Henri Guaino : «indécence» dans l’intention du père de Merah

0
18

Le conseiller présidentiel de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a vu mardi de l’«indécence» dans l’intention du père de Mohamed Merah, le tueur en série de Toulouse et Montauban, de porter plainte contre la France après la mort de son fils, abattu lors d’une opération du Raid. «C’est son droit, mais je n’ai qu’un seul mot à la bouche: indécence», a réagi M. Guaino sur France Culture. Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a répondu lui à la menace du père en lui conseillant de «se taire», qualifiant lui aussi de «monstre» son fils.

Les tueries de Montauban et de Toulouse «me suffisent pour avoir une opinion sur son fils», a ajouté Henri Guaino. «Un peu plus de décence, cela vaudrait beaucoup mieux pour tout le monde», a-t-il insisté. Qualifiant les propos d’«odieux, indécents», le ministre de l’Intérieur a tenu à rappeler au père du tueur que «son fils a tué de sang-froid sept personnes, dont trois enfants exécutés à bout portant en les pourchassant dans une cour d’école».

«Un monstre n’est pas un symptôme de l’état de la société», selon Guaino

Le conseiller présidentiel s’est d’autre part insurgé avec force contre l’analyse selon laquelle la société française serait responsable de la dérive sanglante de Mohamed Merah.

«Chercher à expliquer par la responsabilité de la société un geste pareil est pour moi le comble de l’indécence», a-t-il lancé.

«Ce type est un monstre qui a tué de sang-froid. La société n’y est absolument pour rien», a-t-il ajouté.

«C’est l’idéologie d’une certaine gauche. Le criminel n’est jamais responsable de ses actes. Il n’est jamais responsable de rien. Ce sont tous les autres qui sont responsables», a poursuivi Henri Guaino.

«Un monstre n’est pas un symptôme de l’état de la société. Un monstre est un monstre. Il n’y a pas une explication sociale possible à un crime pareil», a-t-il conclu.

Le Parisien avec AFP.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here