Israël: démolition d’un village bédouin autorisée

0
10

Le cabinet approuve la démolition du village non autorisé de Hiran pour y établir une nouvelle localité juiveLe cabinet israélien s’est réuni en session spéciale dimanche et a voté en faveur de la démolition d’un village bédouin non autorisé pour y établir une nouvelle localité juive religieuse.

La session a eu lieu à Sde Boker dans le Néguev. La nouvelle communauté sera appelée Hiran.

Le village bédouin qui sera détruit, Umm al-Hiran, est l’une des nombreuses communautés bédouines établies sans permis.

Des militants contre la démolition des villages bédouins se sont rassemblés à Sde Boker à l’extérieur de la réunion du cabinet. Deux personnes ont été arrêtés pour interrogation et l’une d’entre elles a été mise en détention.

Le cabinet a déjà approuvé un plan, connu sous le nom de « plan Prawer « , qui prévoit la relocalisation d’un grand nombre de Bédouins des communautés non autorisées vers les villages bédouins reconnus.

Le village bédouin qui sera détruit, Umm al-Hiran, est l’une des nombreuses communautés bédouines établies sans permis.

Des militants contre la démolition des villages bédouins se sont rassemblés à Sde Boker à l’extérieur de la réunion du cabinet. Deux personnes ont été arrêtés pour interrogation et l’une d’entre elles a été mise en détention.

Le cabinet a déjà approuvé un plan, connu sous le nom de « plan Prawer « , qui prévoit la relocalisation d’un grand nombre de Bédouins des communautés non autorisées vers les villages bédouins reconnus.

Le cabinet s’est réuni pour décider du sort d’Umm al-Hiran malgré le fait que son avenir est présentement entre les mains de la Cour suprême israélienne, qui doit se pencher sur le cas lors d’audiences prévues à la mi-novembre.

Des alternatives ont été proposées aux résidents du village, mais aucune entente n’a été trouvée entre les autorités gouvernementales et les résidents. Les résidents du village prévoient manifester devant la cour contre ce qu’ils considèrent être une mesure discriminatoire de l’Etat.

La proposition de construire Hiran et trois autres nouvelles communautés juives dans le Néguev a reçu l’approbation du cabinet en 2002. Les familles qui s’installeront à Hiran sont majoritairement sionistes religieuses, et des familles laïques de la localité avoisinante de Meitar y déménageront.

Le village d’Umm al-Hiran a été fondé en 1956 en tant que lieu de résidence des bédouins de la tribu Abu-Alkian. Ces derniers étaient arrivés d’un site près du Kibbutz Shoval dans le nord du Néguev, qu’ils avaient du quitter vraisemblablement en raison de conflits tribaux.

Umm al-Hiran est aujourd’hui le lieu de résidence de 500 personnes. Comme plusieurs autres villages bédouins n’ayant pas été officiellement reconnus comme communauté municipale, on n’y retrouve aucune infrastructure ni électricité.

Adallah, le Centre juridique pour les droits de la minorité arabe en Israël, a déclaré dimanche que la mise en place de communautés juives dans le Néguev au même moment que le gouvernement défend la mise en oeuvre du plan Prawer «reflète une approche raciste envers les habitants bédouins du Néguev», selon des sources citées par le quotidien israélien Haaretz.

Au lieu de déplacer la population indigène bédouine, ajoutent ces mêmes sources, le gouvernement devrait engager le dialogue avec la communauté afin de trouver une alternative au plan de relocalisation.

10-11-2013/ I 24 NEWS Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here