Iran : Chasse gardée d’Obama, Israël seul sur ses gardes.

0
8

Agitée à l’idée d’un accord imminent avec l’Iran, l’Amérique écarte toute option militaire.

Tsahal sur le pied de guerre.

Le haut-commandement israélien, travaillant sur l’hypothèse qu’un accord américano-iranien est sur le point d’être signé, prévoit de maintenir un haut niveau de préparatifs, en vue d’une frappe unilatérale contre le programme nucléaire iranien, au cours de l’année 2014 – D’où la requête de Tsahal d’une rallonge de 3, 5 milliards de Shekels (environ 1 milliard de $).

Les sources de Debkafile révèlent en exclusivité que le corpus central de cet accord est largement rédigé. Mais pour réussir son tour de passe-passe, le Président Obama prévoit d’annoncer, avant les fêtes de fin d’année qu’il n’y a qu’un accord partiel qui est réalisé et que les négociations vont se poursuivre

Il restera méfiant et discret en public –en partie, parce que toutes les phases de l’accord ne sont pas finalisées, bien que le rythme des négociations américano-iraniennes se soit accéléré, et en partie pour éviter d’exposer clairement l’ampleur de l’accord avec Téhéran.

Les discussions américano-israéliennes se tiennent à trois niveaux :

1. Des diplomates américains et iraniens et des experts nucléaires discutent des aspects techniques de l’accord, à Vienne. Certaines de ces réunions –mais pas toutes- ont lieu aux quartiers-généraux de l’AIEA, dans cette ville.

Les pourparlers à Vienne, entre le chef de l’AIEA, Yukiya Amano et le vice—Ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araqchi, les 29 et 30 octobre, à Vienne, se déroulaient pour réviser les articles déjà approuvés par les délégations américaines et iraniennes. Il reste aux deux officiels à envisager comment intégrer ces arrangements dans les futures inspections de routine de l’AIEA.

Araqchi a affirmé avoir apporté de nouvelles propositions dans ces discussions, affichant qu’elles étaient productives. Amano a dit, avec plus de prudence : « J’ai bon espoir que nous puissions obtenir de bons résultats ».

2. Le Secrétaire d’Etat John Kerry et la Sous-Secrétaire d’Etat pour les affaires politiques, Wendy Sherman, qui est la principale négociatrice américaine, pilotent le second étage de négociations directes, face au Ministre des Affaires étrangères Mohamed Zarif et son adjoint Abbas Araqchi.

Du fait de cet engagement direct, Kerry a montré de l’irritation mêlée d’impatience, de façon assez inhabituelle, lundi 28 octobre, lorsqu’il a dit : “Certains ont suggéré que, quelque part, il y aurait quelque chose d’erroné, à donner une chance à la diplomatie. Nous ne succomberons pas à ces tactiques fondées sur la peur et la force, invoquées par ailleurs ».

Il n’a pas désigné le Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahu, mais a clairement fustigé ce qu’il considère comme les « tactiques fondées sur la peur »du premier ministre. Pas plus n’a t-il admis publiquement à quel point des progrès ont pu être réalisés par la ligne directe entre Washington et Téhéran.

3. Le troisième niveau s’occupe des sanctions. Il est conduit par les responsables du bureau de contrôle des avoirs étrangers au Département du Trésor, qui supervisent le régime des sanctions, et par le bureau du Président Hassan Rouhani.

Ils travaillent à déterminer quelles sanctions seront allégées et à quel stade des négociations. Ce processus vise à libérer les décideurs du poids et de toute intervention du Congrès, ainsi qu’à transférer le dossier vers ces mécanismes de négociation secrète. Par ce biais, le Président Obama espère, non seulement, déjouer les appels du Congrès à des sanctions plus lourdes contre l’Iran, mais aussi à paralyser les efforts de Netanyahu ou de l’Arabie Saoudite à cette fin.

Le mardi 29 octobre, un groupe de dirigeants Juifs-Américains était invité à la Maison Blanche pour rencontrer des membres du Conseil National de Sécurité, pour une mise au point sur les négociations avec l’Iran et dans une tentative d’évacuer les tensions avec eux et Israël. Mais aucune des informations ci—dessus, quant à l’accélération des progrès vers l’accord américano-iranien ne leur a été communiquée.

debka.com Article original

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

  1. Vous écrivez;
    “Les discussions américano-israéliennes se tiennent à trois niveaux “. Je pense que vous vouliez écrire “Les discussions américano-IRANIENNES se tiennent à trois niveaux”
    Faites attention de ne pas rendre votre article incompréhensible avec de pareilles erreurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here