Israël-Egypte: la coopération s’accroît à la mesure du chaos dans le Sinaï.

0
19

L’ennemi commun consolide la confiance et les relations sécuritaires égypto-israéliennes, alors que l’Egypte lance une opération anti-terroriste massive dans le Sinaï.

Depuis que les troupes égyptiennes ont lancé de sévères mesures de répression contre les groupes islamistes dans la Péninsule du Nord du Sinaï, les responsables israéliens ont gardé le silence, publiquement, mais reconnaissent,à titre privé, être plus que satisfaits. Autant les résidents bédouins du Sinaï que les responsables égyptiens affirment que ces opérations de nettoyage sont les plus dures de toutes ces dernières années, par l’utilisation de tanks et de fantassins, appuyés par des hélicoptères Apache, qui frappent sans relâche les bandes armées le long de la frontière égyptienne avec la Bande de Gaza.

L’Egypte a fermé le passage terminal de Rafah, samedi 7 septembre, ce qui referme, effectivement, le piège sur 1, 7 millions de Palestiniens, bouclés à l’intérieur de Gaza. Le passage terminal d’Erez, qui débouche en Israël, est la seule et unique autre sortie de l’enclave, qui n’est emprunté, à l’origine que par les Palestiniens qui ont besoin de soins médicaux d’urgence, fournis par l’Etat juif.

Les responsables égyptiens ont affirmé qu’au moins 9 Jihadistes et 2 soldats ont été tués, dans les combats de samedi dernier et que l’offensive contre les groupes islamistes se poursuivra. La lutte anti-terroriste a repris après le renversement de l’ancien Président Mohamed Morsi et des Frères Musulmans, le 3 juillet et que l’armée ait repris le contrôle du pay. Les opérations du gouvernement contre les terroristes n’on faits que s’intensifier, au cours des tous derniers jours.

“Les Egyptiens semblent faire ce qu’ils pensent être nécessaire pour venir à bout des terroristes et jihadistes de toute sorte dans le Sinaï », suggère un responsable israélien important à Media Line, sous couvert de l’anonymat. « Restaurer la loi et l’ordre dans le Sinaï est quelque chose qu’on attendait depuis longtemps. La stabilité et la sécurité égyptienne est bonne pour Israël, mais ils ne font pas tout ça pour nous. C’est d’abord, purement et simplement dans l’intérêt même de l’Egypte ».


jn1.tv

Selon des tableaux dressés par l’armée israélienne, plus de 300 attaques ont été lancées contre les troupes égyptiennes, dans le Sinaï, au cours des dernières semaines. Le mois dernier, 25 policiers égyptiens ont été tués dans ce qi ressemble à une exécution en plein Sinaï, ce qui a amplifié la colère qui s’est emparée du Caire.

Les sources militaires israéliennes affirment qu’il y a des centaines de (environ 3.000) terroristes, dans le Sinaï, dont la plupart appartient à deux principaux mouvements jihadistes, soutenus par les tribus bédouines. Certains de ces hommes armés proviennent d’Irak et du Yémen et sont liés au Jihad Global et à Al Qaeda. Alors qe leur cible primordiale est, d’abord, l’armée égyptienne, ils fomentent également des attaques menées contre Israël.

Durant les deux derniers mois, les soldats égyptiens ont fermé environ 80% des centaines de tunnels creusés entre l’Egypte et Gaza, qi sont utilisés pour la contrebande d’armes et de drogue, autant que pour des produits de consommation, entre les deux côtés.

La condamnation des tunnels a mis les Gazaïotes sous pression, puisque, par exemple, ils doivent payer leur essence importée d’Israël bien plus cher et qu’ils n’ont plus accès au gaz subventionné égyptien. Pour les Jihadistes du Sinaï, le bouclage des tunnels correspond au verrouillage d’une échappatoire déterminante, dans l’éventualité d’un assaut généralisé de l’armée égyptienne.

“Je pense que les attaques des Takfiris (terme générique pour l’un des groupes islamistes) vont se multiplier dans les jours à venir, parce que les troupes de l’armée égyptienne attaquent sans distinction et qu’ils tuent aussi bien des combattants que des civils », explique à Media Line Gomaa Sawarka, un résident bédouin et personnalité imposante de la tribu Sawarka. « Ces pertes civiles feront le lit de nouvelles représailles de la part des tribus et pas forcément des groupes terroristes ».

Israël a discrètement soutenu l’armée égyptienne en lui permettant de déployer plus de troupes que n’y autorisent les accords de Camp David de 1979 entre l’Egypte et Israël, ainsi que des tanks et des hélicoptères, qui seraient normalement interdits, si on s’en tient à la lettre de ces accords. L’Egypte et la Jordanie sont les seuls pays arabes à avoir établi des traités de paix avec Israël.

“Israël et l’Egypte ont un intérêt conjoint à l’élimination des terroristes islamistes », confie Efraïm Karsh, professeur à l’Université Bar-Ilan, à Ramat Gan, à Media Line. Le Sinaï est une opération qui se poursuit. Elle ne va pas s’arrêter. Tant que l’armée reste au pouvoir, sous la férule des mêmes dirigeants, cette coopération tiendra. Cela ne signifie pas que, publiquement, ils ne s’exprimeront pas contre Israël, mais discrètement la coopération durera ».

Cette coopération pourrait même s’intensifier si les terroristes relançaient des attaques dirigées contre Israël. Le mois dernier, les Jihadistes ont tiré des roquettes sur Israël, qui ont été interceptées par le système anti-missile Dôme de Fer.

“L’armée égyptienne a encore beaucoup de travail à faire dans le Sinaï », déclare le Général Sameh Saïf Elyaal à Media Line. « Je pense que la coordination avec les forces armées israéliennes sera nécessaire si les Islamistes recommencent à attaquer Israël à partir du Sinaï ».

Du point de vue d’Israël, cette coopération est d’autant plus cruciale, que la région est sur le qui-vive, dans l’attente d’une possible frappe américaine en Syrie, à la suite de l’usage probable d’armes chimiques, le mois dernier. Autant la Syrie que son alliée, la milice supplétive pro-iranienne du Hezbollah, l’organisation terroriste basée au Liban, ont menacé de lancer des représailles contre Israël si et quand la Syrie serait la cible des frappes américaines. Israël veut s’assurer que l’Egypte, le plus vaste pays arabe, se tiendra à l’écart d’une confrontation régionale.

“Les bonnes relations entre Israël et l’Egypte sont la clé de voûte de la stabilité et des avancées de la paix dans la région » a déclaré le porte-parole du Ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, à Media Line.

Article de Linda Gradstein

Sherif Elhelwa a contribué à ce reportage.

The Media Line Article original

Publié le : 08.09.13, 19:16 / Israel News

Adaptation : Marc Brzustowski.

1 COMMENT

  1. Politics make (very) strange bedfellows… I only hope that the “Arab bedfellows” don’t have any STDs… that Israel might come to regret later.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here