepeche.fr Article original

1 COMMENT

  1. C’est curieux chaque fois qu’un muzz fait du “grabuge” il est toujours déclaré “dérangé”
    Chaque fois que c’est un français “autre” c’est un raciste.

    C’est avoir “la muzzitude attitude”!!!

  2. {{Se revendiquer de Mohamed MERDah c’est tout simplement être une ordure , un lâche et un assassin d’adultes ou d’enfants désarmés et si les enfants sont juifs c’est le summum .}}

    {{Nous sommes en 2013 , 80 ans aprés .}}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here