IRAN – La police lance une chasse cruelle aux poupées Barbie

0
14

La police de la moralité iranienne doit manquer d’occupations ces jours-ci. C’est l’hiver, les porteuses de robes trop courtes se font rares. De plus, le gouvernement Ahmadinejad pousse à la tolérance face aux “mal voilées”, tentant ainsi de donner une image moderniste, sur le dos des “ultras” proches du guide de la RévolutionFaute de grive, donc… Les autorités de Téhéran ont décidé de faire appliquer plus strictement le boycott des poupées Barbie, décrété en 1996 afin de protéger la population de la culture occidentale, qui pervertit, selon elles, les valeurs islamiques. Des commerçants rapportent à l’agence Reuters que la police fait des razzias de poupées dans leurs boutiques depuis trois semaines.

Malgré l’interdiction, ces boutiquiers vendaient sans se cacher la pièce maîtresse du catalogue Mattel, aujourd’hui rétrogradée au rang des produits de contrebande vendus en arrière-boutique. “On continue à vendre secrètement des Barbie, et on met ça en vitrine pour faire croire à la police qu’on ne propose rien d’autre”, avoue le directeur d’un magasin de la capitale, désignant une poupée affublée du hidjab.

Ladite poupée est une “Sara”, concurrente locale de Barbie et approuvée par les autorités, puisqu’elle respecte scrupuleusement le code vestimentaire en vigueur, qui impose aux femmes de dissimuler leurs cheveux et leurs formes. Elle a été mise sur le marché pour la première fois en 2002 avec son compagnon, Dara. Las, comment rivaliser, malgré sa bonne bouille, avec les formes plantureuses et le nez aquilin de la blonde Occidentale ? “Ma fille préfère les Barbie. Elle trouve Sara et Dara moches et gros”, explique Farnaz, une mère de famille de 38 ans. On en est là…

Par ailleurs, selon la presse iranienne, un fabriquant de jouets s’en va lancer sous peu un article qui pourrait révolutionner le marché, du moins son versant mâle : un modèle réduit de drone américain (chouette !), réplique de celui que les Gardiens de la révolution iraniens ont saisi en décembre près de la frontière afghane. On espère qu’un Gardien mécanicien sera vendu en accessoire. Peut-être même pourra-t-on retirer sa chemise.

Le Monde – Blogs

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here