Israël libère la Hongrie de sa dépendance en Gaz russe.

0
10

… et les deux pays se trouvent des valeurs communes, en matière de liberté de conscience, face à l’UE. Le Secrétaire d’Etat hongrois Péter Szijjártó dénonce la crise de « Valeurs » en Europe, en citant, entre autres exemples, le mariage gay.
Le Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et aux relations économiques extérieures Péter Szijjártó Photo: Wikimedia Commons

La Hongrie se tourne vers Israël et ses récentes découvertes de gaz naturel, pour contribuer à réduire sa dépendance vis-à-vis de l’énergie russe et diversifier ses sources, a confié au Jerusalem Post Article original, le Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et relations économiques extérieures Péter Szijjártó, dans une interview exclusive, à l’issue d’une visite de deux jours.

“La Hongrie est très dépendante du gaz russe. Nous chauffons au gaz 80% de nos maisons et devons, donc, importer 90% de notre gaz de Russie”, declare Szijjártó. « Être aussi dépendant signifie que vous êtes quasiment sans recours et à la merci de l’autre”.

Lors d’une rencontre avec le Ministre des Finances Yair Lapid, Szijjártó a offert à Israël l’accès à une capacité stockage de gaz appartenant à l’Etat d’un volume de 7 milliards de mètres-cube.

“Nous pourrions devenir, en Europe Centrale, un foyer de redistribution pour le gaz israélien, et espérons que nous apprendrons à bâtir notre propre stratégie d’exportation, aussi vite que possible”, affirme, enthousiaste, Szijjártó. Les autres domaines dans lesquels il espère renforcer les relations concernent l’eau, l’agriculture et l’innovation.

Au cours de son séjour, Szijjártó a aussi rencontré des responsables du développement de Teva, y compris son PDG récemment limogé, Jeremy Levin, auquel il a attribué le titre d’officier de la Médaille du Mérite, l’une des distinctions les plus hautes pour un civil en Hongrie. Teva est l’un des investisseurs les plus significatifs en Hongrie, et la plus importante entreprise pharmaceutique qui y opère. Lorsqu’elle a annoncé son récent plan de licenciement d’une partie de sa force de travail, provoquant un véritable incendie politique en Israël, les travailleurs de Teva-Hongrie ont, pour leur part, été très peu affectés par ces mesures.

Teva, qui a pu démarrer sur des chapeaux de roues grâce aux bénéfices massifs dont elle jouit en Israël, en matière de fiscalité, a retrouvé des incitations similaires en Hongrie. C’est l’une des 35 « entreprises stratégiques » qui ont bénéficié de privilèges spéciaux de la part du gouvernement et peuvent disposer d’abattements fiscaux jusqu’à 90% sur les produits pharmaceutiques.

Szijjártó s’est honoré du fait que la Hongrie mène une approche indépendante de celle que l’UE souhaiterait, sur une diversité de sujets. Alors que l’emploi de l’énergie nucléaire se réduisait, en de nombreux pays, la Hongrie a augmenté ses fournitures d’électricité de 43% à 60-70% actuellement projetés. Alors que l’UE diffusait ses directives dans sa plateforme d’Horizon 2020, qui définissait Israël comme devant s’en tenir à la « ligne verte », la Hongrie a exprimé son mécontentement, à cause de ces évolutions négatives. Et alors que l’UE prône un agenda multiculturaliste et de diversité, en matière de droits de l’homme, la Hongrie a réaffirmé son adoption pleine et entière de son héritage chrétien.

“La Crise économique de l’Union Européenne est provoquée par une crise des valeurs, qui est bien plus grave”, affirme t-il. « En Europe, si vous vous dites fier d’être Chrétien, vous êtes bien loin de représenter la majorité. Lorsque vous parler de la famille, ils vous disent que vous devriez parler « des familles », parce qu’il n’existe pas qu’un seul type de famille. Mais nous disons qu’il doit y avoir un mari, qui ne peut être qu’un homme et une femme qui est de sexe féminin, pour avoir des enfants”.

Lorsqu’on l’interroge pour savoir s’il doit maintenir une position ferme contre le mariage gay, ce qui mettrait en cause la diversité, alors qu’elle peut aussi apporter des innovations, Szijjártó réplique : « Ce problème n’est pas apparu. Les Hongrois sont un peuple ouvert et accueillant envers l’étranger et la différence, aussi si quelqu’un veut y venir, il peut profiter de la vie comme il l’entend”.

Les couples gays, dit-il, peuvent faire homologuer leur partenariat et obtenir les droits et les bénéfices qui y sont liés, sans, pour autant, devoir se marier.

Par NIV ELIS
15/12/2013 20:41

jpost.com Article original

Adaptation : Marc Brzustowski.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here