Impliqués dans un accident en Israël, deux Français en fuite… en France

2
9

Deux Français sont visés par un mandat d’arrêt international, accusés d’avoir tué accidentellement une jeune Israélienne à Tel Aviv, et d’avoir ensuite pris la fuite vers la France. Les proches de la victime réclament leur extradition.

L’affaire remonte au 16 septembre dernier. Lee Zeitouni, professeur de gymnastique de 25 ans, succombe à ses blessures à Tel Aviv, en Israël, après avoir été heurtée par un 4X4 à un feu rouge. Les deux occupants du véhicule, des Français, ne se sont pas arrêtés pour lui prêter secours et ont précipitamment regagné la France le jour même.

Peu après l’incident, un des suspects interrogé par téléphone par une chaîne de télévision israélienne avait affirmé « regretter » son acte mais avait ajouté qu’il n’avait pas l’intention de revenir en Israël pour « croupir 20 ans en prison ».

Réagissant à l’accident, l’ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot, avait dénoncé un « acte odieux » et assuré que la police et la justice française coopéreraient avec les autorités israéliennes pour que « justice soit faite ». Il avait toutefois rappelé que les conventions internationales ne permettaient pas l’extradition des suspects.

Bras de fer entre les autorités

Cet accident a suscité une vive émotion en Israël. Près d’un millier de manifestants ont réclamé jeudi l’extradition de deux Français, qui visés par un mandat d’arrêt international. Les protestataires, rassemblés dans un lycée de Tel Aviv, à l’appel d’un Comité de lutte, ont brandi des banderoles avec les inscriptions: « Nous réclamons justice! » et « Extradition des chauffards! ».

Les manifestants ont brandi des photos des suspects qui veulent être jugés en France où un juge a été saisi sur demande d’Israël. « Il y a un petit bras de fer qui est engagé entre les autorités française et israélienne. Notre intérêt c’est que nos clients soient jugés ici », a déclaré mardi Me Joseph Cohen-Sabban, l’avocat d’un des suspects, rappelant que les deux suspects encouraient jusqu’à 20 ans de prison en Israël.

La justice française pas compétente

Mais le parquet de Créteil a démenti que les deux suspects se tenaient à la disposition de la justice, comme l’affirmait mardi l’avocate de l’un des deux suspects, Me Françoise Cotta. « A ce jour, ni Me Cotta, ni Me Ruben (l’avocat du second suspect) n’ont daigné donné leurs adresses », a réagi Nathalie Becache, procureur au tribunal de grande instance de Créteil, qui dénonce « une volonté de comparaître pas si évidente » et « un affichage de transparence démenti par la réalité ». Le lendemain de l’accident, Me Cotta exprimait à l’AFP son regret que les deux suspects n’aient pas été entendus par la juge. « C’est justement ce que mon client demandait. On souhaitait qu’il soit mis en examen ici. Mon client veut être jugé mais il veut être jugé en France », avait-elle déclaré.

Pour le parquet de Créteil, la procédure suivie a été normale: la justice française n’avait pas à entendre les deux suspects, la France n’étant pas compétente pour juger de faits commis à l’étranger. La saisie d’une juge d’instruction visait simplement à localiser les deux hommes, comme le réclamaient les autorités israéliennes.

TF1-News

2 COMMENTS

  1. ces 2 fumiers d ‘ assassins chauffards sont bien tranquillement chez eux a vaquer a leurs occupations ! ils ont en rien a faire d ‘ avoir assassinés une jeune femme ! ils ont même abandonnés sur place un bébé dans la précipitation de leur fuite ! des salopards ! comment peut on tolérer cela ? Une famille , des amis sont détruits en israel par ces 2 pourris , il faut les trouver et les livrer pieds et poings liés a la justice ! ils nous mettent la honte d’etre français …………..

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here