Israël lutte contre la disparition de la Mer morte

0
12

Les autorités tentent de sauver la plus basse réserve naturelle du monde

Les visiteurs de la réserve naturelle d’Einot Tzoukim près de la Mer morte seront surpris de découvrir deux nouveaux plans d’eau sur le site.Ces plans d’eau artificiels ont été créés par la Société de Protection de la Nature et les autorités des Parcs nationaux dans le cadre des efforts de ces deux institutions pour endiguer les effets collatéraux de la baisse du niveau de la Mer morte. Elles envisagent l’aménagement de piscines supplémentaires pour tenter de sauver les sites qui ont déjà été endommagés, bien que les autorités admettent qu’il se pourrait qu’il ne soit pas possible de sauver la réserve naturelle la plus basse du monde.

La réserve d’Einot Tzoukim est un des sites aquatiques le plus important du désert de Judée. Elle abrite un nombre très important d’espèces animales et végétales et des douzaines de sources et de piscines naturelles. La Mer morte perd actuellement un mètre par an. Ses rivages sont aujourd’hui séparés de la réserve naturelle par une surface boueuse dangereuse pour les visiteurs, ce qui a obligé les autorités, il y a déjà plusieurs années, à couper l’accès de la réserve vers la mer.

Cette séparation a provoqué d’importants dégâts dans la réserve naturelle dus aux modifications géologiques et à l’érosion, des sources naturelles se sont taries. La baisse du niveau de la Mer morte a également modifié les courants d’eau douce souterraine qui s’écoulent aujourd’hui directement dans la mer au lieu d’alimenter les piscines naturelles. L’un d’entre elle, appelée dans le passé “le lac” n’est plus aujourd’hui qu’une petite piscine. Le directeur de la réserve Eldad Hazan a confié au journal Haaretz que cette piscine était un des derniers plans d’eau dans lequel on trouve un poisson nommé Tilapia venant du Jourdain.

La baisse du niveau d’eau de la Mer Morte a aussi modifié la façon dont l’eau douce souterraine s’écoule dans la région, à tel point que l’eau s’écoule maintenant directement dans la mer, au lieu de remplir les piscines comme il l’a fait dans le passé. L’une des plus grandes piscines du site, qui s’appelait autrefois «le lac», ressemble aujourd’hui plutôt à une petite piscine. Le directeur de la réserve Eldad Hazan a déclaré au journal Haaretz que la piscine est l’un des derniers habitats pour le poisson Tilapia provenant du Jourdain.

Une réserve naturelle, par définition, est un site dans lequel les interventions humaines sont limitées, mais dans le cas d’Einot Tzoukim, les autorités ont compris qu’elle n’avait pas d’autre alternative que d’intervenir.

“Nous avons décidé de construire plusieurs piscines dans les secteurs absorbant les eaux coulant dans la réserve pour remplacer les piscines asséchées dans le but de créer de nouveaux habitats pour la flore et la faune.

La baisse du niveau d’eau est si grave qu’il nous fallait absolument intervenir. Deux piscines ont été construites au cours de ces deux dernières semaines et la végétation naturelle s’est rapidement reconstituée. Il y a des projets de construction de nouvelles piscines, mais ils n’ont pas encore été financés”, a déclaré Hazan au journal Haaretz.

Selon le directeur de la réserve, exceptée une petite barrière de terre, aucun ouvrage supplémentaire n’a été effectué et les piscines ont été créées par l’écoulement naturel de l’eau.

Si les piscines reprenaient à terme leur activité normale en recréant la végétation, le Tilapia pourrait également faire son grand retour.

Cependant, les autorités hésitent toujours sur les mesures à prendre pour endiguer la baisse continue du niveau de la Mer morte.

I 24 NEWS Article original

1 COMMENT

  1. On ne parle plus du 1ier projet de sauvetage datant de 60 ans environ, qui etait de mettre un canal de la Mediterranee a la Mer Morte, simplissime, lequel avait ete remplace par le stupide projet de “canal de la paix” a partager avec la Jordanie le long de l’Arava; projet pharaonique et stupide puisqu’il fallait avec la denivellation inverse faire d’abord remonter l’eau….Les jordaniens ont jete l’eponge. Pourquoi ne pas reprendre le projet initial? Les ecolo-bobos auraient encore frappe?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here