Hassen Chalghoumi hospitalisé après un malaise cardiaque

0
11

L’imam de Drancy (Seine-Saint-Denis), Hassen Chalghoumi, de retour d’un voyage en Tunisie où il affirme avoir été agressé, aurait été victime d’un malaise cardiaque ce mardi et hospitalisé à Saint-Mandé (Val-de-Marne) rapporte après-midi le site du Point. Il était arrivé de Tunisie dans la nuit de lundi à mardi, et aurait eu un malaise ce mardi matin. Il a été transporté à l’hôpital d’instruction des armées Bégin, à Saint-Mandé, précise le site.

SOCIETE – L’homme est hospitalisé à Saint-Mandé, dans le Val-de-Marne…

Selon l’entourage d’Hassen Chalghoumi, cité par le site, l’homme souffrirait des suites des «multiples» coups reçus au thorax lors de son agression, dimanche, dans un hôtel de luxe près de la capitale Tunis. L’agresseur présumé, un Franco-Tunisien, a démenti toute violence physique ou verbale à l’encontre l’imam, a expliqué son avocat.

L’imam de Drancy (Seine-Saint-Denis), Hassen Chalghoumi, avait dénoncé dimanche soir son agression et celle de sa famille près de Tunis, expliquant avoir été violemment frappé et insulté par un homme en raison de sa proximité avec la communauté juive. Il avait expliqué que son agresseur l’avait suivi alors qu’il regagnait dimanche avec son épouse et deux de leurs enfants leur hôtel à Gammarth, en Tunisie, où ils se trouvent en vacances.

Cible régulière d’attaques verbales

«Il m’a insulté, m’a traité de “sioniste”, de “collaborateur”. Il m’a donné un coup de poing dans le cœur. En quelques secondes, il m’a mis à terre», avait expliqué à l’AFP l’imam, cible de violentes critiques, relayées sur internet, pour ses prises de position contre la burqa et contre les manifestations pro-palestiniennes et ses rapports d’amitié avec la communauté juive.

Il a précisé que l’agresseur, qui s’est adressé à lui en français, s’en est aussi pris à sa femme et à ses enfants, qui ont reçu des coups, avant que l’homme ne soit maîtrisé par le service de sécurité de l’hôtel puis interpellé par des policiers.

Habituellement escorté en France par le Service de protection des hautes personnalités (SPHP), M. Chalghoumi a expliqué que les policiers n’avaient pu le suivre pendant ses vacances car «la Tunisie ne voulait pas qu’ils entrent (dans le pays) armés». Coqueluche des médias mais cible de violentes attaques et de menaces de musulmans intégristes, l’imam de 40 ans, né en Tunisie de parents algériens, avait expliqué à l’AFP en février avoir déjà déposé une trentaine de plaintes.

A.-L.B.

Créé le 03/09/2013 à 16h20 — Mis à jour le 03/09/2013 à 16h26
20minutes.fr Article original

1 COMMENT

  1. Si cette triste histoire est vraie, j’espère qu’il sera très rapidement à nouveau en bonne santé et que son agresseur sera jugé et condamné comme il le mérite, c’est à dire très durement.

  2. Bon rétablissement à notre courageux ami.

    Encore une fois, la violence, seule expression des sous-hommes, a gueulé pour étouffer la raison.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here