Hommage à Jacques KHON z’al, l’auteur des commentaires sur la Torah pour JForum.

0
38

JForum a appris avec une grande tristesse le décès de Jacques KHON z’al .
Nos lecteurs ont pu apprécier son érudition, son sens de la pédagogie, une manière singulière d’enseigner la Torah avec précision, et ce qu’ils savent peut-être moins son extrême gentillesse.

Nous avions pris contact avec Jacques KHON voilà deux ans à peu près, et il avait gentiment accepté de collaborer avec JForum, où il tenait toutes les semaines la rubrique Torah et nous adressait de Jérusalem ses commentaires sur les parachioth, et les aftaroth. Il avait accepté tout de suite sans se faire prier, et sans exiger quoi que ce soit, si ce n’est le respect de ses textes, ce dont nous l’avions assuré.

Ses commentaires étaient toujours d’une grande densité, avec un art hors du commun de la sobriété.

Nos derniers échanges nous avaient amenés à prendre de ses nouvelles, et il nous avait simplement dit être indisposé. Presque malheureux, alors qu’il était en fait malade, de ne pouvoir assurer sa mission de Juif, aimant et cherchant à diffuser la Torah. Jamais il n’a fait de cette mission à laquelle il s’était voué un moyen de se promouvoir, ou de tirer un profit personnel pour une reconnaissance quelconque. Il fut d’une grande générosité à notre égard en nous apportant ses enseignements.

Notre tristesse est profonde, Jacques KHON laisse un vide pour sa famille à laquelle nous adressons nos condoléances les plus sincères. Il laisse un vide pour JForum, qui depuis quelques semaines ne pouvait mettre en ligne ses commentaires. Il nous manque déjà, il nous manquera pour longtemps. En ce qui nous concerne son souvenir et ses articles font partie de notre site et de notre aventure.

Elles sont rares ces personnes qui savent donner avec une parfaite générosité sans jamais attendre quoi que ce soit en retour, même la moindre des reconnaissances. Nous lui serons à jamais profondément reconnaissants et heureux d’avoir participé avec nos moyens à avoir diffusé son enseignement.

שתיהיה נישמתו צרורה ביצרור החיים

Moshé COHEN SABBAN
JForum.fr

====================

« In memoriam »… probablement aurait-il souri en me voyant utiliser cette expression !

Quelques jours à peine avant le Yartzeit de son propre père (Chemouel ben Chelomo Kohn), Monsieur Jacques Chelomo Kohn zal s’est éteint à Jérusalem,
Il était le digne représentant de ces grandes familles juives alsaciennes de stricte observance (formule de prédilection adoptée par sa mère, Mme marguerite Kohn) dont il était issu (les familles Kohn, Klein, Samuel et Rein).

Aîné de 5 enfants, il a toujours pris très à cœur son rôle de conseil et de soutien auprès de ses frère (Philippe zal) et sœurs (Danièle, Françoise et Judith TLH”T), et de sa mère restée veuve après la guerre.

Avant d’entamer des études de droit, il a tenu à se former de manière intensive au limoud, ce qui l’a amené dans les yechivoth américaines de l’après-guerre.
Par la suite, parallèlement à ses fonctions de substitut puis procureur de la République, les communautés de Sarreguemines, Mulhouse, Nancy et Dijon ont ainsi pu bénéficier de la présence et de la participation actives de Jacques Kohn et de son épouse à la vie communautaire.

Toujours accueillant et souriant, d’une droiture et d’une intégrité sans faille, il savait néanmoins se montrer sans complaisance ni concession lorsque les valeurs de la Torah étaient mises en cause.

La petite communauté de Dornach, berceau de sa propre famille, a bénéficié pendant de longues années de ses compétences de chalia‘h tsibour et baal qoré, et nombreux sont ceux qui, à Mulhouse ou à Dijon, assistèrent aux cours qu’il a dispensés.

Ses connaissances et son érudition dans nos textes, et sa maîtrise des langues française et anglaise l’ont naturellement amené à apporter sa contribution à l’édition française d’ouvrages de toute première importance.

C’est ainsi qu’outre la rédaction d’un ouvrage majeur sur les prophètes, il a entre autres traduit des ouvrages de Rav Aryeh Kaplan ou les célèbres Mikhtav mééliahou de Rav Dessler ou Talelei Oroth, permettant l’accès à ces œuvres jusque là inaccessibles au public non hébraïsant.

Sa participation à plusieurs journaux, ses divrei torah et devinettes hebdomadaires sur la paracha et la haphtara, laisseront un vide certain.

Mais son œuvre et sa vie se perpétuent à travers tous ceux qui ont bénéficié de son enseignement, de ses cours et livres, au premier plan desquels ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants dont la vie et l’engagement étaient pour lui une source de joie et de satisfaction profondes.

Que Hachem envoie la né‘hama à son épouse Mme Ellen Kohn, à ses enfants, Rachel Mantoux, Chemouel Kohn et Guila Pell, et à ses sœurs Danièle Schlammé, Françoise Szmerla et Judith Simons.

Sa nièce R. Levy (Epinay)

1 COMMENT

  1. Je suis tres triste de cette nouvelle.
    Mr KHON , z`al etait un homme de tres grande generosite et tous les commentaires qu’il nous offrait, respiraient litteralement l’âme de leur auteur.

    Je vous prie de bien vouloir transmettre à la famille, et aux amis, l expression de mon affection fraternelle,

    Rachel FRANCO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here