Jameh, le bourreau en chef du Beaurivage tué en Syrie

0
32

CONFLIT Le général aurait été tué à Deir ez-Zor


Selon la télévision d’État syrienne, « le général Jameh Jameh est tombé en martyr à Deir ez-Zor », sans plus de précisions sur la manière dont il a péri. Certaines sources ont toutefois affirmé qu’un sniper l’avait abattu. HO/AFP

Le général des renseignements syriens Jameh Jameh a été tué hier par des rebelles, a rapporté la télévision d’État syrienne, précisant qu’il « est tombé en martyr à Deir ez-Zor alors qu’il effectuait son devoir national ». Selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les premières informations laissent penser que M. Jameh a été tué par un tir de sniper dans le quartier de Rashdiya, dans Deir ez-Zor, sur fond de combats violents entre les rebelles et l’armée dans la province et dans la ville elle-même. Jameh Jameh dirigeait les renseignements militaires à Deir ez-Zor, la plus grande ville de l’est de la Syrie où s’affrontent les rebelles et les troupes du régime de Bachar el-Assad. La télévision officielle n’a pas précisé où et comment ce général avait été abattu, mais selon des forums jihadistes il a été tué dans des affrontements avec des combattants jihadistes dans la ville.

Le général Jameh était un des hauts responsables de la sécurité de l’armée syrienne lorsque celle-ci était déployée au Liban entre 1976 et 2005. Il était responsable du sinistre hôtel Beaurivage à Beyrouth, c’est-à-dire le centre de détention et surtout de torture des forces syriennes durant la période de la tutelle syrienne, notamment lors des années 1990. Jameh Jameh avait également été interrogé dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri en février 2005 et placé par les États-Unis sur la liste noire des personnes soupçonnées de soutenir les activités terroristes et de déstabiliser le Liban. De très nombreuses sources répètent aussi qu’il était impliqué dans l’assassinat de l’ancien président René Moawad, et qu’il était le « cerveau » chargé de chapeauter les attentats à l’explosif qu’aurait planifiés le duo Michel Samaha-Ali Mamlouk.

lorientlejour.com Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here