Israël veut créer une voie ferrée reliant la Méditerranée à la mer Rouge

0
19

JERUSALEM – Le gouvernement israélien a commencé dimanche à examiner un projet de voie ferrée reliant la Méditerranée et la mer Rouge qui offrirait une route alternative au Canal de Suez pour le trafic entre l’Europe et l’Asie.

Une alternative au Canal de Suez

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué qu’une ligne ferroviaire courant sur 350 km à travers le désert du Néguev (sud) mettrait la station balnéaire d’Eilat (mer Rouge) à deux heures de Tel-Aviv.

Cette ligne serait en outre doublée d’une voie réservée au transport de marchandises entre l’Asie et l’Europe, a-t-il déclaré devant les membres de son gouvernement, en précisant qu’une extension vers le nord d’Israël est aussi envisagée.

Ce projet a suscité le plus grand intérêt parmi les puissances émergentes, notamment la Chine et l’Inde, et d’autres, a-t-il ajouté.

M. Netanyahu a estimé que ce lien entre continents est d’une importance stratégique tant au plan national qu’international, et indiqué que son gouvernement tiendra au moins une autre discussion à ce sujet.

Selon son site Internet, le ministère israélien des Transports a présenté diverses options pour la mise en oeuvre du projet, mais a privilégié le recours à des sociétés chinoises.

La capacité professionnelle des sociétés chinoises dans la construction de voies ferrées et de réseaux de transports est l’une des meilleures au monde, affirme le ministre des Transports Yisraël Katz sur ce site.

De même source, M. Katz a rencontré son homologue chinois à Pékin en septembre, et tous deux sont convenus de présenter un projet conjoint pour la ligne vers Eilat.

Selon des responsables israéliens, cette ligne ferroviaire, la Med-Red, pourrait aussi être utilisée pour des exportations de gaz israélien vers l’Inde et peut-être la Chine.

D’importants gisements de gaz, Tamar et Léviathan, ont été découverts en 2010 dans l’est de la Méditerranée à 130 km au large du port de Haïfa (nord d’Israël) et à 1.634 mètres de profondeur.

Il s’agit des plus importantes richesses sous-marines en hydrocarbures découvertes dans le monde depuis dix ans, soit un pactole estimé à des dizaines de milliards de dollars susceptible d’assurer à Israël une indépendance énergétique pendant plusieurs décennies.

En juin, une compagnie israélienne a en outre annoncé la découverte de deux autres très importants gisements de gaz naturel, Sarah et Mira, à environ 70 km au large de la ville de Hadera, plus au sud sur le littoral méditerranéen.

(©AFP / 29 janvier 2012 19h15)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here