Iran: les sanctions fonctionnent

0
8

Les mesures internationales adoptées pour
sanctionner la poursuite par l’Iran de son programme nucléaire fonctionnent, a
estimé Dennis Ross, ex conseiller pour le Proche Orient du président américain
Barack Obama, dans une interview publiée mercredi par Haaretz.
« Le fait est que la monnaie (de l’Iran) a été dévaluée de moitié ces six
dernières semaines (…) Historiquement, les gouvernements qui ont été
confrontés à une telle dévalutation de leur monnaie se sont retrouvés en
difficulté », a affirmé au journal M. Ross qui dirige à présent le Washington
Institute for Near East Policy.

« Je dirais que les sanctions fonctionnent (…) Ils (les Iraniens) peuvent
constater que les Européens vont boycotter leur pétrole, et cela a déjà eu un
effet sur les Chinois qui ont réduit leurs achats de moitié et cherchent à
obtenir des rabais », a-t-il ajouté.

M. Ross a aussi souligné que l’Inde veut de son côté acheter 45% de son
pétrole iranien avec sa propre devise, le roupie, « ce qui signifie que l’Iran
devra ainsi acheter des produits en Inde, qu’il en ait besoin ou non ».

Selon M. Ross, les Iraniens sont « sous pression », et c’est la raison pour
laquelle « ils se disent soudain prêts à rencontrer le P5+1 », les cinq grandes
puissances membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne.
Le président Obama a signé le 7 février un décret permettant de bloquer
« tout bien ou participation dans des avoirs du gouvernement iranien » aux
Etats-Unis. Ce décret vise nommément le secteur financier iranien, dont la
banque centrale, et fait entrer en vigueur d’autres sanctions annoncées le 31
décembre contre la banque centrale et le secteur pétrolier.

« Il s’agit des sanctions qu’Israël réclamait », a encore déclaré M. Ross en
rappelant que M. Obama « n’a écarté aucune option, mais préfère privilégier la
diplomatie » pour dissuader l’Iran de poursuivre son programme nucléaire.
Israël, les Américains et les Européens accusent l’Iran de vouloir se doter
de l’arme nucléaire sous couvert de programme à des fins civiles, ce que
Téhéran dément.

source AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here