Israël: vers des législatives anticipées

0
8

Le premier ministre Benyamin Nétanyahou a remporté largement les primaires du Likoud.

Benyamin Nétanyahou lors des primaires de son parti, mardi à Jérusalem. Crédits photo : Bernat Armangue/AP

Plus populaire que jamais en Israël, Benyamin Nétanyahou a, sans surprise, remporté les primaires de son parti, le Likoud. Avec 75% des voix, le premier ministre israélien devance largement son rival, Moshé Feiglin, qui n’a obtenu que 25% des suffrages, selon les premiers résultats diffusés mercredi.

Mais le fait qu’un quart des électeurs du Likoud se soient ralliés à ce représentant des «colons» vient néanmoins ternir le succès de Nétanyahou.
Souvent considéré à l’étranger comme un représentant de la droite dure israélienne, Nétanyahou est régulièrement attaqué par l’aile droite de son parti comme un dangereux modéré, incapable de résister aux pressions américaines et prêt à tous les compromis, notamment sur la question des implantations.

Feiglin, largement soutenu par les israéliens des implantations, avait fait campagne sur ce thème. Les 25% de suffrages obtenus par son courant lui permettront de peser sur la désignation des candidats du parti aux prochaines législatives, et d’assurer aux israéliens des implantations les premières places de la liste.

Hostiles au gel des constructions décrété pour dix mois par Nétanyahou en 2010, des israéliens ont multiplié ces derniers mois les actions de représailles contre les moindres entraves, réelles ou supposées, à leur projet historique d’un Grand Israël englobant la Cisjordanie.

Ces représailles, baptisées le «prix à payer», consistent généralement en des actes de vandalisme contre des mosquées ou des biens palestiniens. Elles se sont au cours des derniers mois étendues à des installations de l’armée israélienne, suscitant un certain émoi en Israël.

La récente décision de la Cour suprême demandant au gouvernement de démanteler d’ici au mois de mars prochain l’implantation de Migron, petite agglomération de baraques préfabriquées et de caravanes, au nord de Jérusalem, construite sur un terrain appartenant à des Palestiniens, est le nouveau thème de mobilisation des israéliens de Judée Samarie.

Nouvelle légitimité électorale

Malgré cette pression sur sa droite, Nétanyahou pourrait à présent envisager, comme le prévoient beaucoup d’analystes, des élections législatives anticipées avant la fin de l’année. Le premier ministre a eu beau dire que «le sujet n’était pas à l’ordre du jour», la tenue de primaires au sein du Likoud, annoncée par surprise à la fin de l’année dernière, est vue comme la première étape d’une stratégie politique visant à dissoudre la Knesset avant son terme, prévu au printemps 2013.

Selon une hypothèse évoquée fréquemment au sein du Likoud, des législatives anticipées pourraient avoir lieu en octobre prochain, soit un mois avant les élections américaines, afin de redonner une légitimité électorale au premier ministre israélien en cas de réélection d’Obama à la Maison-Blanche.

Le Likoud n’était arrivé qu’en seconde position aux dernières élections de 2009, devancé de peu par Kadima de Tzipi Livni, mais Nétanyahou avait néanmoins réussi à former une coalition grâce au changement d’alliance des orthodoxes séfarades du Shas, et en passant un accord léonin avec Israël Beyténou, la formation ultranationaliste d’Avigdor Lieberman.

Un succès du Likoud à de nouvelles élections lui permettrait de renégocier à son avantage ces accords, et de négocier en meilleure position le prochain budget à la Knesset.

Par Adrien Jaulmes – Le Figaro Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here