ISRAEL: affrontements entre la Police et les orthodoxes – VIDEOS

0
8

Des heurts ont éclaté lundi après-midi entre des policiers israéliens et plusieurs centaines d’habitants juifs ultra-orthodoxes de la ville de Beit Shemesh, près de Jérusalem, a constaté un photographe de l’AFP.

La police avait renforcé lundi ses patrouilles dans la ville à la suite de troubles provoqués ces derniers jours par les discriminations contre les femmes imposées par une frange radicale de sa population religieuse. Plusieurs manifestants ont été interpellés lundi après avoir molesté des policiers et invectivé les forces de l’ordre et des journalistes en leur intimant de « dégager », a précisé le photographe.

Des habitants ultra-orthodoxes de Beit Shemesh ont lancé des oeufs sur les policiers et les équipes de télévision et ont brûlé des poubelles. Plusieurs pancartes exhortant à séparer les hommes des femmes, qui avaient été enlevées par les policiers, ont été réinstallées par ces religieux.

Dimanche, une équipe de la télévision israélienne avait été agressée alors qu’elle filmait des signaux enjoignant aux femmes de ne pas stationner devant une synagogue. « Un homme a été arrêté et est interrogé à la suite de l’agression contre l’équipe de la deuxième chaîne de télévision », a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police Micky Rosenfeld.

De nombreux écriteaux sont visibles dans cette ville, majoritairement peuplée de juifs ultra-orthodoxes, demandant aux femmes de se vêtir « modestement », selon les principes du judaïsme orthodoxe, c’est-à-dire avec des manches et des jupes longues recouvrant bras et jambes. Une frange de la population ultra-orthodoxe semble s’être récemment radicalisée, adoptant une lecture rigoriste de la séparation entre hommes et femmes, exigée, dans certains cas, par la Loi juive, la « Halakha ».

Les médias se sont fait l’écho ces dernières semaines de nombreux incidents, au cours desquels des femmes ultra-orthodoxes ont été victimes d’attaques physiques ou verbales après avoir refusé de s’assoir à l’arrière des autobus. La ségrégation dans les autobus sur les lignes fréquentées par les ultra-orthodoxes a lieu depuis la fin des années 1980, mais les prises de position de femmes ultra-orthodoxes contre cette pratique, relayées par la presse, ont cependant récemment ému dans l’opinion publique israélienne.



BEIT SHEMESH (Israël), 26 déc 2011 (AFP)

1 COMMENT

  1. (a) Ceci dit, nous ne pouvons dans ce cas oser critiquer en certains cas la Sharia des musulmans.

    (b) Tant les Juifs ultra-orthodoxes comme les ultra-gauchistes, communistes, socialisants, etc. etc. ainsi que les musulmo-israeliens agissant contre Israel devraient quitter le pays et s’installer dans des « paradis » ailleurs au monde. Personne les retient ni les obligent à rester, donc qu’ils aillent trouver leur bonheur chez autrui.

    (c) Avant de réclamer et se manifester, il faudrait que ces gens-lá fassent une liste énumérant tout ce qu’ils ont fait en faveur d’Israel et des Juifs en général! Là alors ils pourraient éventuellement s’exprimer!

    (d) Je répète: ISRAEL EN TOUT PREMIER LIEU, le reste vient bien après!

  2. Bonjour à tous,

    Je ne suis pas quelqu’un de très religieuse, et suis contre tout fanatisme biensûr, entre autre celui qui consiste à constamment vouloir dévaloriser une partie du peuple juif. Je suis pour l’entente entre toutes les communautés et essaye de cotoyer chaque milieu pour pouvoir moi-même me faire une opinion.

    J’ai fréquenté d’assez proche ce milieu dit orthodoxe voir ultra orthodoxe, et sans vouloir défendre le « vrai fanatisme » que eux-même condamnent, j’ai quand même envie de leur reconnaître ce qui leur revient de droit. En plein méa shéarim, un chabat, j’ai été invitée par une famille de hassidim vêtus tels qu’on les voit sur ce reportage, avec en plus le shtreïmeul traditionnel, puisque c’était chabat. J’étais certes en jupe longue et manches longues (car je pense que ça reste la moindre des choses étant invitée chez eux), mais bien loin du style qu’ils adoptent eux. Ils n’ont témoignés envers moi que respect et amour. Nous nous sommes baladés dans les rues de mea shéarim, et aucune pierre, aucune insulte…

    Je veux bien qu’il y ait parfois un fou parmi eux qui confond Thora et folie, et qui lui mérite d’être enfermé pas dans un hôpital psychiatrique mais, comme une de ses femmes me l’a dit: « dans une yéshiva pour apprendre ce que c’est vraiment la Thora », c »est-à-dire amour et respect du prochain.
    C’est ce que moi j’ai vu chez eux… Pas seulement une histoire que j’ai entendue…

    Rentrant dans mon ychouv à la fin de ce chabat plein de surprise, je n’ai rencontré que des personnes soulignant le « crime » de ces personnes quant à leur appartenance religieuse. Chacune racontant son anecdote avec le religieux du bus, sale, gros et irrespectueux. Si déjà, n’y avait-il qu’une personne dans le bus? Et que fait-t-on des cinquante autres? Pourquoi toujours regarder ce religieux là?
    Je connais malheureusement bien plus de hilonim anti-religieux que de religieux anti-hilonim.
    J’ai connu cette famille car je prends des cours chez arahim. Combien de personnel ont-ils? Combien de religieux qui consacrent leur vie aux moins religieux? Combien sont-ils souriants et aimants malgré leur perruque et chapeaux?
    Peut-être nous autres traditionnalistes ou même pas du tout pratiquants pourrions-nous des fois se remettre en question et arrêter de voir dans chacun de leurs faits et gestes une attaque personnelle.

    Ils prônent une séparation entre hommes et femmes, et alors??? Depuis petite, dans toutes les synagogues où j’ai été les femmes étaient derrière les hommes, et ça n’a jamais choqué personne… Pourquoi ne pas leur accorder le fait qu’il est vrai que la Thora le demande? C’est eux les religieux, si ya bien quelque chose qu’ils connaissent c’est ça non?? Ils ne sont pas venus en plein tel aviv pour nous demander de marcher séparemment, mais dans leur quartier, « ma ehpat lanou? »

    Les femmes que j’ai rencontré n’étaient pas complexées, ni soumises, ni malheureuses. Elles pensent aussi qu’être « tsanoua » comme elles disent est quelque chose de bien. Et elles ne m’ont pas paru « forcées » à avoir ce discours loin de là. J’ai vu une maison sereine, pleine de joie et d’amour.

    On lit dans les articles que les religieuses aussi se rebellent. Combien? J’en ai vu des religieuses et aucune ne m’a paru révoltées, si ce n’est contre l’image que les rares « fous extrémistes » de leur communauté montrent au monde et que les médias s’empressent de faire passer pour une généralité.

    Même cette petite vidéo qui est titrée « affrontement ». Pour tous les israéliens parmi nous qui ont déjà vu ça. Vous voyez bien que le trois quarts des personnes présentes et qui regardent ne savent même pas de quoi il s’agit. C’est cette curiosté que l’on connaît à tous de s’arrêter pour assister « au spectacle ». Je n’ai pas vu une main levée de la part des noirs. Ils parlent et peut-être que le fait que ce soit en hébreu et que pas tout le monde comprenne peut faire passer cela pour des insultes, mais dans ce cas, mettez les sous-titres!! Et sans encore une fois s’arrêter sur l’enfant de sept ans qui passe et crie « réchaim » sans même comprendre!

    Je ne défends pas les fous, mais seulement essaye de donner crédit aux autres qui représentent la grande majorité des orthodoxes, gens normaux et saints d’esprits!

    Une leçon que j’ai apprise de la morale juive: « ne pas seulement voir le bien mais le chercher ». Aimons nous et arrêtons chacun de nous cracher dessus, et surtout de penser que les autres nous crachent dessus.

    Hanouka sameah à tous

  3. tout comme pour les gauchistes de toutes confessions et les arabes pro-palos, il faudrait leur retirer l’envie de vivre en Israël.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here